Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Salades d'amphibie Marsi Menu
Flux RSS
#00 - les Enfants de l'atome
#00 - LES ENFANTS DE L'ATOME
Scénariste(s) : Joe CASEY, Daniel TORRES
Dessinateur(s) : Steve RUDE, Paul SMITH, Michael RYAN, Esab RIBIC, Takeshi MIYAZAWA
Éditions : Panini comics
Collection : 100% Marvel
Série : X-Men
Année : 1999     Nb. pages : 160
Style(s) narratif(s) : Récit complet + Court récit (Comics)
Genre(s) : Superhéros /Justicier masqué
Appréciation : 4 / 6
Fascisme 101 !?
Écrit le mercredi 19 août 2015 par PG Luneau

Il y a quelques mois, je critiquais ici même l'album X-Campus, qui raconte la jeunesse des X-Men, du temps où ils allaient au collège. Sous une facture très grand public, tant dans le type de dessin que dans les scénarii, on mettait en lumière les délicates crises d'adolescence que ces futurs X-Men ont dû traverser. Je concluais en vous expliquant que, suite à des changements éditoriaux comme il y en a tant, malheureusement, je ne saurai probablement jamais la fin de ce cycle, mais qu'un autre album traitant un peu de la même période m'était tombé dans les mains (moyennant quelques dollars, quand même!! ;^). C'était les Enfants de l'atome, dans la série X-Men de la collection 100% Marvel, chez Panini comics. Voilà que j'ai enfin lu cet opus et que je suis prêt à vous en parler!

Disons-le tout de suite, l'approche prise par les auteurs de cette histoire est presque diamétralement opposée à celle de l'équipe italienne qui travaillait sur X-Campus!!

D'abord, Joe Casey, le scénariste, a tenu à respecter les X-Men d'origine, tels que conçus par Stan Lee et Jack Kirby, au début des années 60. Aussi, de tous les superhéros flamboyants que les films ont grandement contribué à médiatiser, seuls 5 d'entre eux servent de pivot à l'intrigue : Cyclope, Iceberg, Marvel Girl (alias Phénix), le Fauve et Angel... En fait, même pas!! Ils ne s'appelaient encore que Scott Summers, Bobby Drake, Jean Grey, Hank McCoy et Warren Worthington III, et ils ne connaissaient ni ne maîtrisaient encore la moitié de leurs capacités surhumaines!!

Puis, il y a une énorme différence sur le plan graphique. Steve Rude, le dessinateur des 3 premiers «chapitres», a imposé un style qui n'a rien de «jeune». Ses personnages ne semblent pas sortir d'un dessin animé pour jeunes adolescents, comme c'était le cas dans X-Campus. Ses dessins sont plus réalistes et un peu plus rudes, et leurs couleurs (faites par Paul Mounts) sont bien plus sombres. De plus, et je ne sais trop comment il s'y est pris, mais le dessinateur a réussi le tour de force de donner un look très années 60 à tout l'album! Dans le découpage de ses planches, peut-être, ou dans sa façon de les encrer?? À un point tel que j'ai bien de la difficulté à situer ce récit dans le temps. Veut-on nous faire croire que ça se déroule de nos jours?? Pourtant, il me semble que la mode vestimentaire et la technologie (téléphone, ordi...) font plutôt années 90 ou 2000... avec le petit côté sixties, ça fait encore plus incongru... Heureusement, ça reste un détail sans trop d'importance sur le récit!

Autre grande différence d'avec X-Campus, c'est l'approche scénaristique. Ici aussi, c'est beaucoup plus sombre! Toute la première moitié du tome se penche d'ailleurs plus sur l'impact de l'apparition des mutants auprès de la population en général que sur les futurs X-Men en tant que tels. On y assiste presque, d'ailleurs, à un cours intensif sur la montée d'un fascisme et d'un fanatisme hégémonique anti-différence! Les discours et les méthodes employés par Metzger, le militant anti-mutant, sont tout simplement fascinants à lire. On y déploie des méthodes de radicalisation dignes du Hitler d'antan... ou de l'État Islamique d'aujourd'hui!! J'ai été profondément troublé par les violences physiques et psychologiques intenses auxquelles on assiste... et j'ai bien peur qu'elles ne soient pas si éloignées de celles vécues par tous les marginaux de notre planète!! Sur ce point, donc, bien que cruel et parfois difficile à supporter, le récit de monsieur Casey joue très bien son rôle d'éveilleur de conscience!!

Un dessin un peu sombre, un scénario beaucoup plus lourd... Il est clair que ma préférence va pour le X-Campus... Mais ce tome-ci n'en demeure pas moins très satisfaisant!! Sur le plan graphique, quatre dessinateurs se relaient tout au long des six chapitres, comme c'est souvent le cas dans le monde des comics mais, la plupart du temps,  je n'y ai vu que du feu (voir plus bas pour les exceptions). Une xième version des origines de la saga, donc, mais une version plus adulte, plus crue.

Pour ceux qui n'aiment pas trop les mièvreries... peut-être à partir de 17 ans...

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la chouette couverture, qui fait très class, très sixties... Il me semble qu'elle transpire les diners, les drive-in et les ciné-parcs... elle sent presque les milkshakes aux fraises... ce qui n'aide en rien à situer l'époque du récit!! ;^S

 

  • le souci historique. J'aime bien le fait que monsieur Casey ait tenu à respecter la genèse de Stan Lee, en n'exploitant que les cinq membres originaux. Ils forment une belle équipe... À la base, deux stars archi-populaires, deux rejets et une si étrange qu'on la tient isolée... En fait, Angel apparaît dans cette série beaucoup plus entreprenant, plus affirmé, plus leader que ce qu'on en a vu dans les films! Personnellement, je préfère Hank lorsqu'il a son beau pelage bleu... mais il ne l'avait pas au départ!! Et quand on dit qu'on respecte l'original, on le respecte, point/barre!! C'est ce que les auteurs ont fait, et on ne s'en plaindra pas!! ;^)

 

  • le design très particulier de la 1re vignette de la planche #7. Les bâtiments, en arrière-plan d'Angel, semblent tous Arts Déco!! Ça donne un joli effet (et complique encore plus le problème de datation dont je parlais plus haut!! ;^)

 

  • un caméo très subtil!! Dans la 1re vignette de la planche #15, par la fenêtre, à gauche, on voit passer un gamin très connu qui risque de se ramasser avec une retenue et de la copie à faire au tableau!!! ;^)

 

  • la parfaite exposition de la montée de la radicalisation de la pensée populaire. Via le personnage de William Metzger, les auteurs nous montrent diverses stratégies employées par ces charismatiques leaders qui parviennent, par manipulations, sophismes, beaux discours et attributions de pouvoir, à mettre le feu aux poudres de la peur des différences pour la transformer en haine et en violence. Un sujet aussi effrayant qu'important, parce que, malheureusement, encore beaucoup trop d'actualité!... :^S

 

  • la justesse de la violence psychologique. Si les agressions physiques que subissent certains des protagonistes m'ont parfois troublé, elles m'ont infiniment moins touché que l'intensité de la violence psychologique, principalement celle que subit le pauvre Scott, qui vit une adolescence si misérable!! Ouf! Ces passages m'ont littéralement estomaqué! :^O

 

  • la fin, à partir de la p.116. Le passage qui m'a le plus emballé reste celui où les jeunes garçons débutent leur entraînement avec le professeur Xavier, puis celui où ils font fi de sa requête de rester en arrière-plan lors du sauvetage de Jean. C'est dans ces pages qu'on commence à voir poindre un semblant d'esprit d'équipe, un début d'entraide, de respect et d'acceptation. C'est à partir de là que l'aventure X-Men débute, selon moi! ;^)

 

  • le court supplément inclus : une mini-BD de 11 planches, réalisée par Daniel Torres et Takeshi Miyazawa. Sur un ton très léger, et à l'aide d'un dessin à l'avenant, ces deux créateurs ajoutent leur petit grain de sel à l'univers de ces premiers X-Men... et ils le font dans une optique beaucoup plus proche de celle des Italiens qui ont fait X-Campus... et dans un style qui flirte avec le manga!! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • l'absence de pagination. Encore!! Grrrrr!  >:^(

 

  • la représentation du professeur Xavier. Monsieur Rude l'affuble de gros sourcils à aigrettes qui lui donnent des airs de chouette machiavélique! C'est horrible, et ça rend ce bienveillant personnage tout ce qu'il y a de plus inquiétant. Je n'apprécie pas trop! :^P

 

  • le visage de Metzer, massacré par les dessinateurs du chap.4. Je ne sais pas qui, de Paul Smith ou de Michael Ryan, a dessiné le Metzger des p.82 et 83, mais il est carrément raté!! Primo, il ne ressemble aucunement au Metzger instauré par Rude dans les 3 premiers chapitres. Smith et Ryan en ont fait un bellâtre (alors qu'il ne l'était vraiment pas dans les premières pages!)!!? De plus, à la p.83, dans les 1re et 3e vignettes, les dessinateurs ont tellement insisté sur sa tempe gauche, dans leur représentation au trois-quarts du personnage, qu'on dirait qu'il porte une perruque rapportée!! C'est littéralement horrible, et ça fait très amateur, comme dessins! :^P

 

  • des éléments moins intéressants. D'abord, le personnage de Starkey. Il ne m'a pas accroché. Sa mutation est étrange et difficile à cerner, et les passages où on le voit délirer m'ont plus ennuyé qu'ému. Dommage... Et puis, la discussion entre Xavier et Magnéto m'a semblé longue, mais longue!! Il me semble qu'un échange aussi stérile aurait pu être resserré en 3 ou 4 pages. 7, c'est beaucoup trop!

 

 

 

Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul : Moi, chez Marvel, les X-Men sont parmi mes favoris... Mais je m'y connais encore très peu!! ;^)
Rédigé par pgluneau le mardi 01 septembre 2015 à 23:10


Je n'ai rien contre les comics de tout acabit, mais les X-men... Pas mon fort. J'Aime ton intro par contre, belle prise d'opinion.
Rédigé par Arsenul73 le lundi 31 août 2015 à 14:46


@ Anne des Ocreries : Mais ne t'en fais pas, chère Anne, je ne t'en veux pas pour autant!! ;^)
Rédigé par pgluneau le jeudi 27 août 2015 à 23:03


que veux-tu, ça reste toujours pas mon truc.
Rédigé par anne des ocreries le jeudi 27 août 2015 à 1:31


Dernièrement, j'ai lu... Pieds palmés
#01 - les Terres arides
13 août 2015

Go West
Go West
11 août 2015

Zorn & Dirna
#01- les Laminoirs
07 août 2015

Espions de famille
#01- Bons baisers de papy
09 juillet 2015

Académie Jedi
#01 - l'Académie Jedi
04 juillet 2015

Ma dernière chronique Mon 14e safari-dédicaces : la Relève, jeune ou plus mature... ou la Chronique oubliée!!
18 août 2015

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul73, sur Mon 14e safari-dédicaces : la Relève, jeune ou plus mature... ou la Chronique oubliée!!

Arsenul73, sur Fascisme 101 !?

anne des ocreries, sur Fascisme 101 !?

anne des ocreries, sur Mon 14e safari-dédicaces : la Relève, jeune ou plus mature... ou la Chronique oubliée!!

arsenul 73, sur Quand Looping rencontre les Looney tunes!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin