Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#08- Ex, drague et rock'n'roll !
#08- EX, DRAGUE ET ROCK'N'ROLL !
Scénariste(s) : Marc Delafontaine dit DELAF, Maryse DUBUC
Dessinateur(s) : Marc Delafontaine dit DELAF, Fabio LAI
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Nombrils
Année : 2018     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Gags en une ou quelques planches
Genre(s) : Humour mordant, Quotidien, Récit psychologique
Appréciation : 5 / 6
Ça y est : les rôles sont inversés!
Écrit le mercredi 05 août 2020 par PG Luneau

Eh oui! Déjà le 8e opus de la série régulière les Nombrils! Je précise «la série régulière», car il faut maintenant compter avec la série-dérivée, intitulée les Vacheries des Nombrils, composée de gags qui nous ramènent au début de la série originale, alors que Karine était encore «la» bouc émissaire des deux greluches, et que ces deux dernières s'entendaient comme cochons!

Car, dans la dite série «régulière», les choses ont bien changées!! Croyez-le ou non, c'est dans ce tome-ci que les rôles sont officiellement inversés!! On nous l'expose, dès la page de titre : Vicky et Jenny ne sont plus les coqueluches de la polyvalente, elles ont été déclassées par Karine, star montante de la chanson grâce au grand succès qu'elle vit avec Albin et les Albinos!!

Pas besoin de vous dire que c'est la totale catastrophe pour Vicky! Sans compter qu'elle est dorénavant obligée d'habiter chichement avec son père et sa nouvelle copine : la mère de Jenny!! Et malgré que cette sororité nouvelle entre nos deux best superficielles favorites devrait les emplir d'aise, la guerre est plutôt déclarée entre elles!? :^0 C'est que Jenny n'a pas su préserver, dans le tome précédent, le lourd secret de Vicky et que cette dernière, revancharde comme pas deux, lui en veut énormément! Ça tombe bien, la bimbo décérébrée est aux prises avec ses remords, suite au traitement qu'elle a réservé à Hugo, son petit ami rondouillet qu'elle aime plus qu'elle ne veut se l'avouer mais avec qui elle ne veut pas être vue en public! Vicky en profitera donc pour manipuler à sa guise sa nouvelle demi-sœur! La pauvre Jenny qui n'a rien vu venir, sombrera bien bas! Mais ne dit-on pas que rien de tel que d'atteindre le fond du baril pour se donner l'élan nécessaire à la remontée?

Pour sa part, Karine flirte avec les aléas du succès... mais un succès bien fragile, puisque son groupe n'a véritablement qu'une seule chanson à son actif! Dans un monde où on devient mégastar en deux clics sur le Net, il n'en faut pas plus pour se faire déclasser! Les Albinos devront travailler très dur pour mériter de rester au sommet... mais le feront-ils toujours selon les règles du jeu??

Encore une fois, Delaf et Dubuc frappent on ne peut plus juste! Leurs personnages évoluent avec une logique implacable, ce qui démontre toute la réflexion derrière le scénario, toute la finesse de la construction des intrigues... Derrière ces séries de gags amusants se cachent des visées bien précises de la part du duo de créateurs, et une construction scénaristique habillement réfléchie. Espérons qu'il en sera de même pour les derniers albums... Car Delaf et Dubuc l'ont annoncé il y a quelques années déjà : ils visent une conclusion autour du tome #10! Lentement, on sent que les divers éléments se mettent en place en ce sens. Je crois qu'il faut commencer à songer que notre très cher trio préféré tirera bientôt sa révérence... et c'est bien ainsi! On les voit évoluer depuis 8 tomes, elles changent toutes les trois, vivent toutes des expériences bouleversantes, positives comme négatives, qui les forgent et les font gagner en maturité... Et puis, j'aime mieux quitter des personnages que j'adore alors qu'ils sont au top plutôt que de voir des auteurs étirer la sauce, sans plus de substance, simplement pour alimenter la machine à saucisses!

Bref, les Nombrils demeurent une super série, à recommander à tous les adolescents de 13 à 18 ans... ainsi qu'à leurs parents, leurs amis, leurs profs, et tous ceux qui s'intéressent, de près ou de loin, au vécu de la jeunesse contemporaine!!

À lire aussi : mes critiques des tomes #1 à 7.

 

Mes bémols :

 

  • ... aucun!!?!:^O Ce n'est que la seconde fois, je crois, en 556 critiques!! C'est dire combien la série est solide, tant sur le plan du scénario que sur le plan visuel!! Oh! Il y a bien un ou deux enchaînements qui m'ont demandé une relecture (comme la présence de drogue dans le manteau de Karine), mais après vérification, tout était cohérent, faute d'être parfaitement fluide: c'est aux lecteurs d'être vigilants! Bravo, donc, à ce duo de créateurs, si bellement rodé! ;^)

 

Les plus grandes forces de cette BD :

 

  • le tableau de présentation des personnages, sur les pages de garde. Depuis quelques tomes, déjà, on peut y voir un tableau noir sur lequel sont dessinés à la craie tous les personnages, avec des flèches pour nous préciser le type de relation qui les unit. Déjà, c'est chouette en soi! Mais en plus, le tableau est évolutif, en constante mutation, en ce sens que même entre les pages de garde avant et arrière, il y a déjà eu des changements d'effectués, en fonction des événements majeurs survenus dans le tome: flèches effacées ou inversées, annotations modifiées, looks réajustés... C'est vraiment bien songé!

 

  • les thématiques abordées. C'est vraiment intéressant de voir comment Dubuc et Delaf parviennent à aborder de front certains sujets délicats, comme la pauvreté, l'homocuriosité, la famille reconstituée... On dirait qu'ils sont passés maîtres dans l'art d'incorporer des thèmes forts à leur série d'humour... et de l'humour à leurs thèmes forts!! ;^) À preuve, le délirant punch final de la p.44, pourtant si dramatique!! J'ADORE! ;^D

 

  • des personnages marquants. La mère de Vicky ne donne pas sa place dans le rôle de la harpie aigrie: le diabolisme de Vicky doit bien venir de quelque part (remarquez son air carrément démoniaque, au bas de la p.13)!! ;^) J'ai bien aimé que de nouveaux personnages fassent leur apparition (comme Lara, la nouvelle bombasse, ou la partenaire de Hugo lors du défi Rase-Coco)... mais encore plus de voir l'évolution des personnages déjà établis!! Dans ce tome-ci, Jenny y va d'une métamorphose quasi-totale, tant physique que psychologique. C'est aussi drastique qu'un insecte qui change de stade... mais tout en restant bien crédible! Elle demeure toujours aussi idiote, mais c'en est tellement pathétique qu'elle en est touchante! Puis, il y a Karine, qui voit le glamour lui monter un peu à la tête!:^0 Ça augure bien pour les derniers tomes!!

 

  • l'incroyable richesse des décors. Wow! Que de détails, dans les plans d'ensemble!! Tant l'agora de la polyvalente que les restos, les bars branchés ou le loft des Albinos: tout y est foisonnant de petits détails, cocasses ou non! Je pourrais regarder ces décors à la loupe pendant des heures, juste pour en apprécier les subtilités! Pourtant, le tout reste en mode ligne claire, sans souci particulier de réalisme! Mais quand on porte attention à tous ces détails, on en vient à encore plus apprécier la cohérence qui en ressort (voir point suivant)! Félicitons donc Delaf, mais aussi, sûrement, Fabio Lai, crédité comme étant son assistant.

 

  • la construction scénaristique, tant celle de chaque gag-planche que celle de leur enchaînement en une trame narrative continue et génialement cohérente!! ;^) Chaque élément de l'histoire est amené en douce, à qui sait bien observer! Le défi Rase-Coco, par exemple, est annoncé dès la p.9. Et la boîte de nuit qui s'appelle la Face cachée! Avouez que c'est assez concept, étant donné ce que Vicky y vit! La p.34 est un excellent exemple du génie dont Delaf et Dubuc sont capables! Avec la lente descente aux enfers de Jenny, et son superbe revirement (p.42 et 43), toute l'affaire de la drogue avec Xander (p.45), la trahison vécue par Vicky (p.46)... et la vignette finale, qui semble nous annoncer de difficiles moments pour Vicky dans le prochain tome, cet album nous offre une conclusion en apothéose des plus riches en émotions!

 

  • l'humour omniprésent, même (surtout?!) lors des moments dramatiques! J'ai franchement éclaté de rire de bon cœur à plusieurs occasions en lisant ce tome. Très souvent, c'est l'imbécilité de Vicky qui en était la cause: quand elle tente de se faire une perruque en laine, par exemple, ou quand elle veut se faire tatouer le nom de son amoureux sur le cœur! ;^). Les chutes des p.34 et 44 sont, pour leur part, carrément tordantes! ;^)

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Marsi : Il faut être bien honnête : aussi objectif qu'on puisse tenter d'être, il demeure qu'attribuer une note, ça reste un peu subjectif. Ici, je n'ai décelé aucun problème, rien qui ne me fasse sourciller... Mais reste que cet excellent scénario n'a pas suscité chez moi la petite étincelle inoubliable que certains autres albums ont su allumer, voilà tout.

Ceci dit, il est vrai que la dite étincelle est très difficile à allumer, et c'est tant mieux! La question de la perrenité de l'album peut y jouer un rôle, c'est vrai, mais surtout celle de la perrinité de l'étincelle!?

En effet, je sais personnellement qu'un livre (ou un film, ou une pièce...) a été marquant pour moi quand je réalise que les émotions que j'ai sentis en le lisant (ou en le voyant...) sont encore vives après plusieurs semaines, ou qu'elles se ravivent quand je jette un coup d'oeil au volume, ou que l'on en parle autour de moi. Ce sont ces livres (ou films, ou pièces), très rares, qui, pour moi, méritent la note parfaite!
(Et pour ce qui est de Tintin au Tibet, je ne sais pas si je la lui attribuerais, mais je suis d'accord que ça reste LE chef d'oeuvre d'Hergé!)
Rédigé par pgluneau le lundi 12 octobre 2020 à 14:56


Une note presque parfaite avec aucun bémol ! C'est important de le souligner. D'ailleurs, Pierre-Greg, sans vouloir te pousser dans tes retranchements, pourquoi, si tu n'as aucun bémol ne donnes-tu pas la note de 6/6 à cet album ? Comprends-moi bien, il s'agit ici d'une simple curiosité de ma part. Je comprends qu'une note parfaite doit être quelque chose de très rare. J'imagine aussi que, comme les bons vins, une note parfaite se gagne avec le temps et qu'il n'y a que les excellents albums qui ont bien vieillis qui se méritent une telle appréciation; ex.: Tintin au Tibet*.
*À mon avis
Rédigé par Marsi le lundi 28 septembre 2020 à 13:30


@ Colin : Comme tu dis, Colin : vivement la suite... en espérant que nous y aurons accès sans trop de grands délais!
Rédigé par pgluneau le vendredi 07 août 2020 à 17:08


@ Arsenul : Un autre bon argument pour convaincre ces parents, c'est de leur faire lire la série!! Ils l'apprécieront tout autant que leurs enfants, sinon plus!! ;^D
Rédigé par pgluneau le vendredi 07 août 2020 à 17:06


@ Anne des Ocreries : Je te comprends tellement, Anne : Elles sont tout simplement adorables!! ;^D
Rédigé par pgluneau le vendredi 07 août 2020 à 16:58


Très bonne critique! Vivement la suite des aventures de nos trois héroïnes.
Rédigé par Colin le mercredi 05 août 2020 à 21:13


Très bon billet! Moi aussi j'ai adoré. Les thématiques abordées sont mon argument fort pour convaincre les parents de laisser leur enfant lire la série.
Tu l'as bien dit, ça augure bien pour la suite!
Rédigé par Arsenul le mercredi 05 août 2020 à 19:18


je veux la série entière en album ! " Les Nombrils ", j'adore, tout bonnement !
Rédigé par anne des ocreries le mercredi 05 août 2020 à 9:34




Dernièrement, j'ai lu... Esprit du camp
l'Esprit du camp - tome #1
17 octobre 2020

Georges et Tchang
Georges et Tchang - Une histoire d'amour au 20e siècle
10 octobre 2020

Mégaventures de Maddox
#01- Alerte bigfoot
23 août 2020

4 de Baker Street
#03- le Rossignol de Stepney
18 août 2020

Nombrils
#08- Ex, drague et rock'n'roll !
05 août 2020

Ma dernière chronique 11 ans!!??
01 juillet 2020

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Cab, sur la Vie de colo, façon Stanger things

Arsenul, sur la Vie de colo, façon Stanger things

Danielle, sur la Vie de colo, façon Stanger things

anne des ocreries, sur la Vie de colo, façon Stanger things

anne des ocreries, sur Quel est le vrai du faux... du vrai?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin