Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Mon 8e safari-dédicaces : Encore plein de bédéistes québécois que je n'avais jamais rencontrés!?!
Écrit le dimanche 30 juin 2013 par PG Luneau

Festival de la BD de Montréal 2013

(Deuxième partie)

Il y a presque un mois maintenant que s’est tenu le deuxième Festival de la BD de Montréal, au Parc Lafontaine. Je vous ai déjà fait un premier topo qui portait sur mes rencontres avec les auteurs européens. Maintenant que la glace est brisée, et que j’ai un peu plus de temps à vous accorder, je poursuivrai ce compte-rendu avec la présentation des auteurs locaux que j’y ai rencontrés pour la toute première fois (ou presque, dans le cas de deux d’entre eux!!).

  • Je commencerai par ma rencontre avec Boloney. Ce jeune bédéiste, auteur du très impressionnant album le Manteau, se souvenait très bien de la longue critique que j’en ai faite, et m’a félicité pour son exhaustivité! Il est, à n’en point douter, un véritable passionné de littérature! D’abord, il le faut pour s’attaquer comme il l’a fait à l’adaptation, en BD, d’une nouvelle de Gogol! Puis, quand on sait qu’il a choisi son nom de plume en lisant un poème de Jack Kerouac, poème qui soulevait un intéressant paradoxe entre la plénitude d’un saucisson de Bologne... et son vide nutritif : la vie n’est-elle pas, au fond, un ramassis de ces pleins qui sont vides, mais de ces vides qui nous remplissent et qui remplissent nos existences, comme peuvent le faire la télé, le travail, la routine… mais aussi l’art, la littérature.... et la BD!! Philosophe, Kerouac?? Sûrement un peu, mais pas autant que Boloney!  ;^)

En plus de continuer à publier régulièrement des dessins d’humour ou d’autres gags visuels sur un blogue (malheureusement en anglais) qu’il partage avec Mustard (méchant festin, ce duo : Mustard & Boloney!!), ce sympathique artiste a commencé à travailler sur un truc plus jeunesse : une série de strips gentillets, sur des textes de l’auteur-jeunesse Pierre Roy, un gars pour qui il a déjà illustré quelques romans-jeunesse. Ça racontera, avec humour et tendresse, le quotidien d’une jeune fille et de son petit frère.

  • Juste au côté de Boloney se trouvait Simon Labelle, ce bédéiste accompli au dessin si raffiné qu’il s’était mérité le Bédélys de la meilleure BD québécoise, en 2011, avec son très beau Suicide de la déesse (il serait grand temps que je le lise, celui-là!!). Cet homme d’expérience, qui travaille en graphisme, n’est pas souvent présent lors des salons, et je n’étais pas peu fier d’enfin le croiser… surtout qu’il était justement disponible, en même temps que Boloney, sur la chaise voisine!! J’ai donc eu droit à deux dédicaces (et deux discussions!!) à la fois! J’ai été très heureux d’apprendre que monsieur Labelle a, dans ses cartons, un projet léger et humoristique qui est presque terminé ET le début d’un autre, plus songé, dans la lignée du Suicide de la déesse… mais qu’il est à la recherche d’un éditeur pour ces deux projets. Souhaitons-nous d’avoir la chance de lire ça très bientôt!

Boloney et Labelle


  • Puis, je me suis présenté à la table du regroupement Front Froid, pour y rencontrer un des piliers et fondateurs du groupe, j’ai nommé monsieur Olivier Carpentier. Je lui ai demandé de me dédicacer mon album Contes et légendes du Québec, puisqu’il y avait fait paraître sa version un peu trash de la légende du loup-garou, sur un texte de Gautier Langevin. Je lui ai avoué que je trouvais son style un peu sombre (surtout ses publications dans les différentes éditions du Front), et c’est là qu’il m’a rappelé qu’ils font paraître chaque semaine, Gautier et lui, via le site Kimiq, un western / steam-punk qui me semble très intéressant et qui sortira fort probablement en album (ce que je souhaite, car j’attends pas mal ce support pour le lire!) : Far-Out. Pour en avoir vu quelques images, je dois avouer que ça me parle beaucoup plus : ces robots-cowboys s’affrontant dans la chaude aridité de l’Ouest américain, sur un fond à dominante cuivrée (sable et désert obligent), sont d’une luminosité qui me va mieux au teint!! ;^) C’est donc à suivre!! (Pour le moment, vous pouvez déjà commencer à le lire, si le support électronique vous convient : une nouvelle page paraît sur le site à chaque mercredi!)

Ce Contes et légendes du Québec avait été le fruit du premier des concours annuels orchestrés chez nous par Glénat-Québec. Cette année, pour la sixième édition, c’est l’album Forêts et bûcherons qui en a résulté : un titre très révélateur Forêts et bûcheronspour ce qui en est du thème! ;^) Et il a tout juste été lancé pour le festival! J’ai eu la chance, lors de mes deux visites, d’attraper plusieurs lauréats du dit album… et de faire d’autres rencontres très intéressantes! À quelques minutes d’intervalle, j’ai donc jasé avec Iris, Richard Vallerand, Antoine Joie et Aurélien Galvan, qui y ont tous contribué!!

  • Parlons d’abord d’Iris. Quand j’ai souligné à cette grande gagnante du premier prix (avec son court récit la Nuit la plus froide) que je trouvais sa couverture un peu tristounette, avec tous ces arbres coupés, elle m’a rassuré en me précisant qu’il s’agissait en fait d’une très belle «fable poétique». Puis, en reconnaissant le logo de ma carte de visite, elle m’a rappelé que nous avions une amie commune en la personne de cette chère Venise, l’illustre blogueuse du Passe-mot. Ça faisait drôle d’entendre parler de ma Venise dans un cadre aussi officiel, par l’intermédiaire d’une personne que je rencontrais pour la première fois!!

  • Le jeune Antoine Joie m’est apparu, lui aussi, très sympathique. Récipiendaire du deuxième prix, en tant que scénariste de Cyber-Castor, il a quand même daigné me faire un gentil petit dessin… car il est aussi dessinateur, quand il ne scénarise pas!! ;^) D’ailleurs, la discussion s’est rapidement tournée vers Frank Castel, l’artiste derrière les magnifiques dessins de Cyber-Castor. J’ai ainsi appris que ce Frank (rencontré au Festival de Québec, en avril dernier) et lui sont de grands amis de longue date, et qu’ils sont bien habitués de travailler ensemble. À voir la qualité graphique qui se dégage de leurs œuvres, j’ai vraiment très hâte d’y goûter davantage!

  • Puis j’ai jasé avec Richard Vallerand… et j’ai mis quelques minutes avant de réaliser qu’il s’agit en fait du quatrième larron du fameux Studio Bulle, de Québec, cet atelier collectif qu’il partage avec Djief, Mikaël et Jean-Philippe Morin!! Quand je lui ai demandé s’il travaillait sur un projet de plus long haleine que cet Arbre à Murphy (qui lui a valu la cinquième place!), il m’a parlé d’un roman graphique en chantier, qu’il prépare en compagnie d’André-Philippe Côté, ce bonze de la BD québécoise avec qui il a bien aimé travailler, par le passé.

  • Finalement, le jeune Aurélien Gavan, que j’avais déjà croisé au dernier Salon du livre de Montréal, m’a énormément surpris! Non seulement il se souvenait de moi et de mon nom… mais il se rappelait de la dédicace qu’il m’avait faite alors : en l’occurrence, mon portrait!! C’est dire combien ce jeune homme, d’un naturel très réservé, possède une excellente mémoire et un bon sens de l’observation… (évidemment, c’est un peu une déformation professionnelle, chez les illustrateurs, j’imagine!!). Cette fois, il m’a fait un mignon petit garçon qui observe les étoiles, dans un style qui rappelle un peu celui du bédéiste français Boulet!! Son récit, l’Héritage, est arrivé pour sa part en troisième place de cette édition, position qu’il s’était déjà méritée, l’an passé! Qu’en sera-t-il l’an prochain??

Vallerand, Galvan et Joie


  • Pour rester dans les collectifs de chez Glénat-Québec, j’ai pu, enfin, réussir l’exploit tant espéré par les dédicaçophiles de mon espèce, soit celui parvenir à réunir les dédicaces de TOUS les participants d’un collectif!! En effet, il ne me manquait plus que la griffe de Maxim Cyr, dans mon album Amuse-Gueules (le recueil des lauréats du concours de l’an passé, sur la thématique de la bouffe québécoise)! J’ai donc eu la chance de le croiser rapidement et de découvrir plus en détail ses Dragouilles, ces genres de sympathiques bonhommes-patates, très semblables à ceux de Martin Vidberg, mais cornus (!?!)! Ils agissent comme guides touristiques dans la petite série d’albums documentaires que monsieur Cyr a créée, avec Karine Gottot, série qui cherche à faire connaître les spécificités des plus grandes villes du monde à notre belle jeunesse québécoise!

C’est donc avec beaucoup d’émotion et de fierté que je peux vous annoncer que mon Amuse-Gueules est entièrement dédicacé… Oups!!... euh… en fait, presque : chaque court récit a été orné d’une ou deux dédicaces, mais il me manque en fait les signatures de deux des scénaristes : Éric Milette et Éric Allard!! Avec huit autographes sur dix, on peut dire que je suis sur la bonne voie!!

  • Mon ami Steeve avait aussi amené quelques uns de ces albums collectifs de chez Glénat-Québec (décidément, cette série constitue une excellente porte d’entrée pour prendre contact avec un paquet d’artistes!!). Croisant Luc Bossé au stand des éditions Pow Pow! (qu’il dirige), Steeve lui met donc sous le nez le quatrième tome, celui portant sur le hockey. Après quelques secondes d’incompréhension évidente, Bossé a soudainement allumé : «Ah oui!! C’est vrai!! J’ai publié quelque chose, là-dedans, moi!!?!» Cette hésitation nous a tous bien fait rire… Pour ma part, j’avais amené son chouette petit bouquin Yves, le Roi de la cruise. J’ai été très heureux lorsque monsieur Bossé a reconnu ma carte et mon nom, se rappelant de mon site et de la critique très étoffée» se souvenait-il!!) que j’avais faite de son livre. Mieux encore : il m’a confié qu’il s’agissait de la meilleure qu’il ait lue sur cet album, et qu’elle l’avait amené à réfléchir et à se questionner sur ses façons de faire!! Wow!! Quel honneur ça a été pour moi d’apprendre ça! Ça a fait office d’un fabuleux renforcement à poursuivre ce «missionnariat» que j’aime tant!

Pour la dédicace, quand je lui ai demandé d’illustrer le personnage qu’il affectionne le plus, Luc a été très embêté! Il a dû prendre au moins un bon 90 secondes de réflexion avant de m’avouer qu’il ne s’était jamais posé la question!… Il a finalement tranché pour la belle Josée. Amateurs d’Yves, le Roi de la cruise, apprenez avec délectation que ce malhabile courtisan nous reviendra dans un tome #2 qui est déjà presque à moitié complété : les 70 premières pages sont terminées… Dédicaces Zviane et Bossémais monsieur Bossé a une tendinite, ce qui le ralentit et occasionnera sans doute des retards! De plus, si, comme moi, vous appréciez les couvertures toutes simples des éditions Pow Pow!, sur genre de papier kraft (ce papier brun, style sac d’épicerie), sachez qu’elles sont toutes, jusqu’à présent, imprimées à la main, dans les presses artisanales des ateliers Pow Pow!! Impressionnant, non?!... Mais sachez aussi que la popularité croissante de cette petite maison d’éditions et l’augmentation des ventes feront en sorte que ce mode d’impression, qui donnait un cachet tout particulier à la collection, en est probablement à ses derniers soubresauts, les responsables et artisans n’ayant tout simplement plus le temps de fournir à la demande!

  • Le lendemain, j’ai amené, moi aussi, cet album sur le hockey… et j’ai réutilisé à peu près la même approche que Steeve avait employée la veille, plaçant l’album sous le nez de Bossé en lui disant : «Pis là, il te dit quelque chose, cet album-là!». Luc l’a trouvée d’autant plus drôle que son texte, intitulé Devenir grand, a été illustré par Zviane… et que celle-ci se trouvait assise sur la chaise d’à côté! Elle ne comprenait vraiment pas ce que je voulais dire, ne sachant rien de ce qui s’était passé la veille!! Après qu’on l’ait eu mis au parfum, elle a bien ri, elle aussi, et m’a dédicacé le même album. Zviane trouvait ça déjà un peu curieux de me revoir, car elle m’avait justement dédicacé, la veille, le troisième album de la série (celui intitulé Partie de pêche)… Et quand j’ai fini par lui sortir sa petite brique : la Plus jolie fin du monde, publiée chez Mécanique générale en 2007, elle a éclaté de rire, se demandant si je cachais toute sa bibliographie dans mon sac!! Je suis pas mal assuré qu’après tout ça, elle se souviendra de moi en tant qu’Explorateur BD… avec ou sans casque-safari (c’est elle qui m’a demandé, la première, où était mon chapeau!!)!
  • Finalement, je me suis décidé à aller rencontrer Jocelyn Jalette, que j’avais déjà aperçu une fois ou deux, à divers salons et festivals. Ayant déjà lu, il y a longtemps, son premier roman-BD, intitulé Un peuple en otage, je connaissais déjà un peu son sympathique personnage de David Gérald, premier Afro-Québécois à avoir été élu président du Québec! Oui oui, vous avez bien lu : dans ses récits, le Québec a un «président», pour la simple et bonne raison qu’il est devenu indépendant!! Vous devinez bien que nous avons un peu discuté de ses convictions politiques et indépendantistes!! Malgré l’idéalisme un peu bon enfant qui transcende de ses œuvres, je dois avouer que ces valeurs me rejoignent et me mettent le sourire aux lèvres : qu’est-ce qu’il en coûte de rêver?? Comme le dit si bien monsieur Jalette, ça prend ce genre d’idéaux pour faire avancer les choses! Nous avons aussi parlé de ses importantes convictions humanitaires et sociétales, qui transparaissent toujours, elles aussi, dans tous ses bouquins… et j’ai acheté les deux romans-BD suivants, intitulés Échec à la guerre et Balle perdue pour David Gérald. J’aime toujours ses dessins, encore aussi nets et précis, tout à fait dans l’optique de la ligne claire d’Hergé… et j’ai été surpris et amusé de retrouver un personnage qui ressemblait étrangement à monsieur Jalette! Il m’a confirmé la chose : le faire-valoir du groupe s’appelle Jocelyn et c’est son sosie tout craché! «En me mettant en scène de manière si peu glorieuse, ça me permet de pouvoir dessiner mes proches amis sans me sentir trop coupable!! m’a-t-il expliqué. Je me suis payé la traite, d’ailleurs, au tout début du troisième tome, alors que je devais dessiner la photo de classe du héros!». Et si un autre des personnages récurrents est le sosie de Louis de Funès, ce n’est pas un hasard non plus : ça se veut véritablement en hommage à ce grand comique français qu’il aimait tant!

Voilà pour cette seconde partie de mon compte-rendu. Je vais vous laisser, le temps d’aller rédiger deux autres chroniques : la suite (et fin) de celle-ci, qui portera sur les nouvelles brèves que j’ai récoltées à gauche et à droite, en même temps que quelques autres dédicaces, mais aussi la chronique quatrième anniversaire… car c’est officiellement demain que la  Lucarne fêtera ses quatre ans!! Parviendrai-je à rédiger et mettre en ligne un tel papier en moins de 24 heures?? Rien n’est moins sûr… surtout si je continue à rallonger indûment cette chronique-ci!! À plus, donc, soit demain… (ou après-demain… ou après-après-demain… ;^)

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul 73 : Je suis dû pour apprivoiser Iris et Zviane (avec leur Ostie d'chat, par exemple, pourquoi pas!?!). Et pour ce qui est des Dragouilles, je viens tout juste d'acheter la collection complète pour la bibli de l'école, la semaine dernière!!
Mais qu'est-ce que tu attends pour lire le Manteau, de Boloney, d'après Gogol??! Il a été écrit POUR toi!! Je suis sûr que tu l'adoreras!! Déguédine!!
Rédigé par PG Luneau le lundi 01 juillet 2013 à 17:17


@ Anne des Ocreries : Je te souhaite de retrouver tous ces bouquins de ton côté de l'Atlantique!
Rédigé par PG Luneau le lundi 01 juillet 2013 à 16:58


Très intéressant! Mes préférés dans ce type de registre de BD étaient là, Soit: Zviane,Iris et les gars de front froid. Romain est un fan des Dragouilles. Il marchande les récompenses avec des" si je fais... Je peux avoir les Dragouilles à..." Je n'ai malheureusement pas lu le livre de Boloney, ça manque! Bon billet, les auteurs font bien de te reconnaître, tu es un très bon porte parole.
Rédigé par Arsenul73 le lundi 01 juillet 2013 à 15:53


J'en suis toute abasourdie ! Quelle planète peuplée, que la planète bédé !! Ah, tous ces ouvrages qu'on lirait bien !!!!
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 30 juin 2013 à 14:41




Dernièrement, j'ai lu... Violette autour du monde
#01- Ma tête dans les nuages
15 septembre 2019

Ananas de la colère
les Ananas de la colère
08 septembre 2019

French kiss 1986
French kiss 1986
31 août 2019

Enquêtes d'Enola Holmes
#01- la Double disparition
18 août 2019

Frivolesque
#01- Frivolesque, volume 1
14 août 2019

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Vigneault au ComicCon (mais pas LE Gilles, là!)
24 août 2019

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Teresa et Stefano, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Venise, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Marsi, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

anne des ocreries, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Jean Frigault, sur Agatha Christie... sur l'ecstasy?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin