Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Mon 8e safari-dédicaces : Deuxième édition montréalaise... et le soleil est au rendez-vous!!
Écrit le samedi 22 juin 2013 par PG Luneau

Festival de la BD de Montréal 2013

(Première partie)

 

La deuxième édition du Festival de la BD de Montréal s’est tenue du 31 mai au 2 juin dernier. J’aurais bien aimé mettre en ligne ce premier papier il y a une vingtaine de jours, alors que le buzz post-festival battait son plein!... Mais j’ai bien peur que tant que François Maheux, le grand bonze de ce festival (et, accessoirement, libraire chez Planète BD!!), choisira ces dates, il ne pourra en être autrement : le début juin est le pire moment de l’année pour les pauvres petits enseignants comme moi!!... Aussi, j’espère que vous me pardonnerez ce délai indu, mais inévitable : le boulot doit parfois passer avant les loisirs… malheureusement!! ;^)

Cette année encore, c’est dans le parc Lafontaine que les organisateurs ont planté leur tente… mais en lieu et place du petit auvent pour six personnes auquel on a eu droit pour se protéger de l’incessante pluie, l’an passé, c’est un immense chapiteau merveilleusement bien garni qui nous accueillait… et qui nous protégeait du soleil!! Quel bonheur!! D’ailleurs, je me suis fait demander non pas une mais deux fois pourquoi je n’avais pas mis mon chapeau d’explorateur!! C’est dire que l’iconographie de l’Explorateur BD, avec son chapeau-safari, commence à laisser sa trace dans la mémoire des gens du milieu : c’est très bon signe!! ;^)

D’abord, le petit bilan d’usage : trente-six dédicaces!!... Et oui, 36 de plus!! En un total de treize heures trente de présence, soit une moyenne d’environ une dédicace par 23 minutes! Et je peux vous dire que deux des Français de passage ont dû en avoir soupé de voir ma binette, car à eux seuls, ils sont responsables de plus du tiers de ces dédicaces!! Pour les avoir tant accaparés, j’imagine qu’ils méritent les premières lignes de ce compte-rendu, non??

  • J’ai donc croisé Pierre Alary, le dessinateur des séries Sinbad et Belladone. Autant la première, dont j’ai lu de grands extraits dans le magazine Lanfeust, m’avait laissé un peu sur ma faim, scénaristiquement parlant, autant j’avais adoré les premiers tomes de Belladone… C’est pourquoi j’avais amené mes trois tomes portant sur «cette» mousquetaire d’élite, souhaitant pouvoir refaire la file trois fois au cours de la journée… Et bien non seulement j’ai pu tous les voir se faire enluminer de belle façon (d’un Maxime De Breuil, d’une Anne (sa vieille mère) et d’une Marie/Belladone), mais j’ai en plus fait la file en excellente compagnie, jasant avec plein de fans sympathiques, dont l’éminent collectionneur Michel Desgagnés, avec qui je me suis trouvé plusieurs points communs : s’il a 2000 tomes de plus que moi dans sa collection (pour un total de 6000!), il n’en a, lui aussi, que la moitié de lue!! On a discuté, notamment, de l’avenir de nos collections : à qui lèguerons-nous nos milliers d’albums, quand on prendra notre retraite de collectionneur?? Gros dilemme!! (À noter, il m’a très chaudement recommandé l’album Cézembre, de Nicolas Malfin, le génialissime dessinateur de la non moins génialissime série Golden City. Il a d’ailleurs donné quelques conseils techniques au dessinateur, lorsqu’est venu le temps d’illustrer des manœuvres aériennes!! En effet, Michel s’y connaissant en aéronautique, il a pu faire corriger certains angles d’attaque ou certains panneaux de direction que Malfin n’avait pas orientés convenablement! C’est une façon originale, je trouve, de contribuer à la création d’un album!!). De fil en aiguille, et à force de voir tous les autres collectionneurs qui, comme moi, se remettaient en file pour une nouvelle dédicace (on devait être cinq ou six à «faire le carrousel»!),  j’ai fini par me laisser tenter par la nouvelle série de monsieur Alary, écrite par Fabien Nury, lui-même présent : il s’agit de Silas Corey, et elle raconte les aventures d’un détective-espion pas toujours très net dans la France de 1917. J’ai eu la chance de pouvoir mettre la main sur les deux tomes de ce premier diptyque (merci Steeve : le tome #1 était si difficile à dénicher!!), et les deux ont été dédicacés!

Pour saFabien Nury et Pierre Alary part, monsieur Alary m’a demandé de lui indiquer les meilleurs endroits des environs pour s’acheter des disques à prix raisonnables («Pas comme chez cet Archambault!» s’est-il exclamé!) Je lui ai donc conseillé les boutiques de CD usagés de la rue Mont-Royal. De plus, nous avons parlé de son coup de crayon, très souple, et de son don pour toujours placer ses personnages dans des postures très vivantes, hautement accentuées par les quelques fions d’aquarelle qu’il rajoute après ses encrages. Le questionnant à ce sujet, j’ai été un peu désarçonné par sa réponse : «Je ne contrôle absolument rien! Je laisse simplement faire ma main. C’est elle qui décide!» C’est là, j’ai l’impression, une réponse qu’on ne trouverait pas dans la bouche d’un dessinateur débutant!! Et j’ai enfin pu savoir que Belladone n’est pas une série morte! Joie, bonheur : la «plug» n’a pas été tirée!! En effet, Ange (au scénario) et lui ont un second cycle en tête (et depuis longtemps!), mais, faute de temps et de circonstances, il est toujours en attente. Un jour, un jour… Il nous est donc permis de rêver!

  • L’autre Français avec qui j’ai passé à peu près le quart de mon temps au festival, c’est Nicolas Bannister, l’illustrateur de la fascinante série que je viens de critiquer, les Enfants d’ailleurs. Ce sont mes deux triptyques que j’ai réussi à faire dédicacer par ce charmant et très talentueux artiste. J’avais bien anticipé la situation : puisqu’il s’agit d’une série jeunesse, j’ai eu raison de penser que très peu de collectionneurs se bousculeraient aux portillons (car la grande majorité s’attardent plus aux séries adulte). J’ai donc pu, ici encore, «faire le carrousel» avec deux autres fans, laissant parfois ma place aux quelques petites familles de passage qui se laissaient tenter! J’ai donc pu discuter tout à mon aise avec ce charmant dessinateur! Outre les quelques commentaires d’usage sur l’éternel contraste linguistique (accents, vocabulaire et expressions typiques : sa copine, Flora Grimaldi, et lui en sont à leur premier séjour chez nous, et nos «Bienvenue!», en réponse aux «Merci!» des gens les ont bien impressionnés!), nous avons discuté de l’origine du nom de Bannister… Croyez-le ou non, c’est un pseudo!! Trouvant son patronyme trop difficile à prononcer par les anglophones, cet ambitieux monsieur, qui vise le marché américain, a choisi quelque chose de plus facilement «articulable» dans les deux langues! Pourtant, son véritable nom a beaucoup de classe… (Malheureusement, par respect pour sa vie privée, j’ai décidé de vous taire ce nom, même si Bannister lui-même ne me l’a pas expressément demandé… Mais comme j’ai senti une petite réticence de sa part, quand j’ai cherché à lui faire cracher le morceau, vous comprendrez et accepterez sans doute ma décision. D’ailleurs, Bannister, c’est très bien, aussi… quoi qu’en dise son paternel, qui est bien déçu que la popularité de son fils se fasse sous un pseudonyme!! ;^)

Flora Grimaldi et Nicolas BannisterChose certaine, peut-être a-t-il bien fait car ses Enfants d’ailleurs se vendent très bien aux États (sous le titre the Elsewhere chronicles), comme je vous le disais dans ma critique. En ce qui nous concerne, nous, fans francophones, j’ai appris une bonne nouvelle : l’héroïque quatuor de cette série vivra sûrement une autre aventure de quelques tomes!! Nykko, le scénariste, a des idées. Tout ce qui leur manque, à tous deux, c’est d’un peu de temps! (Tiens donc!?! Une chanson que je connais bien…  pour la chanter souvent! ;^) Bannister, pour sa part, bosse actuellement sur le deuxième album de Tib et Tatoum, la nouvelle série qu’il dessine sur les textes de… Flora, sa propre conjointe!! Cette série, éditée chez Glénat, raconte les aventures d'un enfant des cavernes et un petit dinosaure tout trognon... et elle fait déjà un malheur, en France : il y a même une bibliothèque municipale, à Marseille, qui a été entièrement redécorée à la «Tib et Tatoum», avec fresque, planches agrandies et exposition d’originaux!

Bien sûr, je me suis aussi fait dédicacer un tome de cette nouvelle série… plus un deuxième, que j’ai fait tirer parmi mes élèves les plus méritants! Avec monsieur au dessin et madame au texte ET à la coloration, je ne pouvais pas passer à côté! Nous avons donc continué de discuter BD!! J’ai appris que ce charmant couple n’aime pas plus l’alcool que moi, ce qui fait qu’ils sont généralement beaucoup plus frais et dispos que bien d’autres, les dimanches matins de festival, pour venir dédicacer. En effet, ils m’ont confirmé ce que je subodorais déjà : les créateurs de BD sont souvent de joyeux lurons, assez portés sur la dive bouteille, et les partys du samedi soir, dans les festivals BD (en Europe, bien sûr, pas ici!! :^0), peuvent rendre les dédicaces du dimanche matin un peu moins efficaces! Tenez-vous le pour dit! ;^) Puis, on en est revenus aux alias : Flora, pour sa part, a choisi le nom de famille de sa mère comme nom de plume! En plus de Tib et Tatoum, elle est sur le point de sortir une nouvelle série qu’elle écrit pour une dessinatrice russe, Anna Cattish. Ça s’intitulera Big Bang Cats,   (pour en savoir plus, jetez un œil à la page Facebook de cette future série!)  et ça racontera, dans un style très manga, les mésaventures d’une bande de jeunes loosers qui parviendra à s’en sortir un peu en enfilant cagoules et masques pour créer… un groupe de musique hyper branché!! Leurs intimidateurs n’y verront que du feu!! Ce sera, sans nul doute, à surveiller!

Nicolas, pour sa part, prend une petite pause du secteur jeunesse en tâtant le terrain du côté de la S.F. ado-adulte! En effet, il vient de soumettre à Glénat (et à des prospects américains!) un nouveau projet qui s’intitulera (probablement) Exodus. J’en ai vu quelques planches et les dessins en sont très impressionnants, dans un tout autre style, beaucoup plus sombre et plus mature!

  • Puis, j’ai aussi eu la chance de voir Siner travailler devant moi. Siner est le tout jeune dessinateur de la série Horacio d’Alba, aux éditions 12 bis. Ne connaissant rien de cette série relativement nouvelle (le tome #2 vient tout juste d’apparaître sur les rayons de nos librairies, et n’était pas disponible lors du festival!), c’est Siner lui-même qui me l’a «vendue»! Il m’a donc raconté qu’il s’agissait d’un récit d’aventure se déroulant en Italie, durant la Renaissance. Les cités-états étaient nombreuses et souvent en conflit, à cette époque, et Le Gris, le scénariste, s’est amusé à imaginer ce qui aurait pu advenir si, plutôt que de régler les conflits par des batailles rangées, les hommes d’alors n’auraient pas plutôt opté pour des duels d’honneur!? Chaque cité aurait donc eu son école pour former des  condottières dignes de représenter la ville lors des duels officiels… Une espèce d’uchronie historique, aux accents d’humanisme et d’antiques préceptes romains! Selon mon habitude, quand je me fais dédicacer un album que je n’ai pas lu, j’ai demandé à Siner de me dessiner son personnage favori… Il y est allé d’une fabuleuse bretteuse en plan américain, qui garnit toute la page! Il y a mis au moins trente minutes, si ce n’est pas plus, mais le résultat en valait la peine!! Comme la discussion s’est tournée sur sa technique (il utilisait le pinceau et l’encre, mais a découvert les bienfaits du feutre-plume, qu’il préfère maintenant!) et sur son habileté à jouer avec les ombres et la lumière, je n’ai même plus pensé à lui demander de m’expliquer les raisons qui ont porté son choix sur cette jeune femme plutôt qu’un autre personnage!!?
  • Finalement, je ne peux vous laisser sans vous parler un peu de ma rencontre avec un trio de moins en moins français, et j’ai nommé Tristan Roulot, Patrick Hénaff et Jean-Noël Le Moal!! Si je me permets d’ajouter un bémol à la nationalité de ces messieurs, vous aurez compris que c’est parce qu’ils habitent et travaillent tous trois parmi nous depuis maintenant plusieurs années!! Ils nous ont livré, en 2011, un diptyque que j’ai très hâte de lire : le Testament du capitaine Crown. C’est l’histoire d’une chasse au trésor entreprise par les cinq bâtards d’un pirate qui vient de mourir, un « genre d’Agatha Christie avec tatouages! », aux dires de Le Moal! ;^) J’ai enfin eu la chance de rencontrer Hénaff, le dessinateur de cette série, mais quel bonheur ce fut de le trouver entouré non seulement de monsieur Roulot, le scénariste (que j’ai déjà croisé à quelques reprises!), mais aussi de monsieur Le Moal, leur coloriste!! J’ai donc eu droit à deux sublimes dédicaces : un moine (Patrick ne l’avait pas fait de la journée!) et un vieux pirate balafré, aquarellés tous deux par Jean-No (comme ils se plaisent à l’appeler!) et animés des mots de Tristan!! Vraiment chouette! Jugez vous-même :

 Testament du cpt Crown Testament du cpt Crown 2

Voilà pour cette première partie de compte-rendu, celle du «volet européen»! La suite suivra dans quelques jours, avec mes rencontres québécoises! À plus!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul 73 : C'est vrai que Michel est chouette : j'ai déjà hâte de le recroiser, à un futur festival!! Et pour ce qui est de monsieur Nury, j'avoue qu'il fait beaucoup parler de lui, sur le Net! C'est un abonné aux premiers prix, dans les concours, un peu comme notre Alain M. Bergeron, en littérature jeunesse!! ;^) Il serait peut-être temps que je me penche un peu plus sur ses écrits, même si, souvent, leurs actions se déroulent dans des contextes qui m'emballent moins...
Rédigé par PG Luneau le lundi 01 juillet 2013 à 17:10


@ Anne des Ocreries : Oh! J'avais compris la cordialité, l'admiration, la complicité... mais de notre côté, on dit plutôt : «Ah ben mon cochon, toi!»... et souvent avec une connotation coquine!!! Va pour cette fois!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 01 juillet 2013 à 17:02


Wow! Très intéressant billet, plus anecdotique cette fois. Michel est marié à une Gaspésienne, on a jasé ensemble quelque fois, c'est un chic type! Dans un autre ordre d'idée, François m'avait invité à son festival... Je lui ai répondu moi aussi qu'au début juin en pleine période d'examen du ministère... Je suis à ce point occupé que je ne lis même plus la Lucarne!
Chanceux pour Belladone, quelle série époustouflante! De plus Fabien Nury même s'il ne dessine peut-être pas est selon moi un des meilleur scénariste du moment. Beaux moments!
Rédigé par Arsenul 73 le lundi 01 juillet 2013 à 15:45


C'est une expression bien-de-chez-moi, très cordiale, en fait - mais j'ignore s'il y a la même connotation su' l'aut' bord ! :)))))
ça se veut admiratif, en tout cas, avec une nuance de complicité. ;-)
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 30 juin 2013 à 14:45


Que s'est-il passé avec mon commentaire ?

Mystère et bulle de gomme.
Rédigé par Venise le jeudi 27 juin 2013 à 21:00


Venise m'a écrit:
Flora Grimaldi et Nicolas Bannister, c'est le couple dans cet article qui a attiré mon attention, eux et leurs pseudos. Est-ce parce qu'ils ne se maganent pas en s'alcoolisant qu'ils sont si prolifiques ! Ça m'impressionne à chaque fois ces touche-à-tout. Ce que je n'ai pas appris dans tes potins est si madame était déjà auteure avant leur rencontre. J'imagine que lorsque tu demandes à ton mari d'illustrer tes textes, il serait bien malvenu de refuser. Je vais cogiter sur le sujet ;-)

Ah oui, et j'en reviens pas que l'on te cherche le couvre-chef ! Un jour, il faudra que tu t'habilles en explorateur, disons à ta première entrevue télévisée tiens. Tu promets ?
Rédigé par PG Luneau le jeudi 27 juin 2013 à 17:26


@ Anne ds Ocreries : Goret, goret... Je trouve que vous y allez dans l'un peu trop familier, Seigneuresse des Ocreries!! Porcinet, je ne dis pas, mais goret, c'est un peu fort!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 24 juin 2013 à 21:34


Bin mon goret, t'as fait dans le haut-de-gamme, là, hein !!! :D
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 23 juin 2013 à 3:28




Dernièrement, j'ai lu... Violette autour du monde
#01- Ma tête dans les nuages
15 septembre 2019

Ananas de la colère
les Ananas de la colère
08 septembre 2019

French kiss 1986
French kiss 1986
31 août 2019

Enquêtes d'Enola Holmes
#01- la Double disparition
18 août 2019

Frivolesque
#01- Frivolesque, volume 1
14 août 2019

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Vigneault au ComicCon (mais pas LE Gilles, là!)
24 août 2019

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Teresa et Stefano, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Venise, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Marsi, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

anne des ocreries, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Jean Frigault, sur Agatha Christie... sur l'ecstasy?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin