Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Salades d'amphibie Marsi Menu
Flux RSS
#01- Auguste Pokus
#01- AUGUSTE POKUS
Scénariste(s) : Sylvie DESROSIERS
Dessinateur(s) : Rémy SIMARD
Éditions : Scholastic
Collection : X
Série : Auguste Pokus
Année : 2011     Nb. pages : 22
Style(s) narratif(s) : Récit complet (sans texte) (inspiration comics)
Genre(s) : Héros animalier, Aventure fantaisiste, Humour naïf
Appréciation : 4.5 / 6
S'initier au 9e art, ça commence tout jeune!!
Écrit le dimanche 31 janvier 2016 par PG Luneau

Tomes lus : #01 - Auguste Pokus

            #02 - Auguste Pokus en mission (2013)

 

En 6 ans et demi de critiques et de chroniques, il m'est arrivé à quelques reprises de vous parler de la nouvelle vague qui sévit depuis quelques années : la BD pour filles... ou celle qui cible plus particulièrement les filles (ne soyons pas trop sectaire ;^). Je vous ai déjà présenté Studio Danse, les Sisters, Célimène, Cath et son chat, mais on peut aussi penser à Lou!, au Journal de Carmilla, à Mes Cop's, à École Crinoline,  à Horseland...et à plein de nouveautés comme Violette autour du monde ou Enola. Je réalise en écrivant ces lignes que toute cette vague a très certainement été déclenchée par la grande popularité des shôjo mangas (ces mangas pour jeunes filles et adolescentes), vague qui a atterri sur l'Europe à peu près en même temps que les shonein mangas (ceux pour garçons) et qui y déferle depuis une vingtaine d'années, obligeant ainsi les éditeurs franco-belges à changer leur opinion : il leur était de plus en plus difficile de prétendre que le lectorat féminin n'appréciait pas le 9e art!? ;^)

Mais je ne me rappelle pas vous avoir jamais parlé d'une autre vague encore plus récente dans le monde bédéesque, une vague que mon rôle de responsable de la bibliothèque scolaire m'a permis de découvrir : la BD sans texte!

Presque inexistant il y a une quinzaine d'années, ce type d'albums, particulièrement adapté aux tout-petits qui ne se sont pas encore approprié le code écrit, est maintenant représenté de belle façon dans le corpus. À mon avis, c'est le lancement de la très intéressante collection Puceron, chez Dupuis, en 2007, avec à l'origine 4 séries différentes (Hugo, Méchant Benjamin, le Petit monde du Père Noël et le superpopulaire Petit Poilu), qui a marqué ce tournant.

Depuis, cette belle petite collection de récits sans texte s'est enrichie de 3 autres séries (Lily, Titoss et Ilda, puis la Vavache)... mais elle a surtout été rejointe par plusieurs autres collections ou séries, de diverses maisons d'éditions moins connues : Petibonum chez Milan (qui offre les séries Tatoo ou Ticayou, par exemple), Anuki chez de la Gouttière...  Une des plus récentes en liste : la collection Pouss' de Bamboo, de chez Bamboo (j'adore, de fait, ce choix d'appellation!). Elle offre des versions supermignonnes (quoi qu'à la reliure un peu trop fragile, malheureusement : soyez-en prévenus! ;^S) de tous les grands contes classiques de notre enfance, le tout en BD, mais sans texte, suivie de quelques petits jeux et de dessins dirigés, puis du conte en version écrite standard, sans illustration, que les parents pourront lire à leurs petits poux d'amour avant qu'ils ne s'endorment!

Tous ces choix permettent maintenant de garnir, dans les bibliothèques, le rayon BD des tout-petits avec suffisamment de variétés pour satisfaire tous les jeunes de 2 à 6 ans, garçons ou filles!

Pour ma part, grâce à l'apport de Julie Lavoie, la charmante attachée de presse qui s'occupe de moi aux éditions Scholastic, j'ai pu lire deux superbes albums sans texte, purement québécois : les aventures d'Auguste Pokus, le charmant lapin.

«Écrits» (ou ne devrait-on pas plutôt dire «conçus», ou «imaginés»?) par l'excellente écrivaine pour la jeunesse Sylvie Desrosiers (que j'adore depuis plus de 20 ans : vive les Notdog!!) et illustrés par le si talentueux Rémy Simard, ces albums, maintenant au nombre de deux, nous racontent les déboires d'Auguste, un tout mignon  lapin bleu qui vit dans le chapeau haut-de-forme d'un habile magicien, baptisé... Monsieur Magie!! Ces deux mots sont d'ailleurs les seuls que vous pourrez lire dans ces albums!!

Le premier tome nous permet de faire la connaissance du magicien, d'Auguste, mais aussi du gros chien de Monsieur Magie. Auguste décide en effet de sortir de son chapeau pour tenter de mettre la patte sur les carottes que son maître a ramené de l'épicerie... mais le molosse, en bon chien de garde, s'interposera catégoriquement! Les deux bestioles parcourront la maison de leur maître de tous bords, tous côtés, dans une chasse au lapin aux répercussions parfois bien rigolotes.

Le second tome, lui, nous offre une petite aventure bien moins classique et d'une construction un peu plus étoffée. Alors que Monsieur Magie et son chien attendent leur train, à la gare, Auguste aperçoit un mignon petit lapin lilas! Question de faire connaissance, notre héros quitte encore une fois son haut-de-forme... mais réalise assez rapidement qu'il ne s'agit que d'une peluche appartenant à un jeune bébé. Le malheur, c'est que pendant ce «rendez-vous» raté, non seulement Monsieur Magie a quitté pour prendre son train, mais l'enfant et sa mère aussi! Et le pauvre petit a beau pleurer toutes les larmes de son corps, sa mère ne remarque pas la disparition du toutou en question. Auguste est le seul qui peut sauver la situation, au risque de rater son train et d'être séparé de son maître! Un beau dilemme se propose à lui... et une (petite ;^) tonne de péripéties en découlera!

D'une parfaite lisibilité, ces sympathiques récits combleront à n'en point douter les petits de 2 à 6 ans. Les illustrations très graphiques (dans le sens de «faites par un graphiste» ;^) de monsieur Simard sont d'une précision incroyable : on les croirait faites au scalpel! ;^) Mariage parfait entre épurement et recherche, elles m'ont fait penser à certains comic strips de mon enfance... mais en beaucoup plus stylisés!! ;^) Ces dessins correspondent exactement au besoin d'un album de ce type! Sans compter le choix des couleurs, tout en à-plats pastel bien vifs : le jaune et le bleu ciel dominent, de quoi accrocher l'œil des tout-petits!

Alors si vous cherchez quoi offrir à la toute jeune tête blonde (ou noire, ou brune, ou rousse...) de votre entourage, les albums d'Auguste Pokus sont tout trouvés! À 9,99$, c'est presque donné! ;^)

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les jolies planches d'introduction, pleine page. Les deux plans généraux qui initient chacun des volumes sont très invitants. Ils jouent bien leur rôle d'entrée en matière, tout en nous situant dans l'espace et le temps. Celui du tome #2 est particulièrement riche!

 

  • les dessins de Rémy Simard, toujours très design et hyper dynamiques. J'ai toujours adoré son style depuis que je l'ai découvert, dans les magazines Croc et Titanic! Ici, il est particulièrement épuré, sans aucune surcharge inutile... mais sans rien omettre non plus (comme les arachides négligemment échappées, au début du tome #1) ! En plus, Simard a le don de bien illustrer, en très peu de lignes, les émotions de ses personnages : c'est le cas, notamment, avec la grosse colère de Monsieur Magie, à la fin du tome #1 : horriblement efficace!! ;^)

 

  • les belles couleurs franches, tout en beaux à-plats bien délimités.

 

  • le héros, pour qui on craque dès le premier coup d'œil! Quel sympathique personnage! Il nous réserve toujours des faces cocasses à l'excès, qu'il soit grognon, étourdi, paniqué ou agacé. Tout simplement a-do-ra-ble! D'autant plus qu'il fait preuve d'un courage et d'un esprit chevaleresque des plus louables : son aventure du tome #2 nous démontre bien à quel point il a le cœur sur la main! Et comme il a de belles ressources : des talents de sculpteur de ballons gonflables ou de violoniste... et des tas d'ingénieuses idées! Avouez que vous le voudriez comme ami, vous aussi!? Mais qu'est-ce qu'ils attendent, chez Scholastic, pour sortir la peluche Auguste Pokus? Je suis sûr que ça ferait un malheur!!

 

  • un humour parfaitement adapté à la clientèle visée. À de nombreuses reprises, j'ai imaginé, avec une précision sonore implacable, les rires des petits lorsqu'ils verront la bouille des personnages! Quand les lecteurs verront le chien qui se ramasse avec des gants sur les oreilles, du ketchup plein le visage ou de la crème glacée sur la tête, c'est indéniable que les éclats de rire fuseront de toutes parts! La fraîcheur des situations imaginées par madame Desrosiers jumelée à celle des images de monsieur Simard suscitera inévitablement de joyeuses et mémorables débandades, j'en mettrais ma main au feu! ;^D

 

  • la richesse des codes visuels mis en place pour suppléer l'absence de mots. Monsieur Simard a dû faire preuve de beaucoup d'ingéniosité, surtout dans le tome #2, pour nous faire comprendre certaines informations qui passent, généralement, par l'écrit. Par exemple, j'ai bien aimé le billet de train, avec l'horloge, pour faire comprendre que son départ n'est pas pour tout de suite. Il y a aussi les nombreux phylactères illustrés, du type «Je veux cette carotte!» ou «Profitons-en pour aller prendre un café... ou un os!». C'est fou comme un petit dessin peut en exprimer beaucoup! ;^)

 

  • la belle idée d'exploiter le thème de l'angoisse d'être perdu dans une foule. L'épisode de la gare est très éloquent... et c'est une peur qui doit toucher viscéralement presque tous les jeunes enfants de la planète! En relisant ces pages, j'ai presque ressenti, moi-même, de mes angoisses d'enfance, c'est tout dire! :^o

 

  • certaines scènes particulièrement réjouissantes. J'ai accroché, par exemple, à la séance de léchage, dans le tome #1 (alors qu'on ne s'y attend pas du tout : quelle façon ingénieuse de désamorcer la scène de violence anticipée!! ;^) Dans le tome #2, c'est la séquence à la Indiana Jones qui m'a le plus marqué, quand Auguste rattrape le train de justesse, grâce à la planche de surf qu'il a su s'improviser! Remarquez combien il ressemble à un héros de film d'aventure, quand il s'élance pour rattraper le train, avec son pupille bien ancré entre ses deux oreilles!! ;^) De belles scènes que celles-là!

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • les crédits de «traduction», dans le tome #1!!! Au verso de la page de titre, parmi les divers crédits et informations de catalogage, on retrouve ceci : «texte français des éditions Scholastic» Quoi!!!??? Un récit conçu par une Québécoise, illustré par un Québécois… et qui ne comporte en tout et partout que 4 mots (Auguste, Pokus, Monsieur et Magie)… et la maison d’édition s’approprie la «traduction»?? J’avoue ne rien connaître au monde de l’édition et aux lois qui le régissent, mais ça me semble un peu aberrant!! D’ailleurs, cette ligne n’apparaît plus, dans le tome #2.

 

  • l’absence de pagination. Bien sûr, pour les jeunes usagers, ça n’a aucune incidence, d’où, sans doute, la décision du maquettiste de ne pas en inclure… Mais quand je veux  vous indiquer une illustration bien précise, ça me complique pas mal les choses!! ;^) Et puis, la présence de ces petits nombres, en bas de page, pourrait être un excellent moyen de conscientiser les jeunes au rôle de la numération dans la vie quotidienne (c’est mon petit côté pédagogue qui fait des siennes! Que voulez-vous, on ne se refait pas!! ;^)

 

  • la reliure. Un album collé, avec une couverture souple, pour un public si petit et pas toujours habile à manipuler ses choses avec soin, c’est peut-être un peu risqué, surtout auprès des plus jeunes… À vous de voir!

 

 

Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : C'est un must : allez, jeunots de tous les horizons, à vos albums!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 07 février 2016 à 18:07


Tout ça m'a l'air bien plaisant. J'ai pas l'occasion d'en voir dans mon entourage, mais c'est une bonne façon d'apprendre qu'une suite d'images raconte une histoire.
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 07 février 2016 à 12:32


Dernièrement, j'ai lu... Idées reçues et corrigées!
Idées reçues et corrigées!
25 janvier 2016

Histoires fabulées
#01- Charlebois et l'Osstidgang
10 janvier 2016

Énigmes de Léo
les Énigmes de Léo
02 janvier 2016

Scorpion
#01- la Marque du Diable
24 décembre 2015

Elfées
#01 - les Elfées
16 décembre 2015

Ma dernière chronique Quand on entre à Gotham, c'est pour y rester!
10 décembre 2015

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur S'initier au 9e art, ça commence tout jeune!!

Lydia, sur la Princesse et l'éternel «loser»

Lydia, sur la Princesse et l'éternel «loser»

anne des ocreries, sur Pour que la vérité triomphe enfin!

René, sur Khéna à la découverte de ses racines...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin