Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- la Mine d'or de Dick Digger
#01- LA MINE D'OR DE DICK DIGGER
Scénariste(s) : Maurice de Bévère dit MORRIS
Dessinateur(s) : Maurice de Bévère dit MORRIS
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Lucky Luke
Année : 1947     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Courts récits
Genre(s) : Western / Amérindiens / Nlle-France, Aventure humoristique
Appréciation : 3 / 6
Même les héros du Far West peuvent connaître des débuts difficiles!
Écrit le vendredi 27 janvier 2012 par PG Luneau

Pour souligner la mise en ligne de ma 250e critique, j’ai décidé de me pencher sur une des figures marquantes du monde du neuvième art et du western jeunesse, et j’ai nommé : Lucky Luke, le célèbre cowboy qui tire plus vite que son ombre!

 

Ma relation avec cet habile justicier a toujours été un peu particulière. D’abord, l’album Ma Dalton a été une des premières BD que j’ai reçues. J’ai dû le lire une vingtaine de fois car j’adorais cette histoire où l’on fait connaissance avec la mère des Dalton. Mais malgré mon intérêt pour cette histoire, je n’ai jamais été porté à prendre d’autres titres de cette série!!? C’est comme si les autres séries «m’interpelaient» encore plus fort que les Lucky Luke quand j’étais à la bibliothèque!! Et c’était pareil à chaque fois que je me voyais forcé de lire un Lucky Luke, c’est-à-dire quand c’était la seule série que j’avais sous la main : j’adorais l’histoire, je me demandais pourquoi je n’en lisais pas plus souvent… mais pouf! ça en restait là!! Je n’en reprenais pas d’autre, et il pouvait se passer encore quelques mois, voire quelques années, avant que je me décide à m’y risquer à nouveau. C’était très différent des rages Tintin ou Astérix qui me prenaient assez régulièrement, ou même de la rage Spirou que j’ai eue au début de mon adolescence, quand je me suis tapé la moitié de la série en quelques semaines! Pourquoi est-ce que Lucky Luke n’avait pas le même effet sur moi?? Je ne l’ai jamais compris, et c’est d’autant plus mystérieux que j’ai toujours été très conscient des grandes qualités intrinsèques de chacun des albums de Morris, et que je prenais toujours grand plaisir à découvrir cet univers… quand j’y étais contraint!

 

Mais cette fois-ci, j’étais décidé : je tenais à indexer un Lucky Luke… Mon hésitation a plutôt été de savoir sur quel tome arrêter mon choix : j’avais, dans ma pile à lire, le tout dernier, Lucky Luke contre Pinkerton, sorti l’an passé, une création d’Achdé et de deux grands auteurs, Pennac et Benacquista. Mais j’avais aussi le tout premier album de la série, la Mine d’or de Dick Digger, paru initialement dans le magazine Spirou en… 1947!! Comme cette critique #250, comme toutes celles qui sont multiples de 50, se veut un genre d’hommage à un grand du neuvième art, j’ai préféré lire le tome #1, vraiment issu de la main de Morris, plutôt que l’œuvre d’auteurs subalternes qui ont repris la série… Ai-je fait le bon choix??

 

Franchement, pour la réputation de l’auteur et du personnage, peut-être pas!!! En effet, cet album montre vraiment les tout débuts de l’œuvre, et comme c’est souvent le cas, on est loin du travail abouti et maitrisé auquel on aura droit par la suite!! Tous ceux qui ont lu Tintin au pays des Soviets savent ce que je veux dire : il n’y a pas pire album pour s’initier à Tintin!! Les dessins d’Hergé y sont affreusement pauvres, et le scénario en est d’une banalité enfantine désarmante, à se demander comment les éditeurs ont pu lui donner la chance de poursuivre son travail!! Mais il faut remettre les choses en contextes, bien sûr… Autre temps, autres mœurs… et surtout autre humour!! Ici, c’est la même chose.

 

J’ai lu, il y a près de trente-cinq ans (ça ne me rajeunit pas!), un grand album anthologique : la Fabuleuse histoire de Mickey, qui regroupe les premières aventures de la jeune créature de Disney. Les rares d’entre vous qui se sont tapés ce bouquin (où le pauvre Mickey ressemble à peine à une souris!) reconnaîtront dans ce premier album de Lucky Luke le même type de dessins rondouillets, de scénarii simplistes et de rebondissements effrénés, où le dynamisme et le burlesque priment sur le réalisme… On voit que Morris était, à l’époque, très inspiré par le grand Walt : d’ailleurs, le gros «méchant» qui attaque le vieux Dick Digger ressemble comme deux gouttes d’eau au Pat Hibulaire des premières années Disney! Malheureusement, ces récits ancestraux où les ennemis caricaturaux tombent dans des pièges grossiers et où les héros ont une chance inouïe ont affreusement mal vieillis!! Ils ne s’adressaient qu’aux très jeunes enfants de l’époque, c’est flagrant! Le grand Goscinny n’avait pas encore pris les rennes de la série pour lui insuffler le vent de fraîcheur et d’amusante maturité dont lui seul était capable  (il ne le fera que huit années plus tard, en 1955)…

 

Ainsi, les récits que renferme la Mine d’or de Dick Digger sont de cet ordre! Car malgré les apparences, ce volume nous met effectivement en présence de deux récits distincts! Non seulement le mot FIN, écrit dans le bas de la p.26, nous le confirme, mais les pages suivantes entraînent le jeune héros dans une toute autre aventure… déjà un peu plus originale que la première! Curieux qu’on ne fasse nulle part mention, ni sur la couverture, ni sur la page titre, de ce deuxième récit, qui n’est pas titré!! Pourtant, Lucky Luke y tombe face à face avec son sosie, un hors-la-loi féroce et dangereux, et leur ressemblance entraînera d’intéressants quiproquos… Bien plus intéressant que la poursuite des méchantes crapules qui avaient volé les plans de l’emplacement du filon d’or du vieux Digger, un ami de Luke! Si les deux récits restent bon enfant et assez convenus, le premier est encore plus banal que le second!

 

Visuellement, un simple coup d’œil à la couverture nous confirme que le dessin de Morris était encore à cent lieues de son zénith, lui aussi! Remarquez à quel point les traits de Jolly Jumper sont beaucoup plus réalistes que ceux qu’on lui connaît maintenant!!? Et même la bouille du héros n’a aucun rapport avec notre Lucky Luke d’aujourd’hui! Si ce n’était des vêtements, on peinerait à le reconnaître!

 

Si je voulais rester honnête avec moi-même, je devrais donner une note de 2,5 sur 6 à cet album. Toutefois, je décide d’ajouter un demi-point pour sa dimension anthologique, pour le caractère historique de cet «artefact du patrimoine bédéesque», qui nous montre comment l’humour américain, simple et rythmé, a commencé sa migration vers l’Est, via Morris, ce grand amateur du pays de l’Oncle Sam.

 

P.S. : À ce sujet, je vous ai déjà parlé du voyage que Morris et Franquin ont effectué aux États-Unis, en 1948, en compagnie de Jijé, leur gourou, et sa famille  (voir ma chronique sur le livre Franquin, chronologie d’une oeuvre). Je vous ai aussi déjà parlé du bijou que l’impressionnant duo composé de Yann et d’Olivier Schwartz nous a offert en reprenant les aventures de Spirou à leur façon, avec l’album le Groom vert-de-gris. Hé bien je suis très heureux de maintenant pouvoir vous annoncer la parution toute prochaine d’un nouvel album de ce duo de créateurs de génie, racontant… le périple de Jijé, Franquin et Morris en Amérique!!! Gringos Locos, c’est comme ça que ça s’appelle, sortira ces jours-ci en Europe, puis suivra sûrement chez nous dans quelques semaines. Je ne sais pas vous, mais moi, je saute dessus, c’est assuré!!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les débuts d’un grand héros. Vous dire à quel point on assiste ici à ses débuts : non seulement les Dalton et Rantanplan sont encore très loin d’être créés, mais on n’a même pas droit au «poor lonesome cowboy…» qui s’éloigne vers le sempiternel coucher de soleil!! Graphiquement, Morris nous le montre sous des airs caricaturaux burlesques qui surprendront tous ceux qui ne connaissent du héros que son attitude débonnaire classique. Ici, son menton fait le tiers de sa hauteur, rien de moins!! Mais c’est justement ces différences qui nous permettent de constater de l’infini progrès de Morris!

 

  • l’absence de rectitude politique! Si les codes régissant les publications pour la jeunesse étaient très stricts, à l’époque, il n’en reste pas moins qu’ils laissaient une certaine marge de manœuvre sur certains aspects. Ainsi, ça fume souvent, et quand les personnages tirent des balles de pistolet, ça touche et, parfois même, ça meurt (comme nous le laisse supposer la planche finale)!! Luke est déjà un héros, mais il n’est pas encore parfait. Il n’a pas le fini poli et un peu froid qui fait maintenant sa marque de commerce… À bien y penser, c’est peut-être ça qui a toujours fait en sorte que je garde une petite distance avec cette série!! Et je ne dois pas être le seul : Lucky n’a jamais réellement soulevé l’engouement de ses fans, qui lui ont toujours préféré les personnages secondaires plus loufoques, comme Jolly Jumper, Rantanplan et les Dalton!! Ici, le jeune héros est allumé, expressif et enjoué. Il démontre un certain enthousiasme dans tout ce qu’il fait, et dégage une certaine fraîcheur qu’il perdra avec le temps… (mais il gagnera tant d’autres choses!!)

 

  • la belle variation de faciès. Déjà, dans le second récit, Morris semble faire un effort particulier afin d’offrir des physionomies différentes et variées. Je ne serais d’ailleurs pas étonné d’apprendre que certaines de ces tronches soient des caricatures de personnalités connues ou de gens de son entourage! Je pense entre autres au visage de Charley Chick, le malfrat à la jambe de bois (p.28, 4e vignette), à celui du shérif (p.30, 2e vignette) ou de l’entrepreneur de pompe funèbre (p.35, 3e vignette) – ce dernier n’ayant encore rien à voir avec le croque-mort qu’on retrouvera éternellement par la suite dans une grande majorité d’albums, en figuration!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • les dessins et la grande pauvreté des décors. Ma comparaison avec les toutes premières aventures de Mickey Mouse est, encore ici, justifiée! Tout comme dans les cartoons dessinés par Disney ou ses assistants, les décors sont vides et monochromes, et pour les personnages, on est dans le burlesque élastique! Les bras s’étirent au mépris du réalisme et Jolly Jumper ressemble à la vache Clarabelle (p.17, 8e vignette). C’est assez minimal!

 

  • les noms anglais, mêlés aux noms français! Dans l’Ouest Lointain que Morris nous propose, le français prend pas mal de place! En effet, bien que Morris tente manifestement de respecter la langue de l’époque et du lieu (il fait même dire «Come on» à l’une de ses crapules!), au moins la moitié des affiches et des noms de commerce est écrite en français… Pourquoi?? Ou, plutôt, pourquoi seulement la moitié?? Faites-vous une idée, messieurs les scénaristes : choisissez de tout traduire, ou de tout laisser dans la langue «originale» (avec sous-titres, si nécessaire!)… mais cessez d’être à cheval sur deux systèmes (je le disais déjà dans ma critique du tome #3 de la série Ben, il y a quelques jours à peine!)!!

 

  • le mystère des planches manquantes (??!!). Petit détail s’il en est un, j’ai remarqué que Morris avait numéroté toutes ses planches. Grand bien lui fasse… mais les numéros sautent!! Les planches #7 et 49 sont inexistantes, de même que les planches 26 et 27!! Comme ces deux dernières se retrouvent «entre» les deux récits, on peut supposer qu’un court récit de deux pages aurait été dessiné mais non publié. Beau défi que celui de les retrouver!! Pour ce qui est de la #7 et de la #49, l’histoire se poursuit pourtant de manière naturelle! Serait-ce que les planches manquantes aient été des planches ratées que le dessinateur aurait refaites, mais sans modifier la numérotation?? Ou des planches, avec des péripéties supplémentaires, qui auraient été refusées par les éditions Dupuis? Qui sait?? Aux archivistes de résoudre ces énigmes!

 

  • le découpage en damier, très classique. C’est assez lassant. Morris en est même venu à placer cinq rangées par planche, ce qui donne de minuscules cases! Quand, en plus, il doit numéroter certaines cases pour nous guider dans notre lecture, dans le haut de la p.33, c’est dire combien leur disposition ne suit pas le sens naturel de la lecture!!

 

  • le côté bon enfant des récits, très basique et, heureusement, aujourd’hui dépassé! C’est important d’être prévenus et de savoir à quoi s’attendre : il ne faut les prendre que pour ce qu’ils sont, c'est-à-dire de simples divertissements des années quarante. Sinon… allô la déception!!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Kikine : Je constate qu'encore une fois, on est tout à fait sur la même longueur d'ondes!! La série est bonne (du moins, ses albums majeurs!), mais Lucky lui-même n'est pas drôle, point à la ligne! Si tu as à t'y replonger, je te conseillerais Ma Dalton, la Diligence, le Cavalier blanc, Western Circus ou le Pied-Tendre!
Rédigé par PG Luneau le lundi 30 janvier 2012 à 22:31


Très drôle ta relation avec Lucky Luke. Comme toi, ceux que j'ai lu, à droite ou à gauche parce que je suis tombée dessus, lorsque j'étais jeune, chez mes cousins ou cousines, m'ont plu. Je passais un agréable moment à les lire et je les relisais à chaque fois que je retournais chez mes cousins. Mais, jamais de là à avoir une envie d'en lire plus, de découvrir les autres tomes.
Comme tu le dis, Lucky Luke n'attire pas particulièrement les foules et on lui préfère souvent Rantanplan, Jolly Jumper ou les frères Dalton qui ont plus de "présence". Peut-être parce que ce héros n'est fondamentalement pas très drôle ? De souvenir, tous les gags sont issus des personnages secondaires, non?
Pour conclure, je me déciderai bien, un jour, à relire un Lucky Luke mais mon avis est que je ne plongerai vraisemblablement pas dans le premier ... à moins que j'aies vraiment envie de revoir les début et la maladresse de crayon ! :)
Rédigé par kikine le lundi 30 janvier 2012 à 18:07


@ Arsenul : Heureux d'avoir pu rallumer ta flamme «Lucky Lukienne»!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le samedi 28 janvier 2012 à 23:48


Effectivement, je relis et c'est clair, tu en parlais. Tu m'as donné le goût! Ce soir j'Ai lu un de mes préférés, des barbelés sur la prairies. Lucky est un peu comme Astérix, bien meilleur avec Goscinny. Je m'en vais me coucher avec l'intention d'entamer le 20e de cavalerie.
Rédigé par Arsenul le samedi 28 janvier 2012 à 21:43


@ Arsenul : C'est tout de même étonnant que le héros d'une série si connue n'emballe pas plus ses fans!...
Pour ce qui est de l'album sur le voyage de Morris et cie aux É.-U. et au Mexique, non seulement je suis au courant... mais tout le post-scriptum de ma critique en parle en long et en large!!! J'imagine que tu as eu une couche à changer entre le début et la fin de ta lecture!! ;-)
Et pour ce qui est de jaser avec Morris, on ne sait jamais : le commentaire avant le tien nous propose une discussion avec Goscinny, alors qui sait?!?
Rédigé par PG Luneau le samedi 28 janvier 2012 à 14:57


Bonne intro avec ta relation mystérieuse entre toi et ce cow boy. J'ai eu une offre incroyable, j'ai tous les Rombaldi de Lucky Luke, couverture cuir très old fashion. J'avoue les lire aux compte goutte...?
Savais-tu que bientôt une BD narrant le voyage au Mexique de Franquin Morris et Jijé sortira bientôt!
C'est certain qu'on était aux balbutiements de la BD, le premier Tintin était si nul que même Hergé n'a pas voulu le redessiner! Le premier Lucky avait des croutes à manger
j'ai eu bien du plaisir à te lire, tu as l'oeil aux détails c'est incroyable! Bravo!
Je n'attendrai pas que Morris participe à la discussion cette fois-ci, il parait qu'il n'est pas très techno... ha ha ha
Rédigé par Arsenul le samedi 28 janvier 2012 à 13:34


@ Yaneck : Merci d'abord pour tes gentils commentaires. Comme j'étais moins amateur de «dessin réaliste», quand j'étais jeune, je n'ai jamais vraiment lu les Buck Danny ou autres Dan Cooper, Barbe-Rouge, Michel Risque ou même Blake et Mortimer. Je suis donc encore moins au courant de leur évolution graphique. Par contre, en BD humoristiques, j'aborde ce point avec mes élèves : je leur fais observer une photocopie montrant un Astérix de la première planche du tome #1, puis un Astérix tiré du tome «la Zizanie», puis je leur demande de me dire lequel a été dessiné par Uderzo. Puis, je pose la même question avec deux Tintin, deux Milou, deux Schtroumpfs (dont le premier, très différent, qu'on aperçoit dans «la Flûte à six schtroumpfs», de Johan et Pirlouit!), deux Gaston... et deux Cédric, même si cette série est bien plus récente. Ce n'est qu'à la toute fin que je leur dévoile l'imposture : tous les dessins sont de la main des dessinateurs originaux! Ce n'est que leur style qui a progressé (heureusement!!)! D'où l'importance de se pratiquer encore et encore et encore quand on fait du dessin... ou quoi que ce soit d'autre!!
Pour ce qui est de la monotonité de Lucky Luke (le terme n'est pas trop fort!), ton interrogation sur ce qu'en pensait Goscinny est très intéressante. On pourrait peut-être organiser une petite partie de Oui-ja?! Qu'est-ce que ce serait trippant d'interroger le grand Goscinny!!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le samedi 28 janvier 2012 à 9:42


Tu me sembles faire un article assez complet, et très honnête. Comme pour beaucoup de grands classiques de cette époque, les numéros 1 sont très en deçà de la suite. Les Buck Danny sont ainsi, par exemple. Mais oui, Morris a grandement progressé, et il s'est associé avec un fantastique scénariste.
J'aime ton interrogation sur le caractère de Lucky Luke, et sur le fait qu'il ne soulève pas les foules. C'est vrai qu'il a été fait sur une tonalité très monocorde, presque monotone. Laissant ainsi plus de place aux personnages secondaires. Je me demande ce qu'en disait Goscinny? A-t-il fait exprès?
Rédigé par Yaneck le samedi 28 janvier 2012 à 7:57




Dernièrement, j'ai lu... Zoé Super
#01- Même pas peur!
07 octobre 2018

Boule à zéro
#05- le Nerf de la guerre
22 septembre 2018

École Crinoline
#01- Une rentrée de princesse
16 septembre 2018

Espions de famille
#05- l'Espionne qui m'aimait
09 septembre 2018

Pan'pan panda, une vie en douceur
Pan'pan Panda, une vie en douceur - #1
02 septembre 2018

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Denis Rodier et Tristan Roulot à Prévost
19 octobre 2018

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Denis Rodier et Tristan Roulot à Prévost

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Viau et Jalette à Prévost

anne des ocreries, sur Il n'y a pas de honte à être petite parmi les grands!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Alex A. à Prévost... et accessible!!?

anne des ocreries, sur Du rire aux larmes, avec Zidrou le magénicien!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin