Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Mon 7e safari-dédicaces : Des retrouvailles et de nouvelles connaissances!!
Écrit le dimanche 05 mai 2013 par PG Luneau

Festival de la BD francophone de Québec 2013

(Deuxième partie)

 

Bienvenue, chers lecteurs, à la suite de ce compte-rendu. Je continuerai de vous y raconter, avec grand bonheur (et pas mal de verve, désolé pour ceux qui aiment ça short and sweet!! ;^) les nombreuses rencontres que j’ai eu le bonheur de faire durant le dernier FBDFQ, les 12, 13 et 14 avril dernier. Après le résumé de mes dédicaces auprès des bédéistes français, dans la chronique précédente, passons maintenant aux bédéistes québécois (d'origines ou d'adoption!), catégorie «ceux que j’ai rencontrés peu souvent… ou pas du tout!», dans un désordre le plus complet!!

 

  • Je commencerai avec Alex A., ce jeune bédéiste hyperactif qui vient tout juste de sortir son cinquième album… en deux ans de véritable carrière!! En effet, en plus de l’album la Lettre A, sorti il y a quelques mois aux éditions Premières lignes, le quatrième tome des aventures de l’Agent Jean, le caribou agent secret le plus déjanté de la planète, sort, tout chaud, de chez l’imprimeur! Je sais que je me répète, et je crois que ça fait quatre fois que je le dis au pauvre jeune homme, mais je jure que je lirai cette série d’aventures hilarantes dans les prochaines semaines. Toujours aussi rapide sur le crayon (ses dédicaces lui demandent rarement plus d’une minute!!), nous avons toutefois pu jaser un peu plus longtemps que lors de nos rencontres précédentes. J’ai ainsi appris que l’Agent devrait tirer sa révérence après sa huitième aventure… et que le magazine Safarir, pour lequel Alex dessine abondamment, à chaque mois, a changé de direction! La nouvelle administration lui a déjà demandé de pondre une série de courts récits avec des personnages récurrents, et il en est bien content. Ça devrait même débuter cet été, probablement dès juillet! J’ai hâte de voir à quoi on aura droit!!

 

  • J’ai aussi recroisé Tristan Roulot, le colosse qui scénarise la série humoristique les Goblin’s. Comme l’an passé, il s’amusait à dessiner dans nos albums une tête de gobelin, comme son dessinateur, Corentin Martinage, le lui a montré… Mais c’est qu’il a pris de l’expérience, en un an!! De plus, il avait une pile de petits personnages cartonnés qu’il collait à l’intérieur de la page de titre, de manière à ce qu’ils deviennent des petits pop-up, qui se soulèvent dès qu’on ouvre l’album! Ils étaient vraiment bien faits… mais avec ma veine habituelle, le dernier a été collé dans l’album de la personne devant moi!! Tant pis : j’ai quand même un deuxième album ayant un dessin… réalisé par le scénariste!! Original, non?!

 

  • J’ai encore eu la chance de me faire dédicacer un de mes Ben chéris, par Daniel Shelton… Et il a pu me raconter la complexe épopée éditoriale que traverse son sympathique héros!! En effet, vous vousBen, par Daniel Shelton souvenez sans doute que les éditions les 400 coups publiaient, depuis quelques années, les recueils annuels de ses strips. Le tome #7, résumant la septième année de vie de Ben, est paru il y a quelques mois… juste avant que l’éditeur décide d’abandonner sa branche consacrée aux BD!! Qu’adviendra-t-il de la chouette collection de recueils annuels des Ben?? Et bien, ce n’est pas pour rien que monsieur Shelton se retrouve au stand de la Pastèque, avec une grosse nouveauté : une brique à couverture rigide, appelée «Ben, intégrale #5»! Oui oui, vous avez bien lu : #5?!? Comme je n’y comprenais plus rien, Shelton m’a expliqué qu’il s’agissait en fait de la compilation des années #9 et 10 des strips de Ben!! Vous comprenez mieux?? Moi non plus… jusqu’à temps qu’il m’explique que la Pastèque espère mettre la main (un jour!) sur les droits des huit premières années, actuellement détenus par les 400 coups, pour les rééditer dans ce même format, qui réunit deux ans par tome : l’intégrale #1 compilera les deux premières années, la #2 sera composée des années trois et quatre, la #3, des années cinq et six… et la #4, des années sept (qui m’attend sur ma table de chevet, version 400 coups) et huit (que 400 coups ne publiera probablement jamais!). Puisque j’ai, personnellement, les sept premiers tomes des 400 coups, j’ai l’impression que si je veux lire la huitième année des déboires de ce bon vieux grand-papa gâteau, je devrai m’acheter le futur tome #4 des intégrales de la Pastèque… même si ça fera en sorte que j’aie tous les gags de la septième année en double!! Misère!! À bas les changements éditoriaux!!

 

  • Tant qu’à être rendu au stand de la Pastèque, je me suis laissé tenter par la nouveauté (une autre brique assez chèrante!) de Réal Godbout : l’Amérique ou le disparu, d’après le roman de Frank Kafka. J’ai toujours eu quelques réserves sur les séries Michel Risque et Red Ketchup, qui ont fait la réputation de Godbout, au bon temps des magazines Crocs et Titanic, principalement à cause de la gratuité de la violence qui y était exposée. Mais j’ai toujours aimé son dessin! J’ose espérer que le texte de Kafka saura me charmer. D’autant plus que monsieur Godbout a mis sept ans (pas à temps plein, heureusement!) pour réaliser ce projet… qu’il rumine depuis plus d’une trentaine d’années, soit depuis qu’il a lu le roman original, étant adolescent! Ensemble, nous avons discuté des mille et uns questionnements qui traversent l’esprit de quelqu’un qui adapte l’œuvre de quelqu’un d’autre : quoi garder? l’anecdote ou plutôt l’ambiance, le ton ? comment transposer? comment ne pas dénaturer l’essence de l’œuvre originale? Au final, il m’a confirmé ce que je me doutais déjà : les grands angoissés chroniques sont mieux de ne pas se lancer dans l’adaptation de grandes œuvres!! ;^)

 

  • À quelques reprises durant ma fin de semaine, j’ai recroisé le toujours désopilant Frédéric Antoine, scénariste d’El Spectro (dessiné par Yves Rodier, absent cette fois-ci) et de Biodôme (dessiné par Yohann Morin). Fidèle à lui-même, il était énergique et fanfaron, toujours à blaguer et à pavoiser sympathiquement! C’est une bulle d’énergie, ce mec, et il a le don de répandre la bonne humeur partout où il passe! Ça me fait donc toujours autant plaisir quand il vient me saluer et qu’il se rappelle de moi… même s’il ne me fait pas de petits dessins!! ;^)

 

  • J’ai eu le plaisir de rencontrer Saymone Phanekham, un bédéiste aux dessins très efficaces et cartoonesques. Je Moi, dans Blobarcuda contre Cyberannosaurus Rexle connaissais en tant que coloriste de l’excellente série Horus, de Johane Matte, chez la défunte collection Rotor (encore chez 400 coups!!). Mais j’ai été heureux de constater qu’il dessine aussi très bien!! Il a été présent au Festival tous les jours, presque de 9 à 21h : une véritable bête de somme!! Comme premier concept, pour se faire connaître, il a concocté (et autoédité) un mignon petit album-ovni intitulé Blobarcuda contre le Cyberannosaurus rex… Ça raconte l’histoire toute simple d’un petit superhéros qui obtient l’aide d’une nouvelle recrue casquée pour anéantir une bestiole robotisée qui attaque la Terre… Le punch, c’est que la recrue casquée, c’est moi!! Enfin, c’est vous!! Bref, quand vous achetez ce petit livret, Saymone prend un petit cinq minutes pour vous caricaturer, à la dernière page, et inscrire votre nom à l’emplacement où le personnage se nomme : nous sommes donc RÉELLEMENT en présence d’une BD dont NOUS sommes, littéralement, un des héros!! C’est vraiment très amusant, d’autant plus que Saymone est d’une grande gentillesse. Il m’a révélé adorer rencontrer les gens et les caricaturer, d’où cette idée de carte de visite personnalisée des plus originales! Je l’ai, bien évidemment, interrogé sur l’avenir d’Horus… mais, malheureusement, il n’a aucune idée de ce qui va advenir suite à tout ce fouillis chez 400 coups!!

 

  • D’autres braves autoéditeurs qui ont passé presque trois jours entiers au Salon, ce sont messieurs Berger et Bergeron, scénaristes d’une nouvelle série… d’horreur!?! Marie Lamonde-Simard, leur dessinatrice multidisciplinaire, venait les rejoindre périodiquement. La genèse de leur projet est des plus intéressantes : ces deux messieurs, amis de longue date, ont toujours été insatisfaits des histoires de zombies proposées par les films, les séries télé, les BD ou les jeux vidéos. À chaque fois, le récit débute avec les zombies qui sont omniprésents et qui attaquent tous en même temps!! Berger et Bergeron se sont toujours interrogés sur les origines de ces épidémies, et sur les réactions des premières personnes atteintes… ainsi que sur celles de leur entourage direct! Comment les autorités peuvent-elles ne pas réagir à temps pour enrayer ces fléaux dès leur éclosion?? Donc, faisant travailler leurs neurones, ils ont pondu un scénario de série télé de treize épisodes!! Il était temps, selon eux, que le Québec produise une série fantastique de qualité sur le sujet!! Mais pour mousser leur dossier de présentation, ils ont demandé à une de leurs amies, illustratrice, d’esquisser les portraits des principaux personnages… Le résultat les a tellement séduit que tous leurs plans s’en sont trouvés chamboulés : ce n’était plus une série télé de treize épisodes qu’ils voulaient produire, mais bien une série BD en 13 tomes!! Et le tome #1 est maintenant disponible : il s’agit de Bulle, la genèse : Cul sec! Auront-ils les reins assez solides pour se rendre jusqu’au tome 13, toujours en s’autofinançant?? Souhaitons-le-leur… et souhaitons-le-nous, si on veut connaître les aboutissants de cette grande saga!!

 

  • Dans un tout autre style, plus fleuri et épuré, je me suis (ENFIN!) laissé tenter par l’œuvre de Sophie Bédard. J’ai plusieurs fois lorgné sur son petit album Glorieux printemps, de chez Pow pow, au cours de la dernière année. Cette fois-ci, j’ai plongé… surtout qu’il était en lice pour non pas un mais bien DEUX Bédéis Causa, dans les catégories Meilleur premier album et Meilleur album édité au Québec! Ces nominations, la présence de l’artiste, seule à son kiosque, et, aussi, la toute nouvelle existence d’un tome #2, dont je n’avais jamais entendu parler, m’ont donné le coup de pouce qui me manquait pour sortir mon porte-monnaie! Sympathique tout plein, cette jeune femme (qui semble avoir 17 ans!!) m’a d’abord appris que son récit n’avait rien d’autobiographique, et que la série devrait se décliner en quatre tomes, un pour chacun de ses quatre personnages principaux, sur le point de finir leurs études secondaires! Je lui ai alors demandé si ses éditeurs avaient moussé la vente auprès des institutions d’enseignement… mais elle m’a dit que ce serait délicat à cause du langage un peu cru que ses personnages utilisent à l’occasion. «Il n’y a pas de drogue ni de sexe ou d’autres affaires de même, mais ils sacrent parfois, pis je pense pas que ça passerait bien!» conclut-t-elle, réaliste. Toutefois, elle précise qu’elle aimerait bien être invitée à son ancienne école secondaire, pour donner une conférence du type : «Ces gens qui vous ont précédés sur ces mêmes chaises et qui ont réussi». Un de ses plus grands moments en tant qu’auteure en dédicace, c’est quand une dame s’est approchée d’elle pour lui demander : «Est-ce que ça se passe bien à La Prairie, votre histoire?» En effet, mademoiselle Bédard ne nomme jamais la ville où vivent ses quatre protagonistes… mais elle s’organise pour qu’ils se retrouvent dans différents endroits que seuls les Laprairiens et Laprairiennes pourront identifier! Mine de rien, cette gentille jeune femme m’a bien donné le goût de lire ses albums, qui m’ont l’air au final aussi charmants que leur auteure!! (P.S. : Oh oui! Au fait : Glorieux printemps, tome #1, n’a gagné aucun des prix pour lesquels il était en compétition!! Souhaitons que le tome #2 fasse encore meilleure figure!)

 

  • Tant qu’à être au kiosque des éditions Pow pow, je me suis aussi procuré l’album que Michel Hellman y a publié il y a plus d’un an : Mile end. Lui aussi, on en a parlé abondamment sur le Net, il me semble. J’aimais bien les petit personnages à tête animalière (tout à fait à la Trondheim, comme pour les aventures avec ou sans Lapinot !!)… mais j’avais oublié qu’il s’agissait plus d’un recueil de diverses planches en tous genres, que monsieur Hellman avait publiées, au fil du temps, sur son blogue. Sa dédicace, un poteau téléphonique souriant (!!?!) est, décidément, tout aussi charmante qu’originale! Il travaille maintenant sur un nouveau projet ayant pour thème l’expédition au Nunavut qu’il a réalisée il y a quelques mois!

 

  • J’ai aussi eu la chance de rencontrer deux artistes dont je n’avais jamais entendu parler auparavant : Ami Vaillancourt et Bruno Rouyère, un sympathique duo de bédéistes qui n’a vraiment pas chaumé au cours des derniers mois, puisqu’ils sortent (en même temps!!) deux albums totalement différents!! D’abord, Charlebois et Vaillancourt et Rouyèrel’Osstidgang, une fantaisie uchronique qui raconte comment les artistes qui ont participé à l’Osstidshow, soient Robert Charlebois, Mouffe, Yvon Deschamps et Louise Forestier, auraient pu se rencontrer!! Quelle idée originale et amusante!! Pourtant, sous ses charmants dessins en rondeur et ses couleurs vives, cette curiosité a fait vivre à ses deux papas bien des inquiétudes et leur a demandé beaucoup de travail. D’abord, il a fallu convaincre les quatre personnalités concernées de bien vouloir accepter qu’on utilise leur nom et leur image!! Apparemment, Charlebois et Deschamps ont été bien réticents face à ce projet, et sans l’appui des deux femmes, qui s’étaient laissé convaincre beaucoup plus rapidement, le projet n’aurait pas pu voir le jour, même s’il ne raconte absolument rien de vécu (il s’agit d’une totale fiction, comme l’indique le nom de la série : Histoires fabulées!). Deuxième obstacle : les dessins! Rouyère a dû complètement redessiner trente planches (!!) parce qu’elles «n’étaient pas conforme au style de dessin soumis dans l’ébauche du projet», aux dires de l’éditeur, Glénat-Québec! Trente planches à refaire, c’est pas de la tarte… Surtout que ledit projet se voulait une espèce de répit par rapport à leur autre bébé : Kissinger & nous. Ce deuxième album, beaucoup plus sérieux, est en fait un roman graphique (petit format, couverture souple, presque 200 pages en noir et blanc) qui relate la jeunesse de la mère de monsieur Vaillancourt, le scénariste, alors qu’elle militait dans son Chili natal, en 1973, lors du coup d’état de Pinochet, soutenu par Kissinger, le bras droit du président Nixon! Moi qui ne connais rien en politique moderne, je serai sans doute servi!! Mais le dessin de monsieur Rouyère, plus réaliste que pour l’autre album, m’a beaucoup donné envie de m’y plonger, malgré la thématique qui est plus loin de mes intérêts naturels… Qui sait, peut-être que ce récit m’ouvrira les yeux et le cœur à cette réalité historique? Après tout, j’avais bien aimé Muchacho, d’Emmanuel Lepage, il y a quelques années, et il se déroulait dans un contexte similaire! (À noter qu’Ami Vaillancourt est déjà en train de réfléchir à sa prochaine Histoire fabulée, qui porterait, celle-là, sur le cinéma, et mettrait en scène, possiblement, les réalisateurs Robin Aubert et Robert Morin. À travers cette série, Vaillancourt voudrait rendre hommage à de grands noms québécois qui ont, chacun à leur façon, marqué l’art dans lequel ils œuvraient. Télé, sculpture, peinture, danse… tous les arts devraient y passer! Beau programme en perspective!)

 

  • Un autre duo de créateurs que j’ai rencontré pour la première fois et qui vient de sortir un livre (un seul, eux autres… mais ne les traitons pas de paresseux pour autant! ;^), c’est celui composé de Fabien Dreuil au scénario et de Simon Leclerc au dessin. Leur série : Nevada, un récit rude où un gros malabar part du Québec et se rend dans ce poussiéreux état des États-Unis pour y retrouver quelqu’un qu’il y a aperçu, à la télévision… quelqu’un qui fait ressurgir tout un pan de son passé un peu louche!!?... Un récit viril, avec gros muscles et revolvers, où les mafieux semblent n’être jamais bien loin!! Cette histoire, c’est monsieur Dreuil qui l’a coécrite, en compagnie de Xavier Hardy (qui n’était malheureusement pas au Festival!). Dreuil est le parfait exemple du touche-à-tout : il est peintre, scénariste, musicien… il a même travaillé dans les pierres polies et illustré des romans jeunesse québécois (dont certains de Michel Lavoie et de Cécile Gagnon!!). Français d’origine, mais vivant parmi nous depuis de nombreuses années, il s’est montré particulièrement intéressé par mon travail à la Lucarne : souhaitons qu’il vienne y faire un tour!! Pour ce qui est du jeune Simon Leclerc, il avait apparemment participé au tout premier concours de Hachette / Glénat Québec, en 2008… Seulement, il avait eu vent du concours tellement à la dernière minute (deux semaines avant la date de tombée!!) qu’il avait envoyé un dossier totalement incomplet : les textes n’avaient pas été retranscrits dans les bulles, les dernières planches n’étaient pas terminées… Il n’a donc pas gagné! Mais… les éditeurs ont trouvé son travail tellement intéressant qu’ils l’ont rappelé pour lui proposer de le jumeler avec un scénariste d’expérience : monsieur Dreuil en personne!! Si Nevada n’est sorti que cette année, c’est tout simplement que Leclerc était encore aux études, et qu’il n’y travaillait qu’à temps perdu! Gageons que maintenant qu’il a ses diplômes en poche, il pourra se consacrer sur la suite de manière plus intensive!

 

  • Encore un duo… mais frère / sœur, celui-là!! Et j’ai vraiment eu un coup de cœur pour ces deux-là : c’est Freg et Makina (Frédéric et Katherine Goyette, de leur vrai nom!), coauteurs de la Bande à Smikee ! J’avoue avoir été très impressionné par la façon dont cette BD s’est imposée, ces dernières semaines : émanant d’une maison d’éditions dont je n’avais encore jamais entendu parler (en fait, ils m’ont appris que les éditions du Petit homme, c’est la branche jeunesse des populaires éditions de l’Homme!!!), cet album semble être partout : dans les librairies, sur les bloguMoi, en cie de Makina et Freges, un peu partout sur le Net… et même en bouquineries!! Quand j’ai vu que les auteurs avaient déjà leurs t-shirts à l’effigie des différents personnages ET LEURS CARTES À COLLECTIONNER (!!), j’en ai conclu que, contrairement à bien d’autres artistes (et même à beaucoup d’éditeurs, que je ne nommerai pas ici, mais qui laissent leurs poulains se démerder avec leur pub!!), ils ont le sens du marketing et de la mise en marché!! Et quel duo sympathique! D’abord, pour ce que j’en ai vu, ils ont tout à fait le tour avec les jeunes, à qui leur album de gags s’adresse en premier lieu. Ils savent les aborder, leur parler et les accrocher… Le fait que Makina soit enseignante au primaire (en 3e année) n’y est sûrement pas pour rien!! Puis, ils sont beaux, énergiques, articulés, plein d’entregent, d’ambition et de gros bon sens! C’est très simple : on les voudrait comme amis!! Aussi ai-je été agréablement flatté quand je les ai recroisés, le lendemain de notre première rencontre, et que Makina se souvenait de mon prénom!! C’est vrai qu’en tant que collègues enseignants, on a bien cliqué, elle et moi! Je suis bien content que leur projet, conçu principalement de soir ou de nuit (les deux travaillent déjà à temps plein!!), prenne son envol de si belle façon! Et leurs cartes font un malheur :Cartes à collectionner : la Bande à Smikee j’ai pu en avoir pour tous mes élèves, qui en ont été ravis!!… et j’ai eu la chance de pouvoir en garder une série complète, les six principaux monstres de leur amusant cimetière, juste pour moi!! Peut-être les inviterai-je dans ma classe à venir donner un de leur atelier (de deux heures!!) sur la BD... (Ça doit lui faire drôle, à Makina, de prendre congé de ses élèves pour aller donner des ateliers à d’autres classes??!)

 

  • D’autres rencontres express : Celle avec Zviane, qui m’a dessiné un petit truc dans mon tome Histoires d’hiver, la compilation des gagnants du 2e concours de chez Hachette / Glénat Québec. Puis celle avec Éric Péladeau, que je me suis permis de déranger, à un kiosque de petits albums jeunesse (il en illustre de plus en plus, de son sympathique trait tout rondouillet), pour lui demander de me dédicacer une de ses œuvres de jeunesse qu’il ne s’attendait vraiment pas à voir : Mon père, l’ébéniste, un minuscule album de 60 mini-pages de dix centimètres par dix centimètres! Lorsque je lui ai expliqué que mon père travaillait dans le même domaine, et que notre garage ressemblait plus à une cour à bois qu’à un véritable garage, il a semblé comprendre tout à fait ce que je voulais dire!! Tout comme j’ai revu mon père travailler amoureusement sur les bibliothèques de sa sœur et de sa fille lorsque monsieur Péladeau me racontait que le sien adorait passer ses temps libres à fabriquer divers meubles, souvent bénévolement, pour les membres de sa famille proche! Cette courte rencontre m’a vraiment rappelé de bons souvenirs que j’avais oubliés, et j’ai l’impression que la lecture de l’album saura en éveiller d’autres tout aussi bons!

 

  • Finalement, je ne vous laisserai pas aujourd’hui sans vous avoir parlé de mes rencontres avec le charmant Mikael, un autre de mes coups de cœur du week-end! Il y avait longtemps que le travail de ce bédéiste d’origine française m’intriguait. Je l’avais aperçu, notamment, lors de mon premier ComicCon, en 2011, entouré de dessinateurs de superhéros tout en collants et en muscle (les superhéros, pas les dessinateurs!!)… mais il faut avouer qu’il détonnait un peu, lui qui dessinait de jolis petits personnages tout pastel vivant dans des mondes féériques et juvéniles. Quel contraste! Quel clivage! Le problème, c’est que les couvertures de ses albums le Roi de l'Hiver, dans la Neige, de Mikaëlles Nuages et la Neige sont tellement banales et peu représentatives de la magnificence des illustrations qui se trouvent à l’intérieur que personne n’est vraiment porté à les ouvrir!! Et c’est bien dommage, car c’est un véritable trésor visuel qui s’y cache! J’ai carrément soulevé ce point, au cours de nos discussions… et Mikael m’a annoncé que son éditeur, Clair de lune, va réimprimer ses trois premiers albums (les deux susmentionnés, plus Circus) dans un nouveau format, sous de nouveaux titres… mais, surtout, avec de nouvelles couvertures plus colorées, plus riches, plus accrocheuses… et plus révélatrices de leur magnifique contenu! De plus, j’ai lancé l’idée de faire imprimer des affichettes (ou même des ex-libris!) reprenant certaines des vignettes de ces trois superbes albums! Je suis sûr qu’il y aurait un marché pour ces illustrations vivement colorées, ne serait-ce que pour décorer des chambres d’enfant : ce serait tellement joli! Pourtant, Mikael m’a affirmé qu’il n’y avait jamais pensé… et que Clair de lune n’était pas très avant-gardiste en matière de marketing de produits dérivés! Ensuite, cet auteur polyvalent (il vient de publier la fin d’un diptyque, Rapa Nui, avec Fabrizio Russo au dessin) m’a mis l’eau à la bouche en me parlant de son nouveau projet, que nous devrions avoir en primeur sur l’Europe lors du Festival de la BD de Montréal, dans quelques semaines!! Il s’agit d’un récit beaucoup plus adulte et sévère, qui n’a rien à voir avec les gentils petits clowns de ses autres albums : un western fantastique, qui se déroule dans un petit village perdu au fin fond des Rocheuses états-uniennes, pendant la Guerre de Sécession. Le nouveau pasteur et son chien, un molosse aux yeux rouges, semblent perturber les quelques 200 habitants du patelin en question!! Écrit par Thierry Lamy mais dessiné par Mikael, ça devrait s’appeler Promise et se décliner en deux ou trois tomes, pas plus. J’ai bien hâte de lire ça et, surtout, de recroiser ce très intéressant artiste, au regard vrai et au doux sourire communicatif.

 

Voilà! C’est ainsi que je conclurai cette seconde tranche de mon septième safari-dédicaces. Revenez-moi dans quelques jours pour mon «Spécial Émergents» où vous constaterez que de la relève, en BD, il y en a pas mal, au Québec… et on ne saurait s’en plaindre!! ;^)

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul : Merci, mon bon ami : ça me fait vraiment chaud au coeur de savoir que tu apprécies mes écrits. Je suis si heureux de savoir que ce que je partage ici intéresse au moins quelques personnes... et des personnes qui me sont chères, en plus, ce qui est encore mieux!!
J'espère voir un jour ta dédicace de Mikaël : la description que tu en fais me donne envie d'y jeter un coup d'oeil!! Heureux de te donner le goût de Glorieux printemps (la superbe météo des derniers jours y est peut-être aussi pour quelque chose? ;^)
Tu diras à Emmanuel de venir lire ma critique des quatre premiers tomes de l'Agent Jean, car je devrais m'y mettre d'ici quelques semaines : ils m'attendent tous sur ma table de chevet!
Et pour ce qui est des contrats, lucratifs ou non, j'attends toujours : la seule entente que j'avais réussi à établir était avec les 400 coups, mais je n'en ai plus d'échos depuis qu'ils ont abandonné le secteur BD!! Avis à tous : la place est disponible!!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 06 mai 2013 à 22:20


@ Venise (Marsi) : Que tu deviennes dépendant de ma Lucarne, je n'y vois pas d'inconvénient, tant que ça ne t'empêche pas de produire ton ratio quotidien de vignettes (c'est ton Big Editor qui parle ici, tu l'auras compris!!)... ;^
Merci pour tes encouragements, et laisse faire ma popularité : travaille sur la tienne, en respectant tes quotas!! ;^)
J'adore te savoir près de ma Lucarne, et c'est toujours un plaisir de te lire, même via les doigts (de plus en plus cornés, j'imagine!?) de ta douce!! À plus!!
Rédigé par PG Luneau le lundi 06 mai 2013 à 22:11


@ Venise : Bien que cette tranche ne rentre pas dans ton grille-pain, j'espère que tu as pu la digérer quand même!! ;^)
Effectivement, tu devrais te dépêcher de te procurer le tome #7 (version 400 coups) de la série Ben... parce que j'ai l'impression que ça prendra un bon bout de temps avant de retrouver ces gags dans le gros tome #4 version la Pastèque, jumelés aux gags de la 8e année!!
Effectivement, tu as bien raison de le souligner : les dédicaces de dessinateurs nous procurent un bon temps de qualité avec eux, puisqu'on les tient captifs, accrochés à leur crayon!! On a donc droit à plus de confidences... si on sait poser les bonnes questions!! ;^)
Si tu aimes les Émergents, je t'invite à bien lire ma prochaine chronique, qui portera justement sur la relève!... Et merci de faire la lecture de mes chroniques à ton époux : j'imagine que ça lui permet d'en être informé sans avoir à se détacher une seconde de sa table à dessins!! On fait d'une pierre deux coups : c'est génial!... Mais désolé pour ta voix exténuée!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 06 mai 2013 à 22:05


Ahhhh cher PG! Tout d'Abord Merci! Un grand merci pour cet expérience partagée. J'y vais dans le désordre:
Saymone, c'est courageux, caricaturer n'est pas si facile!
Mikael est extra, C'est Philippe Girard qui me la présenté. À L'époque il sortait nuage. Sa dédicace est splendide, une pleine page en trois couleurs. La tienne est très jolie!
Je suis content que tu aies rencontré Zviane, j'adore ces recueils à saveurs musicales.
Tu me donnes le goût de Glorieux printemps, cette BD me titille depuis longtemps, si l'auteure est sympathique et jeune, je me sens l'âme Venisienne d'encourager notre relève québécoise.
Finalement, ta dédicace de BEn est charmante, même touchante.
Re finalement. Je parlerai à Emmanuel de Alex A qu'il suit avec attention.
Excellent compte rendu. Tu vas finir par t'attirer des contrats très lucratifs si tu continues comme ça. Je n'en glisserais pas mot à tes employeurs qui penseront pouvoir te garder à temps plein jusqu'à ta retraite!
Bonne journée! et salutations à ceux d'en bas!
Rédigé par Arsenul le lundi 06 mai 2013 à 21:35


Cher Pierre-Greg, tu es venu à bout de la salive de Venise qui me lisait ton récit. Comme je ne veux pas à bout de ses doigts, je ferai ça court. J'aime toujours lire ou écouter tes textes, je crois que je vais développer une dépendance. Bravo encore pour tant de détails et aussi, et surtout, pour ta persévérance qui semble porter fruit. Tu seras célèbre avant moi.
Rédigé par Venise le dimanche 05 mai 2013 à 23:41


Seconde tranche, hein ? Tranche très épaisse, elle ne passe pas dans le toaster ! Ô secours, ma voix, puisque j'ai lu le tout pour Marsi.

J'espère que je vais trouver un Ben tome 7 édité par Les 400 Coups, je m'occupe de le magasiner au plus sacrant !

Tu as de belles dédicaces, même si tu n'as pas eu de Pop-ups. Les bédéistes sont de plus en plus ingénieux et soignent leurs lecteurs. C'est frappant. C'est une bonne guerre au numérique qui ne permettra jamais ces rencontres dessinées. Vive le dessin, car ce faisant, il permet de bavarder. Quand je quête ma dédicace d'un auteur de roman ligné - sans dessin - j'ai le temps d'échanger deux phrases, trois s'il n'y a personne dans la file (ce qui est habituellement mauvais signe).

Je partage maintenant ma mission avec toi, faire connaître des auteurs québécois émergents. Les jeunes pousses, il faut les arroser, leur parler, et les réchauffer de nos rayons d'amour. C'est ce que tu fais et quand ils seront grands et renommés, ils te salueront et glorifieront ta Lucarne.

Bravo cher ami pour toutes ces rencontres et tous ces mots et cet enthousiasme pour nous les transmettre.

Rédigé par Venise le dimanche 05 mai 2013 à 23:37


@ Arsenul : À plus, donc!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 05 mai 2013 à 23:24


Je lis ça bientôt!
Rédigé par Arsenul le dimanche 05 mai 2013 à 19:57


@ Anne des Ocreries : Dense est le mot, en effet!! ;^) Pour ce qui est de mes hyperliens, je les avais tout simplement oubliés... mais c'est réparé!! J'espère que tu apprécieras ta lecture... et que ton jardin ira mieux!! À plus!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 05 mai 2013 à 11:53


Vains dieux, c'est dense tout ça ! dis donc, tu n'aurais pas un léger souci avec tes hyperliens, par hasard ??!!

Bon ; je reviendrais lire moins "en diagonale", ce soir après le turbin : pluies continues de novembre à mai, font que mon jardin crie plus fort que mes lectures, hélas !
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 05 mai 2013 à 11:44




Dernièrement, j'ai lu... Zviane au Japon
Zviane au Japon
10 novembre 2018

Batman - Knightfall
#01- la Chute
30 octobre 2018

Zoé Super
#01- Même pas peur!
07 octobre 2018

Boule à zéro
#05- le Nerf de la guerre
22 septembre 2018

École Crinoline
#01- Une rentrée de princesse
16 septembre 2018

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - En vrac, à Prévost!
03 novembre 2018

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul 73, sur Fascinant Japon!

Danielle, sur Fascinant Japon!

anne des ocreries, sur Fascinant Japon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - En vrac, à Prévost!

anne des ocreries, sur Quand je constate que mon héros n'est pas Batman : c'est Bruce Wayne!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin