Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- la Tache noire
#01- LA TACHE NOIRE
Scénariste(s) : Etienne WILLEM
Dessinateur(s) : Etienne WILLEM
Éditions : Paquet
Collection : X
Série : Vieille bruyère et bas de soie
Année : 2004     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (diptyque)
Genre(s) : Aventure policière, Historique
Appréciation : 5 / 6
Deux en un... et l'un en deux!!?
Écrit le mercredi 09 avril 2014 par PG Luneau

Tomes lus : #01- la Tache noire (2004, 48 p., récit à suivre 1/2)

            #02- Murder party (2006, 48 p., récit à suivre 2/2)

#03- le Cercueil des souvenirs (2007, 64 p., récit complet, Aventure, Historique, Fantastique mythique, Aventure policière)

Ah! Que j’aime les dessins d’Étienne Willem!! Je vous les ai vantés lorsque j’ai parlé du premier tome de l’Épée d’Ardenois (d’ailleurs, il serait plus que temps que je lise la suite de cette fabuleuse série!! :^), mais j’y reviens cette fois avec une série sur laquelle il a travaillé quelques années plus tôt, une série qui fleure bon la pipe et les jardins anglais, l’entourloupe et le mystère, l’Inde coloniale et le Londres de l’Entre-deux-guerres… Bref, bienvenus dans le monde de Vieille bruyère et bas de soie!

Dans la Tache noire, le premier volet de cette palpitante série, l’inspecteur-chef Arbuckle est sur le point de prouver la culpabilité du très haut placé Sir Walter Rutherford dans divers trafics de toutes sortes. Seulement voilà que son témoin-clé, le comptable de Sir Walter, se fait assassiner, presque sous ses yeux ! Qui peut bien vouloir faire avorter cette enquête? D’autant plus que Sir Walter, sur qui se portent bien évidemment les premiers soupçons, vient tout juste de mourir, dans un accident de voiture, quelques heures avant le meurtre! Se profile alors une affaire complexe qui causera bien des soucis à l’inspecteur et à sa nouvelle partenaire impromptue : la toute mince et toute jolie miss Indrani Mac Millan, nièce du sous-sécrétaire d’état au Home office!

Murder party, le deuxième tome de la série, est en fait la suite directe du premier. Alors qu’on aurait pu croire que le mystère était résolu, voilà que de nouvelles découvertes poussent Arbuckle et Mac Millan à séjourner en Écosse et à enquêter plus à fond sur la clinique psychiatrique de l’ancienne épouse d’Arbuckle!?!?  Au fil des pages, on réalise que les ficelles de l’intrigue montent bien plus haut que ce que le premier tome voulait bien nous laisser croire, et que nos deux amis devraient se dépêcher un peu s’ils veulent  enrayer le flot de sang qui s’épand dans la lande!! Je vous conseille de rester bien vigilants, quitte à prendre quelques notes, si vous voulez saisir toute la portée des brillantes machinations conçues par monsieur Willem!

Pour sa part, le troisième album, le Cercueil des souvenirs, s’avère être, en fait, un montage de deux antépisodes!? Une cérémonie funéraire (mais qui donc vient de mourir??) donne effectivement l’occasion à deux des personnages importants des premiers récits de se remémorer leur passé. Dans le premier long retour en arrière, qui consiste en une chicane d’archéologues agrémentée d’un soupçon de fantastique, à la Indiana Jones, on nous explique comment Indrani est «devenue» la nièce de Lord Dravott… Le second nous montre la première affaire qu’Arbuckle a dû élucider en arrivant à Scotland Yard : une histoire de transfert de fonds qui tourne mal, malgré la garde rapprochée dont il bénéficiait!… Deux récits distincts, donc, qui nous présentent pourtant la presque totalité des personnages importants des tomes #1 et 2!!

Quoi dire de plus pour vous inciter à découvrir cette magnifique série si peu connue? Non seulement les intrigues sont intelligentes et construites avec talent, mais en plus elles sont illustrées d’une main de maître par un artiste au graphisme gentiment caricatural et des plus accessibles!!

Non, il n’y a pas à dire : Vieille bruyère et bas de soie est, pour moi, une série incontournable! À noter toutefois que, malgré le charme de ses dessins et de ses couleurs vives, elle ne s’adresse vraiment pas aux enfants de moins de 14 ans (compte-tenu, notamment, de la complexité des intrigues).

Fait à noter, monsieur Willem sera présent chez-nous cette semaine, lors de l’édition 2014 du Festival de BD francophone de Québec. Soyez assurés que je ferai des pieds (de grue, sans doute! ;^) et des mains pour le rencontrer… et lui demander de me dédicacer quelques albums! J’en frétille déjà!!

À lire aussi : la critique des deux premiers albums, par ma copine Allie!

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le nom de la série. Il évoque plein de chouettes images, toutes issues de la vieille Angleterre!… De plus, il me rappelle inévitablement la comédie policière Arsenic et vieilles dentelles (dont j’ai lu le texte, il y a plusieurs années), qui nous plonge totalement dans des ambiances à la Agatha Christie, elle aussi! ;^)

 

  • les pages de garde, reproduisant toutes un crayonné différent de l’artiste. On peut ainsi constater l’ampleur de son talent en admirant la rondeur de ses courbes quand vient le temps de dessiner ses personnages, tout en contraste d’avec la rigueur plus carrée (mais sans rigidité!) de ses décors.

 

  • les dessins de Willem, qui me rappellent le style disneyien des belles années. Autant sa série l’Épée d’Ardenois, qui se passe dans une forêt médiévale avec des personnages animaliers, nous lançait dans l’univers du Robin des bois de Disney, autant ces enquêtes-ci, chez la noblesse, prennent des airs des Aristochats!! D’ailleurs, l’inspecteur-chef Sedgewick, qui part à la retraite dans le tome #03, est le parfait sosie du notaire de Duchesse!! Et le chien de chasse d’Arbuckle, dans Murder party, ne rappelle-t-il pas immédiatement les bassets qui pourchassent Duchesse, O’Maley et les chatons?! J’adore ce style qui, bien que conventionnel, reste d’une efficacité à toute épreuve lorsqu’il est aussi bien maîtrisé que dans ce cas-ci!

 

  • les très intéressants contrastes qui opposent les deux principaux protagonistes! D’abord, physiquement, ils ne peuvent être plus diamétralement opposés qu’ils ne le sont!! Vous n’avez qu’à jeter un coup d’œil à la quatrième de couverture de n’importe lequel des tomes pour vous en convaincre!! Lui est énorme et plus âgé, elle, toute svelte et élégante… On comprend en un clin d’œil qui fume la vieille pipe de bruyère et qui porte les bas de soie!! ;^) Mais leur caractère est aussi fort différent : lui est bourru, entêté et soucieux de faire les choses à sa manière… Elle est impulsive et fonceuse… et elle n’en fait qu’à sa tête… Finalement, ils ont quand même ce dernier point en commun!! ;^)

 

  • les ambiances bien campées. On sent très bien le Londres des Grandes Guerres, le quartier mal famé de Whitechapel (et son éventreur!), la lande écossaise brumeuse (qui rappelle Sherlock Holmes), l’Inde coloniale (sous la botte des Britanniques) et ses temples cachés dans la jungle inextricable!! ;^)

 

  • la richesse des scénarii!! Beaucoup d’entourloupes géniales, de revirements inattendus, de trahisons imprévisibles, d’étonnants retours en scène… mais sans jamais sombrer dans le n’importe quoi!! Ça peut être un peu confondant (j’en parle plus loin), mais c’est brillamment bien mené!

 

  • une certaine richesse de vocabulaire! J’ai appris, grâce à ces volumes, ce qu’est un haggish (haggis, dans le Larousse!?) et le sens du verbe suborner! ;^)

 

  • quelques caméos ou clins d’œil amusants. Outre la tombe de Hellboy (?!? à la dernière vignette de la p.63 du tome #03), j’ai bien aimé qu’on mentionne (quelques pages auparavant) un père Cadfaël, en référence au célèbre héros de la série de romans policiers éponyme! De même, je tiens à souligner la présence de Gandhi, dans la première moitié de ce même tome. Le fait de mettre Indrani et le grand Mahatma en contact aussi proche donne du poids au personnage et au scénario!

 

  • l’intéressante légende indienne, racontée à la p.11 du tome #03. Étant amateur de mythologie mais très peu connaisseur de celle des Indiens, ces quelques cases, superbement coloriées, me donnent un chouette aperçu de ce qu’elle peut être!

 

  • tout l’antépisode que constitue le tome le Cercueil des souvenirs, finalement!! C’est vraiment très plaisant de faire la connaissance de tout ce beau monde alors qu’ils étaient jeunes et que leurs relations étaient plus ou moins définies!

 

  • le mystérieux mais très inspirant épilogue qui clôt le tome  #03. Aura-t-on un jour la chance de découvrir en quoi consiste cet amas difforme qui fait office de cadavre à la morgue du prof. Chadwick?? Je nous le souhaite (et j’interrogerai monsieur Willem à ce sujet, soyez-en certains!!)!

 

  • le fait d’avoir réédité les deux premiers tomes dans la même maquette que le troisième! Ça uniformise l’ensemble... malheureusement, j’ai quelques petites réserves (voir plus bas)…

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le nouveau typogramme de la série. Je préférais, de beaucoup, celui de la première édition, tout en grandes lettres étirées, totalement dans le ton des années folles! De même, les illustrations des couvertures de la première édition, que je vous montre ici, m’apparaissent bien plus punchées que celles qui ornent les deux nouvelles couvertures! ;^(

 

  • la composition du haut de la p.6, dans le tome #01. J’ai galéré pas mal avant d’en trouver le sens de lecture : j’ai lu normalement, à de nombreuses reprises, par étage horizontal (vignette #1 en haut, vignette #2 puis #3, puis moitié du bas de la vignette #1, pour finir avec la #4) avant de réaliser que la vignette #1 s’étale sur deux bandes!! Il faut être vraiment à l’affût pour constater que le haut de la porte-cochère de ce premier dessin n’est pas le prolongement de la première gouttière horizontale!!

 

  • des scénarii qui demandent d’être très attentifs. Sincèrement, j’ai pris le récit en deux tomes à la légère, lors de ma première lecture : je le lisais pour me détendre, sans trop porter attention… et je n’y ai rien compris!!! Willhem est très fort pour insérer de courtes scènes inexpliquées dont on ne comprendra le sens qu’une dizaine de pages plus loin!! D’où l’importance d’être entièrement présent à sa lecture!! Car bien que ce soit très fin et cohérent, ça demeure complexe… mais ça mérite pleinement qu’on se creuse la tête pour bien suivre! Je vous recommande de prendre des notes afin de vous aider à démêler les nombreux personnages, un peu comme je le fais quand je veux bien comprendre un bon Agatha Christie… et portez attention à tous les détails! ;^)

 

  • deux petites erreurs. D’abord, une «coquille graphique» (ou de coloration?), à la p.37 du tome #03. En comparant les vignettes #4 et 9, on constate que le cambrioleur perd son gant de la main droite d’une façon aussi soudaine qu’illogique!! ;^) Puis une autre, je crois, mais dans le texte du tome #01 cette fois : à la p.23, Stanford demande à son chef «Comment a-t-il fait pour parvenir à la chambre de Vance, votre monte-en-l’air?»… mais aucun personnage ne porte ce nom, à ma connaissance?! Le comptable assassiné dans la chambre en question s’appelait Edward Alcorn!!? Ce comptable s’est-il appelé Vance dans une version antérieure, et les correcteurs auraient survolé ce détail sans le remarquer?! À moins que ce ne soit moi qui sois dans le champ, auquel cas milles excuses! Mais j’aimerais comprendre!! ;^)

 

  • la si précieuse et si étonnante statuette qu’on aperçoit en format géant sur la couverture du Cercueil des souvenirs. Suis-je le seul à y trouver des connotations que Freud aurait pris grand plaisir à analyser?!?! Personnellement, je la trouve angoissante et effrayante : que les psychanalystes qui me lisent se mettent au travail!! ;^) D’ailleurs, cette couverture ne me plait pas trop, dans son ensemble : Willem a tenté d’y intégrer des éléments des deux courts récits, mais ceux-ci sont si différents qu’on se retrouve avec un assemblage un peu trop hétéroclite à mon goût.

 

  • la dichotomie entre l’intrigue, très complexe, et le style bon enfant des dessins. Personnellement, j’adore : je suis le parfait lecteur-cible pour ce genre de combinaison, et j’aimerais que plus de bédéistes prennent ce beau risque!… Mais j’ai un peu peur que plusieurs adultes jugent les dessins trop enfantins pour eux (ne se donnant pas la peine de lire l’album), ou qu’ils croient qu’il s’agit d’un album pour enfants… ce qui n’est pas du tout le cas!

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : Comme je le disais, ces récits sont quand même assez denses! J'ai, moi-même, préféré ma seconde lecture du premier diptyque, car cette deuxième fois-là, j'ai pris des notes et porté plus attention. Puis, j'ai lu le troisième tout de go : les personnages étaient frais dans ma tête (et il y en a une multitude!!!), et j'avais encore mes notes sur eux.
Je comprends donc tout à fait que la lecture du troisième tome t'ait causé problème, surtout si un grand laps de temps séparait tes deux lectures!!
Bref, note à tous les futurs lecteurs : lisez ces trois tomes en rafale, en prenant de bonnes notes de lecture et en restant bien concentrés!!
Rédigé par pgluneau le lundi 27 avril 2015 à 18:39


La lecture des 2 premiers date sans doute un peu trop, car ce troisième album m'a semblé plutôt confus. Comme si on avait tenté d'y fourguer 3-4 intrigues, sans en élucider une seule. Embrouille pour le moins complaisante aussi en ce qui a trait à la composition racoleuse et implicitement lubrique de la couverture (car Non! P-G, tu n'es pas le seul à y déceler une connotation sexuelle) ;^)Ce qui m'amène à me demander si c'était VRAIMENT nécessaire?? Et ce qui motive désormais le choix de ces nouvelles illustrations?
Rédigé par Danielle le lundi 27 avril 2015 à 13:11


@ Anne des Ocreries : Ce n'est pas «pas mal», Anne, c'est super! Et sublime, en plus! Sans compter que l'auteur est ultra sympathique!! Donc : plonge sans réserve!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le jeudi 17 avril 2014 à 9:07


Ma foi, c'est que ça m'a l'air pas mal du tout, ça...! Pis, déjà, le graphisme me plaît.
Rédigé par anne des ocreries le mercredi 16 avril 2014 à 16:48




Dernièrement, j'ai lu... Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?
25 juillet 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul, sur la Triste petite histoire des Robin...

anne des ocreries, sur la Triste petite histoire des Robin...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #017- Avec Poirier, c'est le pied!!

arsenul 73, sur le Retour de l'adorable fouineuse!!

anne des ocreries, sur le Retour de l'adorable fouineuse!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin