Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Chili con carnage
#01- CHILI CON CARNAGE
Scénariste(s) : Wilfrid LUPANO
Dessinateur(s) : Paul SALOMONE
Éditions : Delcourt
Collection : Conquistador
Série : Homme qui n'aimait pas les armes à feu
Année : 2011     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Western / Amérindiens / Nlle-France
Appréciation : 5.5 / 6
le Meilleur chili de toute ma vie!!
Écrit le jeudi 31 janvier 2013 par PG Luneau

Il m’arrive parfois d’avoir envie de me plonger dans un bon western, surtout quand celui-ci est illustré avec style… J’avais été comblé, il y a déjà presque deux ans, par les Enquêtes d’Andrew Barrymore  Mais cette fois-ci, avec ce superbe album de Wilfrid Lupano, magnifiquement illustré des traits fins et parfaitement maîtrisés de Paul Salomone, je suis plus que comblé! Quel délice que cette nouvelle série au nom aussi interminable que trompeur : l’Homme qui n’aimait pas les armes à feu!!

J’ai été littéralement envoûté par cette histoire de dandies qui se lancent à l’assaut d’une troupe de bandidos latinos. L’action (qui y déboule allégrement!) et les chaudes couleurs solaires de Lorenzo Pieri m’ont emballé dès les premières pages, tout comme l’humour fin et véritablement amusant qui se dégage de l’ensemble, amené principalement par les personnalités fortes et souvent atypiques des personnages qu’on croise. Mais qui sont-ils, ces protagonistes? Les voici : un prétentieux Pied-Tendre à la Lucky Luke, à la langue bien pendue; un mastodonte cromagnonesque à la Martin Mystère (pour les connaisseurs!)... et à la langue particulièrement «dépendue» (!?!) , une envoûtante bimbo qui semble tout droit sortie du film les Pétroleuses… (mais ne dévoilerais-je pas un peu trop mon âge en nommant ici ce film de série B, avec Claudia Cardinale et Brigitte Bardot, que j’ai vu au cinéma il y a des lustres, quand j’étais préadolescent??!!) ainsi qu’un pitoyable gringalet qui tombe amoureux d’elle et un chef de guérilleros à la large poitrine tatouée d’un crucifix presque aussi grand que celui qui a supporté le Christ lui-même!!

Imaginez tout ce beau monde (ainsi qu’un mystérieux vieillard amérindien, au dialecte totalement incompréhensible, mais pas muet pour autant!!) baignant dans un univers à la Sergio Leone, toujours à la poursuite les uns des autres, chacun pour une raison différente! Wow!

Sincèrement, j’étais sur le point de donner une note parfaite à cet album, un beau 6/6… puis je me suis ravisé, compte tenu du fait que ça ne reste qu’un album léger, bien écrit, certes (les dialogues sont souvent tordants!!), mais ne visant qu’à divertir ses lecteurs sans qu’ils se prennent la tête… C’est donc l’absence de thème «à réfléchir» (contrairement à des œuvres-phares comme Maüs ou Paul à Québec) qui a retenu mon ardeur et m’a fait me raviser : un 5,5, c’est plus qu’excellent quand même, non??!! ;^) Mais ma réaction soulève une question intéressante : est-ce qu’une œuvre ludique, strictement destinée à raconter une histoire, sans thématique particulièrement songée ou profonde, mérite de recevoir une note parfaite?? J’avoue que je m’interroge grandement… et que votre opinion m’aiderait sûrement à trancher la question!! N’hésitez donc pas à enrichir ma réflexion en m’écrivant votre point de vue!!

En ce qui concerne ma lecture, elle m’a ravi tout du long!!… J’ai littéralement tout adoré, tant graphiquement (couleurs, décors, postures et mimiques des personnages…) que scénaristiquement parlant (des persos riches, une intrigue solide, des rebondissements inattendus… et une finale surprenante, que je n’ai jamais vu venir!)! Et le plus beau de l’affaire, c’est que le deuxième tome paraît… ces jours-ci (en Europe, du moins : maudits chanceux!! ;^) )!! À n’en point douter, je vais me lancer chez mon libraire sitôt qu’il traversera l’Atlantique!!

Chili con carnage, un chouette western spaghetti à dévorer sans ambages!!... Dès 14 ans.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • tous les dessins, tant la couverture, sublime, que les pages de garde ou toutes celles de l’album!!... Et que dire des splendides robes de la Margot : elles feront saliver toutes les lectrices, j’en suis sûr!! Salomone a vraiment un style qui m’enchante : raffiné et très pur, ce qui colle parfaitement bien avec le petit côté collet monté du personnage principal, mais avec juste ce qu’il faut de petites imperfections, de petits traits de travers, pour souligner la rudesse des caractères et des modes de vie de cet Ouest sauvage de 1899. Pour ma part, il est clair que je note le nom de ce bédéiste dans ma liste d’artistes à suivre!!

 

  • les personnages, typés mais atypiques!! Je les aime tous, pour diverses raisons!! Peck, pour son ton parfaitement tordant et ses manières agréablement incongrues dans un tel contexte; monsieur Hoggaard et ses tonitruants borborygmes, que je me suis amusé à tenter de comprendre par moi-même, avant que Peck nous les «traduise»; la belle Margot et son cran impétueux, contrastant agréablement avec ses airs candides et sophistiqués; Tim et sa naïveté de jeune gringalet amoureux… Même le vieil Amérindien est si intéressant qu’on a envie de lire ses énormes phylactères… même s’ils ne sont remplis que de longs charabias totalement incompréhensibles!! ;^)

 

  • l’humour, souvent décalé, tant dans les propos que dans le visuel de l’album… Par exemple, j’adore les facéties protocolaires du pointilleux dandy, en plein cœur du désert sauvage d’Arizona… Ou quand la belle de Garine s’entretient, de manière tout à fait contrôlée, avec le chef des Mexicains… alors que c’est le carnage autour d’eux!! Tout l’album est à prendre avec un amusant grain de sel!

 

  • les très nombreuses répliques en espagnol, non traduites!! En temps normal, j’aurais probablement souligné cet aspect dans la liste de mes agacements, mais ici, j’étais apparemment près à jouer le jeu du traducteur… Et, ma foi, malgré que je ne connaisse rien à cette langue, j’ai pu comprendre assez bien la grande majorité des répliques que s’adressent ces bandidos de grands chemins, par recoupements ou analyses étymologiques!! Je ne suis pas peu fier de moi!

 

  • les vignettes rondes au fini lustré, représentant les vues de la lorgnette. Qu’elle belle façon de varier la mise en page et de nous faire comprendre que quelqu’un utilise la longue-vue de Peck!!

 

  • la construction de l’intrigue, avec sa belle alternance de moments trépidants et de pauses plus calmes, plus propices aux confidences. On n’a jamais cette impression de lourdeur qui se dégage souvent des premiers tomes de série, parce qu’ils doivent généralement mettre en place bien des éléments!! Ici, ce qui nous est présenté l’est de manière efficace, fine, dosée et intelligente… et ce qu’on ne nous dit pas nous met l’eau à la bouche pour la suite!! Les auteurs relèvent le défi avec brio!! Et, je me répète, quel revirement génial, à la fin!!...

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • presque rien!! Non mais sans blague : cet album est passé très proche de devenir le second (sur 318 critiques – l’autre étant le premier tome de la série les Démons d’Alexia), sur lequel je n’aurais eu que du positif à dire!! Mais je me suis souvenu d’un petit quelque chose : à la p.11, Manolo invite la belle de Garine en l’appelant par son patronyme… alors qu’elle ne s’est jamais présentée à lui!!?? C’est à croire que le moment où elle donnait son nom à son agresseur est disparu au cours des différentes étapes de réécriture, sans que personne ne le remarque!!?

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul : J'ai bien hâte de le lire, ce second tome, question de voir si la qualité sera autant au rendez-vous (quoique j'ai peu de crainte sur ce point!) et, surtout, pour découvrir enfin jusqu'où ces si charmants protagonistes nous entraîneront!!
Rédigé par PG Luneau le samedi 16 février 2013 à 23:43


Je viens de voir la pub du tome deux sur BD gest!
Rédigé par Arsenul le samedi 16 février 2013 à 21:08


@ Danielle : D'autant plus que tu n'es pas la seule à vouloir «vampiriser» mon album : j'ai un ou deux autres amis qui ont l'oeil dessus!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 03 février 2013 à 15:22


@ Arsenul : C'est vrai que la couverture est vraiment attirante, avec son dessin très net en premier plan, et le second plan, traité avec une espèce de «flou artistique»! Mais cette superbe couverture n'est que la pointe de l'iceberg : il faut savourer l'intérieur, aussi!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 03 février 2013 à 15:20


@ Jérôme : Heureux de t'avoir «ouvert les yeux»!! Va, file, vole dare-dare... Tu DOIS lire cet album, un de mes plus gros coups de coeur depuis longtemps!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 03 février 2013 à 15:18


Quoi, l'hégémonie? Mais j'ai appris ça dans mes BD de Supers Héros!!... ;-D
Faut VRAIMENT qu'on se dépêche de se voir. XX
Rédigé par Danielle le dimanche 03 février 2013 à 8:42


Cette Bd m'a attiré dès la première fois que j'ai vu la couverture. Elle a reçu de très bonnes critiques. La tienne est élogieuse. 5,5 sur 6, ce n'est pas fréquent.
Rédigé par Arsenul le samedi 02 février 2013 à 21:20


@ Danielle : Ah! Chère petite Danielle! Que j'aime ta prose... même si tu sors ici tes grands mots et qu'ils m'effraient un peu!! ;^)
Dans les faits, je suis pas mal d'accord avec toi. D'ailleurs, c'est pourquoi mon système de notation actuel est justement basé sur mon simple plaisir à lire les albums. Donc, théoriquement, j'aurais dû donner 6/6 à cet album, qui m'a ravi totalement... Le problème se posera quand je comparerai ensuite tous les albums auxquels j'aurai donné cette note. Actuellement, je n'ai que Paul au parc qui s'est mérité cette perfection, mais quand j'en aurai d'autres... Serai-je à l'aise quand je constaterai que cet amusant western débridé côtoie des chefs d'oeuvre hyper touchants, profonds, bouleversants et incontournables?? Honnêtement, je ne le crois pas.
Et, dans le fond, c'est ridicule, car l'inverse ne me causerait pas de problème : je n'aurais aucun scrupule à laisser une note moyenne ou mauvaise à un «classique» qui ne m'aurait pas accroché. Par exemple, si je m'emmerde en lisant Madame Bovary, et que je veux lui donner un 2/6, le plaçant de ce fait dans la même catégorie que d'autres romans poches que j'aurais lus, l'idée de «booster» sa note «parce qu'il s'agit d'un classique incontournable de notre littérature occidentale» ne m'effleurerait même pas l'esprit. Alors, pourquoi l'inverse me tarabuste tant?? Dieu que l'âme humaine est complexe! Mais je chemine, je chemine...
Rédigé par PG Luneau le samedi 02 février 2013 à 10:10


@ Yaneck : Heureux que ma nouvelle critique soit enfin à la hauteur de tes attentes!! ;^)
Pour ce qui est du petit débat, je pense que je pense (sic) un peu comme toi, à quelques détails près. D'abord, je parlerais plus en terme de BD légères vs BD à contenu plutôt que de BD jeunesse vs BD adulte. En effet, je n'écarterais pas systématiquement la BD jeunesse d'un score parfait parce que je crois sincèrement que certaines BD jeunesse peuvent avoir des thèmes profonds, peuvent bouleverser. C'est très rare, j'en conviens, mais je ne crois pas que ce soit impossible : des titres comme l'Enfant cachée ou Boule à zéro, me semblent dans ce genre là... bien que je ne les ai pas encore lus. Mais je suis d'accord pour dire que la BD d'humour classique, genre les Tuniques bleues ou les Spirou et Fantasio (et les Scrameustache?? ;^) devraient toper à 5 maximum, peut-être 5,5 dans le cas des meilleurs Astérix.
L'autre point sur lequel mon avis balbutiant se distingue du tien, c'est que moi, je marie VRAIMENT les dessins et le fond. Ainsi, avec moi, aussi intense, géniale et profonde qu'elle soit, Maus n'aurait pas la note parfaite, justement à cause du dessin! Tu le dis toi-même : il n'a rien d'exceptionnel! Donc, personnellement, je ne donne pas plus que 5,5 à ce chef d'oeuvre, peut-être même 5 à cause de certaines longueurs. J'ai donc l'impression que, de nous deux, c'est moi qui suis le «moins galvaudeur de perfection»»!! ;^)
Un mot finalement sur ton deuxième commentaire : «on n'évalue pas la littérature jeunesse comme la littérature classique». C'est vrai, tu as raison... mais il vient contredire ton propre argument donné au début de ton premier commentaire, alors que tu répondais à mon pote Philippe en lui disant qu'il n'y a «qu'UNE classification : LA BD»!! Ainsi, si on scinde les deux public-cible en littérature pour en faire deux palmarès différents, pourquoi ne séparerions-nous pas la BD jeunesse de la BD adulte, comme Phil le proposait??? Intéressant paradoxe... mais qui nous ramène un peu à la case départ, non??!!??!! :^0
Rédigé par PG Luneau le samedi 02 février 2013 à 9:50


@ Philippe : Tu apportes de bons points de discussion, Philippe! C'est sûr que j'ai déjà songé à modifier mon système de notation... mais il faudrait que je revois mes 318 premières critiques?!?! Ça, ça me tente moins! J'ai souvent pensé me tourner vers deux notes sur 5, une pour le texte, l'autre pour le dessin... Mais comme tu dis, peu importe le système, il restera toujours une grande part de subjectivité... d'autant plus que le système parfait n'existe pas!
P.S.: Je t'apporterai cet album... mais je l'ai aussi promis à une autre amie, qui habite un peu loin et que je ne vois pas souvent : tout dépendra qui de vous deux je verrai en premier!! Mais tu l'auras un jour, pour sûr!!
Rédigé par PG Luneau le vendredi 01 février 2013 à 23:32


J'étais totalement passé à coté de cet album. A la lecture de ton billet, je me dis qu'il faut que je file dare-dare à la médiathèque, en espérant qu'il s'y trouvera.
Rédigé par jerome le vendredi 01 février 2013 à 14:33


Non. On n'évalue pas la littérature jeunesse comme la littérature classique, il n'y a pas de raisons qu'on le fasse pour la bd.
Dans les deux cas, il y a des critères objectifs de qualité que l'on peut déployer.
Rédigé par Yaneck le vendredi 01 février 2013 à 11:43


Nous sommes dans la bande dessinée. Est-ce à dire qu'une œuvre destinée essentiellement aux enfants serait indigne de mériter une note parfaite? Faut-il, en tant qu'adulte, justifier notre engouement pour le genre en lui attribuant absolument un rôle hégémonique social et intellectuel? Pourquoi faudrait-il bouder notre plaisir? N'est-ce pas plutôt l'enchantement suscité par la lecture qui devrait primer sur toute autre considération?
Rédigé par Danielle le vendredi 01 février 2013 à 10:11


Voilà, là je retrouve le PG Luneau que j'aime, celui qui sait bien parler de ses lectures. Ah, ça fait du bien.
Du coup, tu me donnes envie de revenir sur un album que j'avais zappé sans vrai bonne raison. Merci à toi.

Sinon, sur la question que tu poses, j'aurai un avis différent de mon prédécesseur en commentaire. Pour moi, une bd qui n'a pas un thème profond ne peut prétendre aux meilleures notes.Il n'y a qu'une classification, la bande dessinée. Et c'est à mon sens dans ce cadre que doit tenir une échelle de notation. Ainsi donc, chez moi, les meilleurs bd jeunesse, par exemple, sont à 16/20. La crème monte à 18 éventuellement. Mais rarement au delà. Et les bonnes séries divertissantes pour adulte sont chez moi aux alentours des 17/20.
Pour moi, la bande dessinée est l'alliance du dessin et du texte. Ainsi donc, quand je note, je prends en compte ces deux aspects. Mais le dessin le plus brillant, le plus aboutit, ne permettra pas chez moi d'atteindre les notes maximales. Pour exemple, le seul 20/20 que je donne, car pour moi la perfection est trop rare pour qu'elle soit galvaudée, c'est Maus, avec un dessin qui est loin d'être exceptionnel. Mais le fond, et son traitement, compensent largement pour moi. Ils subliment le dessin.

Voilà....
Rédigé par Yaneck le vendredi 01 février 2013 à 1:54


Bonjour PIerre.
J'ai vraiment le goût de le lire. Il faut l'amener au cercle, please!
Peut-être que tu pourrais régler ton problème éthique : un album léger peut-il valoir 6 sur 6? En modifiant ton système de notation pour y ajouter des notes sur des critères. Esthétique, personnages, scénario, textes, par exemple Ce serait plus complexe, mais peut-être que cela donnerait une plus juste valeur de l'oeuvre. OU alors tu peux donner des notes parfaites sur un ouvrage léger si tu l'entres dans une catégorie. Ainsi une telle oeuvre devient le une référence dans sa catégorie. Tout cela est évidemment fort subjectif, mais bon, on jase!
Philippe
Rédigé par Philippe Lavigueur le jeudi 31 janvier 2013 à 21:46




Dernièrement, j'ai lu... Tessa, agent intergalactique
#05- Là où il y a de la gemme...
10 juin 2018

Nombrils
#07- Un bonheur presque parfait
08 avril 2018

1642
#01- Ville-Marie
02 avril 2018

MacGuffin et Alan Smithee
#01- Mission Expo 67
25 mars 2018

Nightwing
#04- Sweet home Chicago
11 mars 2018

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - le Festival de mon absence...
16 avril 2018

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Tessa, c'est toute une saga!

Danielle, sur Qui a dit que nos aînés ne foutaient plus rien d'autre que de râler?

Danielle, sur Qui a dit que nos aînés ne foutaient plus rien d'autre que de râler?

Colin, sur Du neuf dans le 9e? - le Festival de mon absence...

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - le Festival de mon absence...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin