Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#20 - le Diable des bois
#20 - LE DIABLE DES BOIS
Scénariste(s) : André Jobin dit JOB
Dessinateur(s) : Claude De Ribaupierre dit DERIB
Éditions : le Lombard
Collection : X
Série : Yakari
Année : 1994     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Western/Amérindiens, Fantastique humoristique
Appréciation : 3.5 / 6
Sympa... pour les petits papooses!
Écrit le lundi 18 janvier 2010 par PG Luneau

Les aventures de Yakari sont toujours aussi sympathiques. Ce petit Amérindien qui reçoit, dès le tome #1, le don de parler aux animaux, est dessiné avec un tel charme par Derib que nous ne pouvons que le trouver mignon. Les aventures qu’il vit avec son cheval, Petit-Tonnerre, sont simples, habituellement bien racontées, et lui permettent presque toujours de sympathiser avec un nouvel animal de la forêt. En véhiculant des valeurs de tolérance, d’ouverture, de respect et de pardon, c’est probablement LA série idéale pour initier les lecteurs débutants aux charmes du neuvième art. En contrepartie,  c’est tellement soigné, léché et pédagogiquement pensé en fonction des six-huit ans que ça peut assez rapidement devenir cucul praline pour les plus âgés!

 

J’ai toujours été contre le vocable «BD jeunesse». En effet, je trouve cette épithète limitative : pourquoi un adulte ne prendrait-il pas plaisir à lire une aventure de Benoit Brisefer, de Spirou, ou même des Schtroumpfs, par exemple? Je préfère donc parler de «BD tout public», indiquant ainsi qu’elle s’adresse autant aux plus jeunes qu’à leurs parents ou leurs grands frères et sœurs… Mais dans certains cas – la légendaire série Petzi par exemple (un petit ourson qui fait du bateau avec ses ti-n-amis le pélican et le pingouin) – on n’y échappe pas : les scénarii enfantins sont si basiques que le seul plaisir que peuvent y prendre les adultes qui les lisent, c’est de voir l’éclat brillant dans les yeux des enfants à qui ils font la lecture. Très peu de satisfaction intrinsèque à la lecture comme telle dans ces cas-là!

 

Avec Yakari, c’est un peu ça. J’adore cette série pour ce qu’elle est : un excellent produit pour les tout-petits. Pour ce qui est de mon plaisir d’adulte, il est généralement un peu déçu de la simplicité des trames assez fades offertes par Job, le scénariste. Pourtant, il me semble que les personnages instaurés sont intéressants et pourraient faire place à des aventures un cran plus «punchées». C’est d’ailleurs le cas dans les adaptations télé qui ont été faites de cette série : les quelques unes sur lesquelles je suis tombées m’ont semblé destinées à un plus large auditoire, avec des interactions un peu plus senties.

 

Heureusement, le traitement visuel de Derib (Claude de Ribaupierre, de son véritable nom!) me satisfait complètement, comme toujours. C’est pourquoi je donnerai quand même 3,5 / 6 à ce tome, même si je suis conscient que les jeunes à qui ça s’adresse pourraient facilement lui donner 4 ou 4,5.

 

Un mot sur l’histoire, avant de conclure. Dans cet épisode hivernal, ce qui est quand même assez rare, la tribu de Yakari est aux prises avec un mystérieux voleur de pemmican. La grosseur des pattes fait croire à un ours, mais tous les ours du coin hivernent! Yakari devra prendre le risque d’aller les réveiller pour éclaircir la situation. Quelle est donc l’identité de ce trop sournois malfaiteur, qui en vient même à massacrer sauvagement les chiens de la tribu? Pour une fois, Yakari serait-il en présence d’un ennemi trop féroce pour trouver grâce à ses yeux?!

 

Une lecture sympathique, qui ravira sans contredit les lecteurs débutants.

 

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • un dessin simple, pur et efficace. C’est lui qui donne tout son charme aux divers personnages, tant humains qu’animaux.

 

  • la personnalité du héros, qui est toujours positif et valeureux. On aimerait tous avait Yakari comme ami!

 

  • la faculté particulière de Yakari. Qui n’a pas rêvé, un jour ou l’autre, d’avoir, comme le docteur Dolittle, la fabuleuse habileté de comprendre les dires des animaux?!! Moi, c’était un de mes rêves les plus fous, quand j’étais jeune!

 

  • le peu de texte, qui en fait un outil d’initiation à la lecture hors pair. D’ailleurs, la simplicité des scénarii et la façon dont les valeurs fondamentales y sont présentées contribuent aussi en ce sens.

 

  • les couleurs, franches et exquises. Évidemment, la prédominance pour ce tome va au bleu ciel et au blanc, hiver oblige, mais on y retrouve aussi divers tons de brun car  plusieurs ours sont au programme, en plus des castors!

 

  • le fait de revoir des personnages rencontrés au cours des aventures précédentes. Ça nous permet de constater que les ours ont une belle part dans les aventures de Yakari! En effet, on retrouve le grizzly et le maigrichon du tome #5, la famille du tome #10 et l’ourse nouvellement maman du tome #15. Il semblerait que la norme, c’est «des ours à chaque cinq albums»! ;-)  De plus, c’est toujours sympathique de retrouver de vieux amis car ça donne de la crédibilité à l’univers créé par les auteurs. Et puis, si on n’a pas lu les albums en question, ça nous donne souvent l’envie de remédier à la situation!

 

  • la joyeuse bande de castors. Leur présence est toujours appréciée, car plusieurs d’entre eux sont savoureux, comme Double-Dent, l’ingénieux inventeur du groupe, ou le jeune Tilleul.

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • une certaine complexité dans le scénario. Les nombreux va-et-vient des différents ours, tous un peu semblables, font en sorte qu’on peut aisément perdre le fil de «lequel faisait  quoi, quand et où». Évidemment, dans le cas d’une enquête, ça sert à brouiller les pistes, mais un bon scénario devrait pouvoir brouiller les pistes sans brouiller le cadre narratif. Personnellement, j’ai dû revenir à deux ou trois reprises sur ma lecture pour tenter d’éclaircir certaines situations.

 

  • le peu de texte, qui fait que tous les tomes de Yakari se lisent à peu près en dix minutes… quand on prend son temps pour bien observer les images!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Rainette : Content d'apprendre que je pourrai encore, dans une quinzaine d'années, me permettre d'écouter mes petits dessins animés! Au plaisir!
Rédigé par PG Luneau le vendredi 22 juillet 2011 à 18:58


oui en mangeant nos toasts le matin, un double régal ! Petit-tonnerre, je l'adore, il est d'une sagesse !

Je ne connais que la version à TQ, même si j'ai 57 ans, j'aurais pu connaitre la version la plus ancienne mais non !

Au plaisir pour d'autres belles BD ou dessins animés !
Rédigé par rainette le vendredi 22 juillet 2011 à 18:13


@ Rainette : Effectivement! Vous avez tout à fait raison! Yakari existe en dessin animé! Il y a même deux séries de dessin animé de ce sympathique petit bonhomme: une plus récente, qui passe effectivement à Télé-Québec ou à Radio-Canada, et une autre, plus anciennne, qui passait à Radio-Canada il y a une quinzaine d'années. La chanson du générique, très mignonne, disait alors : « (...) avec Petit-Tonnerre, tu files comme l'éclair, à travers la prairie, dans l'herbe tendre, Yakari... Salut Yakari!» J'aimais beaucoup cette chanson!
Merci de venir visiter ma Lucarne, Rainette, et de me prouver que je ne suis pas le seul adulte qui aime déjeuner ou dîner en écoutant les dessins animés!
Rédigé par PG Luneau le vendredi 22 juillet 2011 à 12:23


c'est très bien mais savais-tu qu'il existe en bandes dessinées et que ça passe présentement ? À télé québec je crois. Je l'écoute à chaque semaine en prenant mon café, le matin. Que de joies !
Rédigé par rainette le jeudi 21 juillet 2011 à 18:59




Dernièrement, j'ai lu... Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Orbital
#03- Nomades
21 août 2017

Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #023- le Petit mousse à la grande aventure!
02 septembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Facteur bien mignon cherche lecteurs...

Danielle, sur Désillusions in situ

anne des ocreries, sur Désillusions in situ

yaneck, sur Désillusions in situ

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #023- le Petit mousse à la grande aventure!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin