Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Salades d'amphibie Marsi Menu
Retour aux archives
Mon premier safari-dédicaces (3e - et dernière - partie)
Écrit le samedi 27 novembre 2010 par PG Luneau

(Voici la suite – et fin – de ma passionnante journée passée à courir les dédicaces, lors du Salon du livre de Montréal de 2010. Si vous avez malencontreusement raté les premières parties de ma narration, n’hésitez pas à aller les lire en cliquant ici et ici.)

 

 

Ensuite, j’ai rejoint mes amis Marsi et Venise, car ceux-ci avaient eu la gentillesse de m’inviter à les accompagner au lancement des nouveautés de Glénat-Québec! C’est dans une des suites du Hilton Bonaventure, perdue dans un dédale de corridors, que l’on devait se rendre pour assister à ce gentil petit cocktail intimiste… et féliciter, notamment, notre Marsi national !!

 

En effet, vous savez peut-être que cette maison d’éditions chapeaute, depuis déjà trois ans, un concours annuel pour dénicher de nouveaux talents et stimuler nos nombreux bédéistes en manque de visibilité. Ceux-ci n’ont qu’à soumettre un court récit de six planches, sur un thème central annoncé à l’avance... puis à espérer que leur œuvre se démarque du lot! Si les thèmes des deux premières années furent les Contes et légendes québécois et l’Hiver, celui de 2010 était… la Pêche!

 

Et bien sachez maintenant que Marsi a non seulement participé à la présente édition... mais son récit a été retenu ! Le Brâne, c’en est le titre, est une des six histoires qui compose le recueil intitulé Partie de pêche. Plusieurs des autres gagnants étaient évidemment présents. J’y ai donc aperçu André-Philippe Côté (caricaturiste au journal le Soleil de Québec, et créateur de la série Baptiste) et Philippe Girard, maintenant bien connu pour ses albums primés la Visite au mort et Tuez Velasquez. J’y ai aussi été présenté aux charmantes Orbie et Myriam Roy, toutes deux jeunes bédéistes de la nouvelle génération et lauréates du recueil.

 

Mais d’abord, puisque nous avions été les premiers à dénicher la salle, nous avons été chaleureusement accueillis par les responsables de Hachette Canada et de Glénat-Québec. Nous y avons appris, en exclusivité, que le thème du recueil de l’an prochain sera : le Hockey! Quel sujet judicieux et pertinent! Il semblerait que les gens en charge du concours aient d’abord hésité, se demandant si un tel thème n’allait pas rebuter les bédéistes de sexe féminin et les lectrices… Mais les organisateurs ont vite réalisé que les femmes allaient avoir très certainement une opinion toute aussi éclairée que les gars sur le sujet, bien que peut-être moins élogieuse! Qui sait, on aura peut-être droit à d’intéressantes histoires de «veuves du hockey»?!

 

Puis, le journaliste Sylvain Cormier, du Devoir, est arrivé. En tant que membre du jury, pour le concours, il nous a expliqué que non seulement le nombre de récits reçus avait fait un bond exponentiel (comme quoi le concours fait des petits!), mais il nous a surtout souligné que la qualité générale de ces œuvres était exceptionnelle : il y aurait eu, paraît-il, de quoi faire presque trois albums de très haut calibre!!

 

La discussion a ensuite bifurqué sur la difficulté qu’a la BD à se faire connaître et à faire parler d’elle dans les médias québécois. Il nous racontait qu’au Devoir, il est critique musical, mais que s’il fait parfois des critiques de BD, c’est qu’il adore ce médium et qu’il est horrifié par l’ampleur de la pile d’albums qui attendent sur le coin du bureau de son chef de pupitre, alors que les critiques littéraires officiels de son journal sont déjà trop débordés par tous les autres types de livres pour s’attarder à cette sous-littérature!! Quel dommage que le neuvième art en soit encore à se squatter quelques lignes à gauche et à droite, dans les journaux, parce qu’aucun quotidien ou magazine généraliste ne considère valable d’engager un chroniqueur officiel à la BD!! Moi, je ne demanderais pas mieux que de m’atteler à cette tâche, même bénévolement! J’en serais comblé!!  Mademoiselle Rheault (j’ai malencontreusement oublié son nom complet, je m’en excuse), une toute jeune journaliste, nouvellement en poste à la chronique littéraire du magazine 7 jours, nous confirmait, elle aussi, que le nombre de parutions est si faramineux, dans le monde de l’édition, que tous les journalistes, même les plus valeureux et acharnés, sont obligés de sélectionner, puis de carrément léguer dans les bouquineries des piles de titres non-retenus, qu’ils n’ont même pas eu le temps de sortir de leur cellophane!! C’est, pour eux, une question de survie, la seule manière de ne pas mourir submergés par le nombre de volumes qu’ils reçoivent à chaque semaine.

 

Mais c’était aussi le lancement de quelques autres albums de Glénat-Québec, et les gens se sont mis à affluer! J’y ai donc revu Jean-Sébastien Bérubé, avec son album Radisson, et Pierre Poirier, scénariste de Street Poker… Quelle n’a pas été ma surprise de reconnaître en lui ce même Pierre Poirier qui animait Bêtes pas bêtes plus, quand j’étais jeune, puis qui a écrit les téléromans connus de tous Quatre et demi et l’Auberge du chien noir !! Il s’y trouvait avec sa complice de toujours, Sylvie Lussier, mais je n’ai pas eu le cran de leur parler! Puis, de grosses pointures se sont jointes à nous, dans cette petite suite qui devenait de plus en plus encombrée. D’abord, Zep et Tébo, les deux Suisses dont j’avais fuit les files d’attente, se sont mêlés au groupe, mais sans que je puisse trouver l’occasion de les approcher, eux non plus! Puis ce fut l’entrée du grand Régis Loisel! LE Loisel. Celui de la série-culte la Quête de l’Oiseau du temps, du très excellent Peter Pan et de l’adorable Magasin général. Marsi était en état de choc : un de ses gourous se tenait devant lui, une de ses idoles! Il le regardait avec envie et admiration… et il serait resté planté en statue de sel si ce n’avait été de Venise, qui l’a poussé à affronter sa gêne et sa trop grande humilité en le forçant à se présenter à lui et à lui montrer son premier bébé, Miam miam fléau. Loisel s’est montré charmant et très ouvert, il s’est amusé à taquiner gentiment la timidité de l’artiste et l’assurance de sa fonceuse d’épouse… soulignant même le talent naturel de gérante de celle-ci! Puis, il a feuilleté tout l’album de Marsi, page après page, en commentant la grande qualité du dessin et la belle unité artistique qui transparaît du choix de couleurs. Marsi était aux anges. Ce Loisel m’est apparu éminemment sympathique et très généreux!

 

Pour être franc, ce cocktail m’a aussi permis de me sustenter un peu, car le fromage et les biscuits étaient loin!! Mais on a dû quitter assez tôt car Marsi avait une dernière séance de dédicaces. Et moi, il me restait une ou deux signatures à capturer! C’est ainsi que, de retour au stand de Dimédia, Venise m’a présenté Sylvain Lemay, un professeur de BD de l’École Multidisciplinaire de l’Image (ÉMI) de l’Université du Québec de l’Outaouais, rare établissement à enseigner la BD à un si haut niveau. Venise, Marsi et lui se sont rencontrés dans un salon, il y a quelques mois,  et ils ont gardé contact via Facebook. Ce grand théoricien de la BD vient de publier un album qu’un de ses jeunes élèves, André St-Georges, a illustré. Cette histoire policière, qui s’intitule Pour en finir avec novembre, raconte une intrigue en lien avec la crise d’Octobre et le Front de Libération du Québec (FLQ). C’est un petit roman graphique de 170 pages qui est paru chez Mécanique générale et je n’ai pas pu m’empêcher de l’acheter, surtout quand j’ai constaté ses nombreux points commun avec le futur projet de Marsi, qui s’intitulera Colis 22 : un album en noir et blanc, petit format, avec une aventure un brin policière… Ça m’a intrigué!

 

Finalement, en allant retrouver Marsi au stand de la Pastèque, je me suis convaincu (ça n’a pas été très difficile, vous pensez bien!!) d’acheter un dernier album, question de bien finir la soirée. Toute une brique : plus de 360 pages! Mais une brique toute mignonne, un très bel objet : l’Origine de la vie, de Leif Tande! J’ai ainsi pu récolter une dernière dédicace de ce fort intéressant gaillard qui m’a expliqué qu’il avait mijoté ce projet pendant une dizaine d’années mais que ce n’est qu’en 2008 qu’il s’y est mis, à raison d’une planche par jour sur son blog! «Je connaissais la première planche, et la dernière. Mais entre les deux, mes idées étaient très floues. Je me laissais aller au fil de l’inspiration!» m’a-t-il confié. Il n’avait pas prévu de longueur prédéfinie, et était prêt à ce que ça se termine dès que les idées l’abandonneraient… Commencé le premier janvier 2008, l’album s’est clos le trente et un décembre de cette même année!! 366 planches sur la lente mais très amusante évolution d’une bactérie… et de ses «amies»!! Faut-il préciser que j’ai super hâte de me lancer dans cette petite bible de la Création?!?! D’autant plus que monsieur Tande, que je dois maintenant appeler Leif puisqu’il m’a demandé de le tutoyer, est des plus sympathiques! Il est d’un abord si chaleureux et d’une compagnie si charmante, qu’il donne tout de suite l’agréable impression d’être un de ses amis (un vrai, là, pas un anonyme «ami Facebook»!!)! Il est vrai que le fait que Marsi et Venise l’aient un peu connu a aidé à briser la glace! «Les amis de nos amis sont nos amis», c’est bien connu. Chose certaine, c’est un de mes trois coups de cœur de la journée, avec Daniel Shelton et Michel Falardeau!

 

copyright Leif Tande et La Pastèque

Au bout du compte, ce fut un safari riche en belles rencontres… et en belles dédicaces personnalisées. Cette première expérience me permet de constater que ce n’est pas le petit dessin rajouté qui est intéressant tant que le temps passé en présence des auteurs, à échanger sur leur vie, leur travail, leurs œuvres, leurs personnages et les messages qu’ils cherchent à passer.

 

Mon bilan est donc des plus positifs, avec onze dédicaces en à peu près neuf heures… et toutes québécoises (car on peut maintenant considérer Paul Roux comme un Québécois!)!!! Je viens de vivre une journée qui m’a complètement revigoré, même si j’avais les jambes complètement mortes en rentrant à la maison, vers vingt et une heures. Il est clair que je réitérerai dans les prochaines années, mais je m’organiserai alors pour traîner avec moi des cartes d’affaires, question d’en profiter pour promouvoir adéquatement la Lucarne à Luneau!! Après tout, il faut bien joindre l’utile à l’agréable, non?! Ce n’est pas parce que vous connaissez déjà ma Lucarne que c’est le cas pour tout le monde!

 

À plus!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul: J'ai hâte de revoir Leïf Tande, question de voir s'il me replacera!! Et ça me fait plaisir que tu aies apprécié ce long compte-rendu en trois actes. Moi, j'ai vraiment trippé fort toute cette journée!! Je ne me pouvais plus d'écrire, le lendemain, quand j'ai commencé ma narration (de neuf pages, de 8 h 30 à 12 h 00 !!) !
Rédigé par PG Luneau le jeudi 02 décembre 2010 à 17:41


(Je publie ce message d’Arsenul moi-même, car il semble que des problèmes dans la reconnaissance de certains caractères typographiques aient empêché la publication originale. J’ai donc remplacé les caractères fautifs. Voici ce qu’Arsenul me disait) :

Voilà ce que je voulais entendre: que ce n’est pas le petit dessin rajouté qui est intéressant tant que le temps passé en présence des auteurs, à échanger sur leur vie, leur travail, leurs œuvres, leurs personnages et les messages qu’ils cherchent à passer. Merci donc PG! Belle soirée dans les hauts lieux de la BD!
Leif Tande est vraiment un chic type. Le mieux c'est qu'à ta prochaine séance de dédicace, il te reconnaîtra, il me parle souvent de la Gaspésie lorsque je le vois.
Loisel que j'ai vu pour la première fois en 2000, il annonçait en coulisse son arrivée au Québec. Turk et Juillard se moquaient de lui à cause de l'hiver. Nous avions discuté longuement, je lui avais amené une grosse bière de Charlebois pour le remercier, à l'époque j'étais journaliste en BD pour la version du voir en Gaspésie. Évidemment lors des coupures, devine ce qui a été tassé en premier? Je garde, de Loisel, le souvenir de quelqu'un de charitable qui s'écoute tout de même, accompagnée d'une jolie fée clochette qui remplie deux pages de garde.
Belle aventure en trois tomes!
Merci de partager!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 02 décembre 2010 à 17:38


Voil
Rédigé par Arsenul le mercredi 01 décembre 2010 à 22:36


@ Kikine: Merci, c'est gentil!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 01 décembre 2010 à 21:30


Merci pour ces billets. J'ai presque eu l'impression de me promener au salon à tes côtés ;)
Rédigé par kikine le mercredi 01 décembre 2010 à 20:46


@ Venise: J'attends ta version du lancement avec grand intérêt. Et je suis sûr qu'elle sera aussi passionnante, sinon plus, car tu traiteras par le coeur ce que je traite par l'intellect. C'est la grande différence entre nos écrits, et c'est pourquoi ils ne complètent si bien!
Mais ne te gêne pas pour «mousser» mes billets, ceux-ci comme mes critiques!! Ça me ferait énormément plaisir d'avoir autant de fidèles lecteurs que toi, quotidiennement. Mais sache, pour ta curiosité légendaire, que si mes critiques sont lues par une (toute petite!) moyenne de deux ou trois lecteurs par jour, mes chroniques, elles, font monter mon lectorat à douze ou quinze, quotidiennement!! C'est là une particuliarité que je m'explique mal!!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 01 décembre 2010 à 16:19


Passionnant !

J'ai toujours l'intention de parler de ce fameux lancement intimiste de Partie de pêche. C'est à venir dans mon cas mais je risque de ne pas être aussi généreuse que toi, tous les détails y sont. Tu te souviens de chaque nom, chaque conversation.

Il faut que ce billet sorte de sa Lucarne ! L'agente va se faire aller, ou en tout cas, la passeuse !
Rédigé par Venise le mardi 30 novembre 2010 à 23:50




Dernièrement, j'ai lu... Basile
#01- Basile, chat de l'espace
09 novembre 2014

Zodiaque
#01- le Défi du Bélier
27 octobre 2014

Y, le dernier homme
#INT01- Y, le dernier homme
27 octobre 2014

Benoît Brisefer
#01- les Taxis rouges
24 octobre 2014

X-Campus
#01- l'Heure de Greenwich
12 octobre 2014

Ma dernière chronique Un petit vieux encore tout jeune : Spirou a eu 75 ans!!
16 novembre 2014

Mes genres favoris Aventure policière Fantastique Fantastique humoristique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul 733, sur Un petit vieux encore tout jeune : Spirou a eu 75 ans!!

anne des ocreries, sur Un petit vieux encore tout jeune : Spirou a eu 75 ans!!

anne des ocreries, sur Encore un autre chat... mais barjot, celui-là, et qui se prend pour un cosmonaute!

Yaneck, sur Mystérieux zodiaque, mystérieux médaillons...

anne des ocreries, sur Mystérieux zodiaque, mystérieux médaillons...

Vos articles préférés Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Bécassine
#04- Bécassine chez les Alliés
05 juillet 2010

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin