Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#04- le Secret de l'éventail
#04- LE SECRET DE L'ÉVENTAIL
Scénariste(s) : Serena BLASCO, Nancy SPRINGER
Dessinateur(s) : Serena BLASCO
Éditions : Jungle
Collection : X
Série : Enquêtes d'Enola Holmes
Année : 2017     Nb. pages : 72
Style(s) narratif(s) : Récits complets, à suivre
Genre(s) : Aventure policière, Adaptation littéraire, Historique, Hommage, Drame familial
Appréciation : 4.5 / 6
Digne de son frère, la touche féminine en plus...
Écrit le jeudi 24 décembre 2020 par PG Luneau

Tomes lus : #4- le Secret de l'éventail

            #5- l'Énigme du message perdu (2018, 4 /6)

            #6- Métro Baker Street (2019, 64 p.)

 

C'est quoi?

Comme je l'expliquais dans ma critique qui portait sur les trois premiers tomes de la série, les Enquêtes d'Enola Holmes est la transposition en BD d'une série de six romans jeunesse écrits par Nancy Springer et ayant connu un certain succès. Cette fois-ci, je me suis penché sur les trois derniers tomes de la série.

Au détour d'une balade, Enola recroise lady Cecily Alistair, celle qu'elle avait retrouvée au cours de l'aventure du tome #2. Mais la jeune femme est sévèrement encadrée par deux matrones et, à en croire le message qu'elle communique à l'aide de son éventail, via le code secret qui existait à l'époque entre les jeunes femmes, la pauvre lady serait en danger!!? Il n'en faut pas plus pour qu'Enola se mette à la résolution du Secret de l'éventail.

Dans le 5e tome, l'Énigme du message perdu, Enola découvrira avec stupeur que sa logeuse, Miss Tupper, a disparu suite à d'étonnantes révélations! L'enfilade d'événements mystérieux qui en découleront amènera notre héroïne à croiser la route de Florence Nightingale, la célèbre infirmière britannique!

Finalement, dans le dernier tome de la série, Métro Baker Street, Enola bouclera la boucle en retrouvant, avec l'aide de ses frères Mycroft et Sherlock, une fiancée en déroute, mais aussi en dénouant enfin l'écheveau de la disparition de sa mère, disparition qui servait de trame de fond à toute la série.

 

C'est comment?

J'aurais tendance à dire : fidèle au début de la série! Le tome #5 m'a semblé un peu moins intéressant que les autres, parce que plus complexe, c'est vrai. Mais, de manière générale, j'ai adoré la reconstitution historique de tous les tomes et, surtout, la tonne d'étonnantes petites coutumes véridiques et bien représentatives de l'époque victorienne que l'auteure originale, Nancy Springer, a pu intégrer dans ses récits, en plus des mystères et de l'action.

Les intrigues sont assez bien ficelées, avec parfois une ou deux ficelles trop grosses pour être crédibles, mais rien de majeur. L'héroïne a du caractère, de l'instinct et, tout comme son célèbre frère, une intelligence à toute épreuve. Son désir de réussir en tant que femme dans un monde où les hommes ont tout le temps le dessus fait plaisir à voir. D'autant plus qu'elle reste attachante et intéressante à voir cheminer. De plus, la relation qu'entretient Enola avec sa mère, partie sans laisser de trace, ajoute une couche d'émotion et de véracité à l'ensemble.

Graphiquement, je suis moins convaincu. C'est surtout que je ne suis pas un grand adepte des couleurs pastel et des dessins avec force fioritures... mais je conviens que, dans le genre, c'est excellent, et ceux qui apprécient ce style pourront se gaver à souhait, madame Blasco, la bédéiste, s'étant joyeusement défoulée dans ce crémage! Ses nombreuses pleines planches en jettent souvent plein la vue, leur mise en page étant toujours soumise à une recherche esthétique fort élaborée... et j'aime bien le petit côté «carnet de travail» qu'offrent les couvertures : ce style trouve écho dans les pages finales de chacun des albums, où l'on retrouve les «carnets secrets» d'Enola, avec ses passionnantes notes d'enquêtes.

Bref, un travail plus qu'honnête, qui réjouira tous les passionnés des romans Nancy Springer... et une bonne partie de ceux de Conan Doyle, dont je suis.

À partir de 10 ans.

 

Autres

J'apprends à l'instant que le premier tome de la série, la Double disparition (dont je parlais dans ma première critique), vient d'être adapté en film! Cet opus est sorti sur Netflix, cet automne!! Millie Bobby Brown incarne Enola alors qu'Henry Cavill interprète Sherlock et Helena Bonham Carter tient le rôle de la mère.

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • les quelques moments où les intrigues me paraissaient un peu incongrues... Le fameux saut-de-loup, cette fosse dissuasive, qu'est-ce qu'elle fait là, juste derrière la grille d'entrée du manoir des Merganser? C'est peut-être un bon moyen de défense, mais comment ils font, les Merganser, pour sortir de leur manoir, à pied ou en carrosse, avec un tel fossé entre leur porte d'entrée et la rue?? :^0 Et puis, j'ai quelques réserves sur les correspondances codées que pouvaient s'échanger certaines personnes via les annonces classées... Ça me semble un peu complexe, de lire les petites annonces de TOUS les journaux de la ville afin de trouver les deux ou trois lignes sibyllines qui correspondraient à un message nous étant adressé... Les espions se servaient apparemment de ce moyen, mais il me semble assez peu pratique, et laisser trop de place au hasard... Et puis, il y a toute l'intrigue du tome #5... Très sincèrement, je ne suis pas certain d'avoir tout saisi... peut-être qu'une relecture à tête reposée règlerait le problème mais, pour le moment, je suis un peu dans la brume...

 

  • les couleurs pastel, très girly. Je me suis déjà bien expliqué à ce sujet plus haut et dans ma critique précédente...

 

  • une coquille. Une en trois tomes: c'est une nette amélioration sur les tomes précédents (voir ma première critique)!!? Dans le #5, on a droit à Lord Wimbrel ET Whimbrel. Lequel choisir?? Serait-ce que les réviseurs se soient tellement penchés sur le texte qu'ils en aient oublié l'image?? ;^)

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la foultitude de détails historiques captivants et totalement inusités. Il y a, bien sûr, de nouveaux codes secrets (comme celui des éventails), mais aussi plein de faits historiques passionnants: la présence des épouses de soldats lors de la Guerre de Crimée, les premières toilettes publiques pour dames, la mode des «thés en rose»... Le Londres victorien nous réserve apparemment encore beaucoup d'étonnantes surprises!? ;^)

 

  • les mises en page souvent éclatées. J'en ai abondamment parlé, tant ici que dans la première critique.

 

  • la réflexion sur la condition féminine de l'époque. Les autrices (Springer dans les romans et Blasco dans les BD) présentent de fort intéressants plaidoyers sur le rôle des femmes dans la société, sur la place qu'elles avaient et qu'elles auraient dû avoir... et, par le fait même, sur celle que, parfois, elles peinent encore à avoir de nos jours, malheureusement! L'épisode du corset du dernier tome est particulièrement atroce! Je n'en dirai pas plus, pour vous garder la surprise, mais jetez-vous sur cet album pour le découvrir!

 

  • l'intrigue de la mère, qui a abandonné sa fille sans explication, au début du tome #1. Cette cassure, inexplicable, vient teinter tous les tomes, et trouve sa résolution dans le tome final... une résolution pas complètement rose bonbon, en plus, quoi que les teintes générales des albums pourraient laisser suggérer! ;^D

 

  • les pages de carnets de notes d'Enola, en fin d'album. Elles regroupent tous les petits éléments particuliers de chaque album (coutumes, codes secrets, personnages particuliers...). Je l'ai dit et me répète: ça ajoute un petit plus très agréable.

 

  • le format. On en a pour notre argent avec ces albums de 72 ou 64 planches! C'est rare qu'on présente des récits aussi longs au rayon jeunesse! Ça permet aux bédéistes de bien asseoir leur récit. Bravo aux éditeurs de prendre ce beau risque!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Marsi : Je suis bien heureux que les artisans aient décidé de limiter l'omniprésence du pastel à l'écran...
Toutefois, ce que tu me dis du caractère de l'Enola de la bande annonce m'interpèle un peu : oui, dans la BD, Enola est totalement déterminée à s'émanciper ; oui, elle est fonCeuse... mais pas vraiment fRonDeuse. Du moins, je ne l'ai pas vraiment sentie comme ça... et encore moins effrontée !?
Elle exprime sa détermination en avançant vaille que vaille, contre vents et marées, de manière très autonome, mais sans réellement piler sur les pieds de personne. Les quelques rares fois où elle se veut moqueuse, c'est peut-être à l'égard d'une ou deux crapules qu'elle venait de coincer...
Il faudrait voir, dans les romans (que je n'ai pas lus), laquelle de ces deux visions est la plus conforme à l'Enola d'origine, telle qu'imaginée par Mme Springer!
Rédigé par pgluneau le jeudi 08 avril 2021 à 6:25


Je viens d'aller voir et les planches de la bd, et la facture du film Netflix (L'aperçu). Je comprends ce que tu veux dire par ce trop plein de pastels que l'on ne retrouve pas dans la transposition écran (pastel égale souvent "fleur bleue"). Selon cette dernière, Enola Holmes semble plutôt frondeuse avec des accents d'effronterie marquée. Elle s'émancipe à la vitesse grand V dans cette Angleterre victorienne grâce surtout à une éducation hors du commun prodiguée par sa mère. On ne saurait lui en vouloir. Est-ce le cas dans la bd ? Est-ce le cas dans les romans ?
Rédigé par Marsi le samedi 03 avril 2021 à 19:24


@ Anne des Ocreries : Je me doute bien que ça a eu lieu puisque tout le monde en parle... Mais tu ne m'enlèveras pas de l'idée que ce devait être très bancal, comme système de communication secret!! ;^)
Bonne chance dans ta quête pour dénicher ces titres : ils doivent les avoir, à ta bibliothèque municipale!
Rédigé par pgluneau le mardi 29 décembre 2020 à 17:48


Si si, les messages par petites annonces, c'est pas du pipeau, ça a eu lieu ! :)
Y me les faut, j'adore ce que tu en dis !
Rédigé par anne des ocreries le jeudi 24 décembre 2020 à 15:32




Dernièrement, j'ai lu... Trappeurs de rien
#01- Caribou
16 octobre 2021

Crimes à la ferme!
#01- l'Affaire de l'oeuf disparu
05 septembre 2021

Tosca des bois
#01- Jeunes filles, chevaliers, hors-la-loi et ménestrels
05 août 2021

Musée des Bozarts
#01- Impressionnants impressionnistes
27 juillet 2021

Un héros «presque» parfait
#01- Ne coupez pas la poire en deux!
16 juillet 2021

Ma dernière chronique 12e année, l'année Covid (bah quin!?)
01 juillet 2021

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Harvey, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Eric, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Hana, sur Du neuf dans le 9e? - Delaf et Dubuc dans le parc!

anne des ocreries, sur N'est pas Sherlock qui veut... (ni Michelangelo, d'ailleurs!)

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin