Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Secret des eaux
#01- LE SECRET DES EAUX
Scénariste(s) : Wilfrid LUPANO
Dessinateur(s) : Virginie AUGUSTIN
Éditions : Delcourt
Collection : Terres de légendes
Série : Alim le tanneur
Année : 2004     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (en 4 tomes)
Genre(s) : Aventure mythique
Appréciation : 5 / 6
Révélation (ou Pourquoi ne pas déboulonner les religions?!)
Écrit le lundi 02 mars 2015 par PG Luneau

Tomes lus : #01 - le Secret des eaux

            #02 - le Vent de l'exil (2005, 5,5/6)

            #03 - la Terre du prophète pâle (2007, 56 p., 5/6)

            #04 - Là où brûlent les regards (2009, 64 p., 6/6)

 

Wow!

Wow de wow!

Juste woooooooowwwwwwwww!

Au sortir de ma lecture de la série Alim le tanneur, parue de 2006 à 2009, je suis sans mot! Comment se fait-il que je n'avais jamais entendu parler de ce bijou?? Comment se fait-il qu'un récit si fabuleux et si magnifiquement illustré n'ait pas embrasé la toile, les médias et tout le jet set du 9e art??!! Je ne comprends pas que ce chef d'œuvre ne soit pas plus connu, qu'on n'en ait pas moussé la promotion plus que ce ne fut le cas!! :^S

Personnellement, ce récit des mésaventures d'Alim, un pauvre nobody qui aura le malheur de faire une découverte fascinante, aux répercussions vertigineuses, m'a littéralement aspiré dans son sillage!! Le thème, les réflexions, l'action, les suspenses, la construction scénaristique, les personnages, la précision graphique, l'originalité visuelle : tout m'a ravi... même les ellipses!?! Le tandem Lupano/Augustin réussit ici un coup de génie, une superbe réflexion analytique sur la construction d'un mythe religieux, sur son absurdité, sur l'emprise qu'il peut exercer... et, bien sûr, sur les excès qui peuvent être commandés en son nom!! Le relatif mutisme des médias serait-il dû au sulfureux contexte actuel, alors que les tensions sont exacerbées par la montée internationale du djihadisme?? Est-ce que le fait que deux bédéistes s'intéressent ainsi au délicat sujet d'une religion invasive et guerrière a effrayé certains échaudés??! Pourtant, le dernier des quatre tomes date tout de même d'il y a six ans, et le climat n'était alors pas si explosif, il me semble??

Chose certaine, en ce qui me concerne, je trouve ce récit on ne peut plus d'actualité, et je me fais un devoir de vous convaincre de vous y pencher vous aussi!!

Monsieur Lupano et madame Augustin nous convient à une fascinante épopée au sein du très hiérarchisé empire jésaméthain, un peuple fictif mais ô combien représentatif de toutes les théocraties qui ont vu le jour sur notre pauvre planète!! On y fait la connaissance d'Alim, un sans caste qui tente de gagner sa vie tant bien que mal en dépeçant et en tannant la peau des gigantesques créatures marines qui s'échouent parfois sur les côtes. Un soir, ce faisant, il découvre, dans l'estomac d'une bestiole plus que centenaire, des artefacts qui viennent ébranler toutes ses croyances religieuses, de même que tout l'establishment ecclésiastique qui régit son monde! Je ne veux pas trop en révéler, question de vous garder aussi vierges que possible, mais imaginez le foutoir que ce serait si vous découvriez avec une certitude absolue que Jésus ou Mahomet n'avait jamais existé, qu'ils n'étaient l'œuvre que d'un écrivain particulièrement créatif!? Que feriez-vous de ce secret? Le révéleriez-vous? Vous croirait-on? Votre tête serait-elle mise à prix?? Que feriez-vous de vos preuves?

C'est à ce genre de dilemme que le pauvre Alim est confronté. Priorisant la protection de sa petite fille, Bul, une charmante gamine plutôt indisciplinée qui est déjà bien mal vue de la classe dirigeante, il choisira l'exil... mais ne sera pas en paix pour autant!! En effet, la toute puissante Nef iasoubine, ce collège de Grands Prêtres à la tête de l'empire, ne peut laisser passer aucune hérésie!! C'est pourquoi Alim, sa fille et son beau-père seront pourchassés par Soubyr, un garde naïf et débonnaire, par Torq Djihid, un général sanguinaire et intransigeant, puis par Khélob le Victimaire, un dirigeant à l'ambition démesurée. Qu'il le veuille ou non, le culte de Jésameth, le Divin Navigateur, en sera changé à jamais... Mais à quel prix??!!...

Rarement une BD m'a tant fait réfléchir... C'est qu'à travers un récit riche en péripéties, en revirements et en action, Lupano décortique vraiment toutes les composantes d'une religion : d'abord, il nous expose toute la puissance d'une théocratie érigée sur le  mythe d'une idole. Puis, il nous fait réaliser l'impact que peut avoir un doute semé par la découverte d'un élément qui vient contredire le mythe, toutes les remises en question hérétiques qu'elle peut provoquer. Ensuite, on assiste à l'instauration d'un culte païen et blasphématoire, instauré par ceux qui doutent, puis à la découverte d'un lieu saint, qui deviendra lieu de pèlerinage... La toute-puissance de la foi, et les incroyables exactions qu'elle peut entraîner, quoi!... Le dialogue de la 45e planche du tome #4 est on ne peut plus éloquente sur le sujet : «L'important, ce n'est pas que l'histoire à laquelle on croit soit vraie, c'est qu'elle nous unisse!» peut-on y lire. Et cela illustre toute la portée de la tétralogie. C'est fin, intelligent, clair, cohérent... mieux que cent thèses théoriques sur le sujet!! Du grand art, je vous dis!

Accessoirement, ça rend cette série difficile à classer!! ;^) J'ai voulu lui apposer l'étiquette d'heroic fantasy, parce qu'on est dans un monde parallèle au nôtre, si l'on se fie à la flore et, surtout, à la faune dinosaurienne qui peuplent les territoires explorés par Alim et ses proches. Pourtant, outre ces animaux inconnus, tout le reste de cet univers est parfaitement réaliste!! Virginie Augustin a, en effet, fait un sublime travail de métissage, mêlant savamment les cultures arabes, indiennes, moyen-orientales, aztèques, africaines, et j'en passe! D'ailleurs, le nom même de la divinité, Jésameth, ne semble-t-il pas être la fusion de JÉSus et de MahoMET !?? ;^) C'est pourquoi je me suis contenté de l'épithète d'aventure mythique... même si ce n'est pas le mythe qui nous est raconté au sens strict du terme : c'est plutôt les impacts causés par l'instauration de ce mythe comme pierre angulaire d'une civilisation théocratique! Mais j'ai trouvé que, même si ce mythe est fictif, c'était ce qui résumait le mieux le genre littéraire de ce fabuleux récit coup de coeur, que je vous enjoins de lire et relire, à partir de 14 ou 15 ans!! Après tout, pour que je donne une note parfaite à un album (c'est la deuxième, seulement, sur plus de 520 albums commentés!!), c'est très certainement que ça en vaut la peine!! ;^)  

Si vous désirez avoir un autre son de cloche, allez lire aussi les critiques que mon ami Yaneck a écrites sur les tomes #1 à 3 (mais pourquoi diantre n'a-t-il pas encore critiqué le tome final??!)... mais vous constaterez qu'il est pas mal du même avis que moi!!

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les illustrations des couvertures, toutes superbes.

 

  • les couleurs. La grande richesse de leurs palettes agrémente d'autant l'aspect visuel. De même, les jeux d'ombrages sont très savamment exploités, comme à la fin du tome #1 ou toute la portion du tome #4 se déroulant dans la jungle.

 

  • des décors généreux, avec moult figurants. Ils nous offrent de larges panoramas de ville, de montagne ou de jungle, et nous permettent d'apprécier l'immense talent de la dessinatrice! Elle nous a tellement concocté un enrobage graphique intéressant : les vêtements, les bestioles (incluant un genre de dirigeable-méduse - qui s'avérera d'origine végétale!?! - et des loutres-panthères très gracieuses!), les architectures... même les maquillages sont léchés et impressionnants! À preuve, ceux d'Alim ou des nobles prêtres (respectivement aux p.20 et 26 du premier tome), ou celui de la sage et douce Maati (p.15 du tome #2)!! Mention spéciale à la sublime double planche du tome final (p.18-19)! ;^)

 

  • un univers fascinant, heureux mélange de peuples exotiques (arabes, indiens, tibétains, japonais, aztèques, africains, maghrébins... et même polynésiens!!). Ces amalgames de cultures, de couleurs, de formes, d'architectures et de styles vestimentaires se veulent le reflet du savant métissage de croyances, de rites et de coutumes concocté par l'auteur pour donner vie à ces peuples inventés de toutes pièces! On reconnaît des marionnettes d'inspirations thaïlandaises, des coiffes empruntées aux empereurs chinois, des vêtements mongols... Ce à quoi l'auteur a rajouté des titres ou des fonctions ecclésiastiques aux noms inspirants comme le Victimaire et sa poussière d'éclat, les Hauts-Prieurs, le Grand Timonier de la Nef iasoubine... Tout ce melting pot culturel nous est présenté dans un monde très réaliste, sans aucune magie (d'où mon hésitation à le classer d'heroic fantasy!)... où seuls quelques bestioles d'allure dinosaurienne nous confirment officiellement qu'on n'est pas vraiment dans notre réalité!

 

  • la thématique, ou plutôt la sublime analyse que monsieur Lupano en fait. Les religions, leurs dogmes et doctrines, l'utilisation qu'on en fait, en forgeant ou déformant les récits, et les atrocités qu'on peut commettre au nom de ces croyances, par manipulations, chantage... ou impossibilité de revenir en arrière (!?) sont ici exposés, décortiqués, jaugés, reconstruits et génialissimement restructurés dans un récit enlevant et léché. Du grand art! C'est trop fort! Bravo, et respect, monsieur Lupano!!

 

  • de très beaux personnages. Même si Bul ressemble beaucoup à la fillette de Lilo & Stitch, tant par son look de vahiné que par son caractère de fonceuse enjouée, elle n'en demeure pas moins très touchante et adorable. Alim et son beau-père sont aussi très intéressants, chacun à leur façon. Le gros Soubyr entraîne autant de scènes cocasses que de scènes d'action ; Cléolia, la jolie pilote, ajoute la forte présence féminine qui manquait ; le sorcier Um'Guz agit comme bouffon de service ; Kubil, le fidèle et intègre bras-droit, se révélera un personnage riche et intense, que j'ai tout particulièrement apprécié... Et les méchants, Khélob et Torq, sont si terribles qu'on ne peut que les regarder avec une horreur glacée au fond des yeux!! Bref, des personnages efficaces sous toutes leurs coutures, tant chez les bons que chez les méchants!! C'est si rare qu'il faut savoir en profiter quand ça passe!! À noter : plusieurs ont des faciès d'inspiration manga, comme Soubyr ou le jeune homme des p.8 et 9 du tome #3! ;^)

 

  • les quatre titres, en lien avec les quatre éléments. L'aviez-vous remarqué?? Ça commence par le Secret des eaux, puis on passe au Vent de l'exil, et qu'est-ce que du vent, sinon de l'air en déplacement!?!? Le tome #3 nous emmène sur un nouveau continent, la Terre du prophète pâle, alors que le titre du #4 fait littéralement référence au feu, avec son Là où brûlent les regards! ;^)

 

  • l'atroce et intransigeante violence que génère les interprétations de ce mythe qui n'en tolère aucun autre. Avec le culte de Jésameth, c'est : «Crois ou crève!!» À ce titre, dans le tome #2, la conclusion de la négociation entre Torq Djhihid, le bras armé de la Nef iasoubine, et la guide spirituelle des 13 Clans des Montagnes est probablement la scène la plus douloureuse et insoutenable que j'ai jamais lue!! Mais, curieusement, malgré cela, je la considère comme un plus, comme une des forces de cette série, car elle met en lumière, sous une transposition de peuples fictifs, l'horrible décalage que l'on peut ressentir entre des religions ouvertes et bienveillantes (comme le bouddhisme tibétain) et d'autres pratiques dangereusement intégristes et conquérantes (comme le djihad islamique). Merci au scénariste, d'ailleurs, d'avoir mis, en contrepoint de cette scène outrageuse, l'hilarante scène de la tonte du mouton, pour faire baisser la pression!! ;^)

 

  • un scénario bien construit, où les divers revirements de situation sont amenés avec justesse par de petits indices préalables. Dans le tome #2, par exemple, la puise qu'on nous présente à la p.25 est la prémisse de ce qui se déroulera à la p.45. Le gag des ânes de la p.33 met en place la solution salutaire de la p.41 et l'attaque de la silère, à la p.5, met la table pour la scène de la p.37! ;^) C'est là la preuve d'une bonne cohérence interne... et d'un grand talent de raconteur d'histoires. Encore bravo, monsieur Lupano!

 

  • de bons incipits! Les toutes premières planches du tome #3, par exemple, sont très confuses, mais tout à fait en harmonie avec le délire du personnage! Encore ici, on est en présence d'une belle cohérence scénario/montage! Et bravo pour la belle façon de nous résumer les dix ans qui séparent les tomes #2 et 3, via la petite scène avec Faloud, l'ami d'Alim, aux p.8 et 9 du tome #3. Au début du tome #4, on est immédiatement plongé dans l'action, en plein marais putrides, en compagnie de 4 personnages bien typés : le dégoûtant nouvel empereur, son fidèle bras droit, l'impitoyable général et le désopilant sorcier animiste!! Toute une entrée en matière!! ;^)

 

  • les quelques retours en arrière du 4e tome. J'ai bien aimé, par exemple, apprendre ce qui était survenu à Bul et à Cléolia (p.33 à 36). Le passage où l'on voit la jeunesse de Khélob est aussi très éclairant (p. 40-41), de même que ceux où l'on retrouve Kubil, devant la cage des hérétiques (p.21 & 58).

 

  • les circonstances des retrouvailles de tous les personnages importants, de même que l'ultime confrontation... avec ses revirements, ses surprises et sa finale... qui n'a rien d'hollywoodienne!! Wow!! Wow de wow!! Quelle conclusion!! Le 4e tome de cette série mérite amplement sa note parfaite!! ;^)

 

  • le petit clin d'œil à la série Sinbad, de Arleston, Alwett et Alary. Aviez-vous remarqué, ce personnage légendaire, dans le tome #4, à l'avant-plan de la 3e vignette de la p.62?? ;^)

 

  • l'ampleur des deux derniers tomes (56 et 64 pages, respectivement). J'aime bien quand les maisons d'éditions laissent à leurs auteurs la liberté d'éclater les traditionnelles 48 pages, quand leurs récits l'exigent.

 

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • de petites invraisemblances qui m'ont amené à me poser des questions. Dès la première scène, le Grand Janissaire attrape la mignonne petite Bul alors qu'elle commet un acte interdit (elle fait voler un cerf-volant, c'est vous dire!! ;^P). Le grand homme me semble un peu trop haut placé pour ce faire. C'est comme si un évêque avait le temps de se promener dans les écoles pour surprendre, dans les corridors, les jeunes en train de mâcher de la gomme!! À mon avis, c'est un garde ou un officier spirituel intermédiaire qui aurait dû intercepter la fautive! D'ailleurs, si le ciel «est interdit» (!?), et que la religion nous impose de ne jamais oser s'imaginer en train de s'élever dans les airs... pourquoi les cerfs-volants existent-ils? Qui les a inventés? En a-t-il payé le prix?

 

  • deux personnages qui se ressemblent un peu trop. J'ai personnellement confondu à plusieurs reprises Faloud, l'ami d'Alim que l'on rencontre dès les premières pages du tome #1, avec le vieux beau-père du héros, que l'on apprend à connaître quelques pages plus loin. Si tôt, en début de récit, alors qu'on ne connaît pas trop les personnages, il vaut mieux bien différencier les faciès, non??

 

  • un personnage sous-exploité : celui de Siara, la sœur (jumelle, manifestement!) de Khélob. Pendant les deux premiers tomes, elle est mystérieusement encapuchonnée... et je me doutais bien que ce n'était pas pour rien, qu'elle allait avoir un rôle important à jouer. Dans le tome #3, j'ai cru deviner qu'elle allait profiter de sa ressemblance avec son frère pour traficoter des plans de substitution pouvant leur permettre de diriger l'empire de deux endroits à la fois, ou de faire passer l'empereur pour un être aux pouvoirs divins d'ubiquité... Mais, au final, rien!!?? J'ai trouvé ça un peu décevant!! Tout le mystère des deux premiers tomes se veut donc simplement une fausse piste?? À moins que le scénario ait changé en cours de réalisation et que cet aspect, qui était peut-être dans les plans, ait été abandonné au détriment d'autres éléments?? Chose certaine, il me semble que monsieur Lupano n'a pas suffisamment exploité ce troisième personnage féminin au potentiel assez intéressant merci!! :^(

 

  • l'absence de résumé aux tomes #2 et 3. J'ai trouvé très étrange de constater la présence d'un résumé, en marge du tome #4... comme si ce tome était intéressant à lire sans avoir lu les trois premiers!!? On en met un partout ou on n'en met pas, ce me semble, non?

 

  • la disparition de Bul, qui fait en sorte qu'on perd de vue ce vivifiant petit brin de fille pensant plus d'un album et demi ! :^(  Heureusement, ce n'est que pour mieux revenir!!

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : De partager cette fabuleuse lecture avec toi me procure une seconde dose de bonheur!! Je te propose donc de la promouvoir à ton tour : parles-en, vante-la autour de toi... Tu verras comme c'est doublement jouissif!! ;^) J'adore ton terme de «métissage», qui résume si bien la puissance, tant graphique qu'idéologique, de cette oeuvre!!
Allez, je n'y tiens plus, je donne aussi 6/6 à ton commentaire!! ;^)
Rédigé par pgluneau le mercredi 29 avril 2015 à 22:15


Qu'ajouter de plus, sinon un tonitruant RE-WOW!!! Tu as déjà fait le tour de TOUT ce qui rend ces albums absolument sublimes. De toutes ces couleurs et ces métissages d'univers et de dogmes qui n'en tolèrent aucun autre. De cet Alim qui malgré lui, "traîne la mort dans son sillage". Au point qu'on regrette presque le premier tome qui nous apparaît presque paradisiaque en comparaison des 3 autres. Quelle chance j'ai eue de pouvoir les lire bout-à-bout, sans souffrir l'attente d'une prochaine parution. Merci Pierre-Greg! C'est encore un pur moment de bonheur que tu m'as permis de vivre là. XX
Rédigé par Danielle le lundi 27 avril 2015 à 12:14


@ Anne des Ocreries : Mais saute vite à ta bibliothèque locale pour le réserver!! Qu'est-ce que tu attends???!!! ;^)
Rédigé par pgluneau le jeudi 05 mars 2015 à 13:24


Heu ! comment tu me donnes envie là !
Rédigé par anne des ocreries le jeudi 05 mars 2015 à 13:04


@ Danielle : Puisque c'est si gentiment demandé, j'imagine que je serais bien malvenu de te refuser ça!!... D'ailleurs, ai-je déjà été en mesure de te refuser quoi que ce soit, très chère Danielle?!?! ;^)
Cette série sera dans ta prochaine livraison, promis!! Et tu l'apprécieras, promis aussi!! ;^)
À bientôt (et bonne chance pour votre saison haute qui, j'en suis sûr, est déjà pas mal enclenchée!!)
Rédigé par pgluneau le mardi 03 mars 2015 à 11:46


Mon Dieu! (incorporant tout autant mon Yahvé,mon Mahomet ou mon Toutatis) Un 6/6!!!! Mais c'est absolument irrrrrésistible tout ce que tu nous livres ici. Seras-tu surpris d'apprendre que je suis ON NE PEUT PLUS disposée à me laisser ensorceler par une aussi sublimissime série? :)
Rédigé par Danielle le mardi 03 mars 2015 à 9:55


@ Arsenul 73 : Je suis vraiment content d'apprendre que des gens l'ont lue et appréciée!! J'avais tellement l'impression qu'elle était «passée dans le beurre»! Et il est clair que ce Lupano, avec ses Vieux fourneaux, notamment, vient de subir une sérieuse remontée dans ma liste des auteurs à suivre plus sérieusement!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 02 mars 2015 à 23:05


C'est une série qui fait l'unanimité chez tous les membres du club BD. C'est rare! Lupano devient de plus en plus une valeur sure. Je suis particulièrement d'accord avec les picots 3, 4 et 5 des points positifs qui sont en effet les forces de cette série.
Rédigé par Arsenul 73 le lundi 02 mars 2015 à 18:58




Dernièrement, j'ai lu... Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Dédicaces automnales...
11 novembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Danielle, sur À la mode de Poudlard... Clairement!

anne des ocreries, sur À la mode de Poudlard... Clairement!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Dédicaces automnales...

François Bourdages, sur La BD... encore au musée!??

jean bouchard, sur La BD... encore au musée!??

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin